Moussa Mara -Modibo Keita à la Primature : Analyse comparée entre deux PM que tout sépare

Le Mali  détiendrait-il le record de l’instabilité primatoriale et gouvernementale dans la sous-région ? En 16 mois soit 480 jours de gouvernance d’IBK le Mali aura connu trois Premiers ministres avec une moyenne d’un PM tous les 160 jours. Avec une particularité anti démocratique de taille, aucun n’est issu du parti majoritaire qui est le RPM. Modibo Keita qui partage ce point commun avec ses prédécesseurs, en quoi est-il si différent de Tatam Ly et de Moussa Mara. Retour sur les  atouts porte chances du nouveau PM.

 modibo keita premier ministre chef gouvernement moussa mara ancien premier ministre pm passation service

Modibo Keita, le troisième premier ministre de l’ère IBK, a la faveur des pronostics compte tenu des plusieurs facteurs dont entre autres : son âge, son manque d’agenda politique personnel, sa grande expérience d’État, sa probité morale,  sa capacité intellectuelle immense et sa parfaite connaissance de l’Administration et de ses cadres.

En quoi est-il  alors différent de Moussa Mara qui ne manquait pourtant pas d’atouts pour mener en bon capitaine d’équipe le bateau Mali? Pourquoi n’a-t-il pas pu avoir les coudées franches pour résoudre  les crises auxquelles le Mali reste confronté ? Pourquoi le parti majoritaire a-t-il  approuvé et félicité   le  choix de Modibo Keita contrairement à  un Mara dont le RPM n’a fait que prendre acte de sa nomination?  Pourraient s’interroger certains observateurs avertis de la scène politique.

Agendas Politique

Modibo Keita, n’a pas d’agenda politique connu, même si on dit de lui militant de l’ADEMA, il n’en est plus un actif et ne gênerait en rien le RPM, qui dans ses visées politiques, pense déjà à un second mandat pour  son président IBK qui n’a jamais officiellement démissionné par écrit du RPM. Pour un  hypothétique deuxième mandat le parti majoritaire souhaiterait   avoir tous les atouts de son côté.

Moussa Mara, Président du Parti YELEMA et candidat aux élections présidentielles de 2013 scrutait l’horizon à la recherche d’étoile lui permettant d’asseoir de façon solide les bases de sa renommée et de son parti. Le poste de premier ministre a été une véritable aubaine pour l’ex PM. Son parrain IBK et le parti qui a le plus grand nombre de députés n’ont pas compris les agitations Politiques  de Mara, qui oubliant l’essentiel s’était focalisé sur  son propre agenda politique. Toute chose qui avait provoqué l’ire du Président de la République qui a fini par se séparer de celui qu’il faisait passer pour un jeune compétent.  Tandis que le septuagénaire Modibo Keita n’aurait  d’ambition à cet âge  que pour le Mali.

L’Expérience administrative

Ancien instituteur, ancien inspecteur de l’enseignement fondamental, plusieurs fois  ministre, ancien premier ministre, avant d’être l’ancien représentant du Président de la République  aux pourparlers inter maliens d’Alger. Le nouveau premier ministre Modibo Keita  est un véritable commis  de l’État qui a gravi tous les échelons. Son prédécesseur Mara par contre,  n’avait  jamais servi au sein de l’Administration publique, donc ignorant les rouages de la gestion administrative. Même si en sa qualité d’expert comptable il a collaboré avec beaucoup de  structures et certifié beaucoup de comptes de l’Administration  publique. Le nouveau premier ministre en plus de son expérience, a collaboré avec tous les régimes des 23 dernières années de Moussa Traoré à ATT. Tirant les leçons du passé, il peut bien corriger les errements du présent.

La Probité Morale et intellectuelle

Modibo Keita jouit d’une probité morale et intellectuelle certaine, il est l’un des rares cadres qui ne trainent aucun bruit de casseroles après tant d’années de dignes et loyaux services rendus à la nation. Il n’est impliqué dans aucune  malversation financière, donc blanc comme neige. Il est un intellectuel ayant gravi les échelons des ordres d’enseignement jusqu’au niveau secondaire avant de travailler jusqu’à sa retraite au sein de l’administration. On dit de lui qu’il est rigoureux, ponctuel et méthodique. Il vient d’en donner  le ton lors du premier conseil de cabinet qu’il a organisé à la Primature, en refusant l’accès à la salle à tous les ministres retardataires. Ceux qui ont travaillé avec lui reconnaissent qu’il a une passion pour le travail bien fait. Quant à  son style, il a un niveau soutenu de la langue de Molière  et sait déjouer  tout aussi bien que le Président les pièges de la langue française. Ils ont tous lu Tartuffe, le CID, les Femmes savantes, les Fleurs du mal et le Roi se meurt.

Mara n’ayant pas servi au sein de l’administration publique avant, il était donc difficile de douter de sa probité morale, même si certains experts comptables, en complicité avec les structures manipulent les chiffres  pour certifier  de faux bilans comptables. Moussa Mara sur le plan intellectuel est au dessus de la moyenne. Son seul pêché mignon aura été d’avoir accepté d’occuper un fauteuil politique  qui était loin d’être le sien. Le parti Yelema n’ayant  qu’un seul député à l’Assemblée nationale. La démocratie a ses règles et ses exigences. C’est  la dictature de la majorité et la Primature devrait toujours échoir au parti majoritaire. Moussa Mara ayant accepté un tel cadeau empoisonné l’apprendra à ses dépens.

En définitive la question que les grands analystes politiques se posent est celle de savoir si les mêmes causes ne vont pas produire les mêmes effets ? Modibo Keita qui n’est pas issu du parti majoritaire fera t-il long feu ? Le Président de la République parviendra-t-il à canaliser sa troupe qui n’en démord pas ? Et jusqu’à quand ?

                                                                                     

source : [email protected]

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.