Motion de Censure à l’Assemblée Nationale : Les justificatifs de Mamadou Awa Gassama !

L’honorable Gassama élu pour la 4eme fois dans la circonscription de Yelimané est monté au  créneau lors du dépôt de la motion de censure contre le gouvernement. A notre reporter, il a fait un diagnostic sans complaisance de la situation générale  du pays qui selon lui est au bord du gouffre. Il en appelle  au sens de responsabilité de l’actuel locataire de Koulouba, IBK, pour sortir le Mali de ce gouffre 

 

honorable Mamadou Hawa Gassama assemblee nationale bagadadji

Pour l’élu de Yelimané  on ne peut pas rester les bras croisés  alors que le pays s’enfonce chaque jour  davantage, c’est pourquoi explique t-il : « nous avons déposé cette  motion de censure  contre ce gouvernement ». Avant de poursuivre : « nous on pensait qu’IBK était la solution pour la résolution de la crise du nord, c’est d’ailleurs pour cette raison qu’environ 77% des Maliens ont placé leur confiance en lui, sinon, il n’est pas le plus instruit des Maliens  ». Depuis qu’il est venu martèle Gassama, il a multiplié les faux pas : «  d’abord en acceptant que   certains leaders du MNLA  qui étaient des élus  du parti  de la ruche  et qui ont les mains tachées de sang  défendent les couleurs  du RPM aux législatives. Ce qui parait même bizarre Moussa Ag Assarid a demandé lors de la présidentielle aux populations du nord de choisir le candidat IBK », indique t-il les yeux rouges de colère. En toute logique selon l’honorable Gassama, ces gens qui portent la marque du massacre d’Aguelhoc ne devaient pas franchir le portail du palais du peuple qui est trop sacré pour être souillé

Les raisons de la motion de censure :

Pour l’honorable le vote de la motion de censure contre ce gouvernement est lié d’abord à l’affaire de l’avion présidentiel. Par rapport à l’avion présidentiel assure l’honorable Gassama  le premier ministre n’a pas dit toute la vérité. Et de poursuivre en ces termes :  « il avait indiqué à l’opinion que l’ancien appareil n’était pas immatriculé et n’avait aucun document justificatif. C’est pourquoi l’ancien premier ministre Modibo Sidibé un grand commis de l’Etat qui a horreur du mensonge et qui est d’une haute probité morale a décidé de faire appel à son ancien ministre des finances, Aboubacar Traoré. Ce dernier est passé au pôle économique avec 21 dossiers concernant l’ancien avion, il y avait  l’assurance et les dernières visites techniques, quand les juges du pôle économique  ont vu ça ils ont failli tomber en syncope ». Aussi poursuit –il « les juges ont décidé pour lever d’éventuel doute sur  l’état de l’avion de  se rendre à l’aéroport. Ils ont été surpris de voir un appareil confortable qui répond aux normes. Mais là ou le bat blesse ce que les 20 milliards déboursés pour l’achat de l’avion  ne correspondent pas à la réalité. Pour sauver sa face, Mara a déclaré que les 3 milliards ont servi de commission ».

Ensuite, affirme le député  de Yélimané, il y’a aussi l’épineux dossier de Kidal. Sur ce sujet, l’élu de l’URD fait porter au premier ministre Mara le chapeau de la responsabilité. C’est pourquoi, confie-t-il avec un ton sérieux que « Mara devrait mourir avec des préfets et sous préfets qui ont été égorgés  de sang froid, pour montrer son patriotisme ».

Pour lui,  le Mali avec  ce gouvernement a perdu  sa crédibilité aux yeux de la communauté internationale, c’est pourquoi, indique t-il, les institutions internationales ont fermé le robinet : «  avec l’achat de l’avion présidentiel sans appel  d’offre et les 69 milliards de la loi de programmation qu’on a confié à un certain Cheickna Kagnassy qui est le conseiller spécial du président IBK,  sans raison, puisqu’il n’est pas spécialiste des question militaires, ces institutions ont décidé de patienter d’abord. Ensuite il ya l’affaire  des 167 milliards là, ils disent que c’est une dette qui a été accumulées par le Mali, mais ils n’ont trouvé que 73 milliards  ou est parti le reste ? »

L’honorable Gassama en évoquant les mobiles de la motion de censure, dira que la corruption gangrène l’école Malienne. Il ajoutera que l’école Malienne est victime de la  maladresse de l’actuel ministre Togola Jacqueline Togola . «  Depuis qu’elle est venue, elle ne fait que relever les directeurs des Centres d’animations pédagogiques et les directeurs d’académies pour les faire remplacer par des militants du parti au pouvoir. Le souci de gouvernement  c’était d’abord les postes et non les examens. Si ce n’est  pas avec ce gouvernement, depuis que je suis né, le bac au Mali n’a pas commencé à 10 heures. S’il ya eu fuite, le ministre est le premier responsable ». Et en guise de conclusion l’honorable de prier pour : « que Dieu sauve le Mali ».

Badou S. Koba                  

SOURCE: Tjikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.