Moriba Dabo du parti Jamaa peut créer la surprise en Commune III

Candidat en lice au compte de Jamaa, parti du ministre Jean Marie Sangaré, une nouvelle formation politique présente au Mali et à l’extérieur, Moriba Dabo alias Maurice mise sur la jeunesse mais aussi sur les notabilités pour franchir les marches du parlement malien.

Faire de la politique autrement, tel est l’objectif recherché par le parti Jamaa qui s’est illustré dans son soutien à Ibrahim Boubacar Kéita lors de la dernière présidentielle. Pour conforter la position de ce dernier et bénéficier d’une majorité absolue à l’hémicycle, le parti Jamaa a aligné dans la course aux législatives un jeune loup aux dents longues. Moriba Dabo, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est un ancien sportif non moins journaliste de formation et entrepreneur à travers « Dabo Compagnie « , l’entreprise familiale. Ce jeune débordant d’énergie est courtois et social, un trait de caractère fort sollicité en cette période électorale.

Moriba Dabo a fait ses débuts dans la politique  après la double crise institutionnelle et sécuritaire qui a fortement secoué le Mali. Il en veut beaucoup aux députés de la dernière législature qui n’ont jamais interpellé les membres du gouvernement sur la gestion de la crise du nord. Toute chose qui s’explique, selon lui, par le peu d’intérêt que ceux-ci accordent à cette question centrale de la vie de notre pays. En clair pour lui, ils sont autant responsables que l’ancienne classe dirigeante dans l’effondrement du pays.

Battant déjà campagne à travers les différents quartiers de la CIII, Moriba Dabo déchaine la foule de meeting en meeting et compte valablement défendre leurs idéaux une fois élu. Il compte restaurer un climat de confiance entre élus et leurs mandats, restaurer la démocratie participative. Mieux, Moriba Dabo compte aussi mettre en place un conseil de sages doté de chefs de quartier, d’imams, des leaders d’opinion. Des propositions de loi sont prévues dans l’agenda du candidat de Jamaa en vue de doter certains quartiers de la commune  d’infrastructures sanitaires, des adductions d’eau potable, pour ne citer que ceux-là.

Aussi, Moriba Dabo compte profiter de ses relations pour signer des conventions de partenariat avec plusieurs villes occidentales et initier des formations professionnelles à l’intention de la jeunesse.                                                                               

 

Source: L’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *