Mise en place de la section VI RPM : La supercherie de Bakary Sangaré démasquée

Lors de la mise en place de la section VI RPM, le samedi 17 janvier 2015, le DGA du Fafpa, Bakary Sangaré, a sèmé le doute dans l’esprit des militants au sujet de l’intégrité du Ministre Mahamane Baby.

 Mahamane Baby ministre Emploi Formation professionnelle porte parole gouvernement

Un des premiers jeunes cadres à rejoindre le RPM, Mahamane Baby avait   l’estime de tous les militants du parti des tisserands. Mais son image commence à être écornée du fait des propos d’un certain Bakary Sangaré, DGA du Fafpa.

En effet, le sieur Sangaré, parachuté Directeur général adjoint du Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (Fafpa), a voulu faire le forcing pour figurer dans le bureau de la section VI RPM.  Résident en commune IV du district de Bamako, Bakary Sangaré  s’est présenté avec un procès-verbal  falsifié au nom du ministre Baby, en complicité avec Mohamed Danioko, pour pouvoir figurer dans le bureau  RPM de la commune VI. Malheureusement pour lui, la perspicacité des délégués présents a permis de démasquer sa supercherie. Nonobstant l’opposition des délégués à son entrée dans le bureau, M. Sangaré a insisté au motif qu’il tient  le ministre Mahamane Baby entre ses mains.  Or, on se rappelle que c’est grâce à la bénédiction de Baby qu’il a été bombardé au poste de DGA du Fafpa. Cet état de fait a poussé les délégués à se poser la question de savoir en quoi ce monsieur peut tenir le ministre à telle enseigne qu’il fait entorse aux textes du parti.

«Le ministre Baby est interpellé pour éclaircir cette situation avant que le président IBK ne se saisisse du dossier en question. Nous sommes curieux de savoir en quoi M. Sangaré tient le ministre, est -ce à dire qu’il  a eu à corrompre M. Baby et le fait-il chanter pour des raisons que seul le ministre peut répondre ? », s’interrogeait l’assistance

Il est temps qu’il se débarrasse de certains jeunes qui sont venus de nulle part et sont prêts  à tout pour des postes, bien qu’ils n’ont pas les capacités intellectuelles requises, clamaient certains cadres de la section VI.

Oumar KONATE

source : Prétoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.