Mali: le visage de la future Assemblée se dessine lentement

La session d’ouverture de la nouvelle Assemblée nationale du Mali sera bientôt convoquée. Les résultats définitifs publiés par la Cour constitutionnelle changent l’ordre des rapports de forces. En attendant l’ouverture de la nouvelle session, les tractations ont déjà commencé pour la formation des groupes parlementaires.

 soumaila cissé

Si l’actuel règlement intérieur de l’Assemblée nationale est reconduit, seuls six partis politiques maliens des 19 présents dans la nouvelle Assemblée pourront former des groupes parlementaires autonomes. Il faut en effet actuellement cinq députés pour avoir droit à son groupe parlementaire. Les tractations vont donc bon train. Rencontres, conciliabules, absolument rien n’est négligé.

Dans la nouvelle Assemblée, aucun parti politique n’obtient à lui seul la majorité des 147 sièges. Mais le Rassemblement pour le Mali (RPM), parti du président de la République Ibrahim Boubacar Keïta caracole en tête, avec 66 députés. Il est suivi de l’Union pour la République et la démocratie (URD) de Soumaïla Cissé, avec 17 députés, qui pourrait donc rapidement devenir le chef de l’opposition. L’Alliance pour la démocratie au Mali (Adéma), qui a été la première force au Parlement, dégringole pour sa part à la troisième place.

La nouvelle Assemblée compte moins de dix femmes. Parmi elles, Aziza Mint Mohamed, l’élue de Tombouctou. Enfin, des visages familiers déclarés élus selon les résultats provisoires ont finalement été recalés par la Cour constitutionnelle. C’est notamment le cas de Assarid Ag Imbarkawan, plusieurs fois élu dans le passé à Gao

SOURCE / RFI

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *