Mali : le M5-RFP pose ses conditions pour la rencontre avec IBK

Les responsables du M5-RFP ont animé un point de presse, ce lundi 17 août 2020, au siège de la CMAS, à Magnambougou Faso Kanu. Au cours de cette rencontre avec les hommes de médias, les responsables du M5-RFP ont annoncé l’intensification de la lutte, à travers des marches, des caravanes, sur les grandes artères de la ville de Bamako, à l’intérieur du pays ainsi que dans la diaspora. Ces actions seront suivies d’un grand rassemblement le vendredi prochain à la place de l’indépendance.

D’entrée de jeu, le conférencier, Choguel Kokala MAIGA, est revenu sur les conditions posées par le M5-RFP pour rencontrer IBK, dont entre autres : les excuses du président à l’imam Mahmoud DICKO, les enquêtes sur les tueries des 10, 11, 12 et 13 juillet 2020  et la libération des militants incarcérés.

Dans son intervention, il a fustigé le comportement de la communauté internationale de faire un soutien sélectif des peuples en lutte. « Ce régime, le peuple malien le chassera, le mettra dans la poubelle de l’histoire »,a-t-il déclaré. Pour ce faire, il a invité toutes les forces vives de la nation à rejoindre le M5-RFP.

Au cours de la lecture du manifeste, le Pr Ibrahim Ikassa MAIGA a salué la mobilisation de la jeunesse M5-RFP lors des précédentes manifestations. Pour lui, la violence et la terreur, et les tentatives de bâillonnement ne décourageront pas le peuple malien. Il a exigé la mise en liberté des militants détenus, l’arrêt des harcèlements contre les syndicats de la police.

Pour faire taire les supputations entre le M5-RFP, l’imam Mahmoud DICKO, et le Chérif de Nioro, une visite a eu lieu. Cette rencontre est parvenue au constat que le problème au Mali a un nom : la mauvaise gouvernance du président IBK qui a conduit le pays dans l’impasse.

Aussi, il a ajouté que la Gouvernance du régime est à la base de la déstabilisation du Mali, comme le prouve un rapport récent de l’ONU. Intensification de la lutte, à travers les marches, les caravanes et un grand rassemblement sont entre autres actions programmées par le M5, a indiqué le conférencier.

Ainsi, le programme de la semaine est arrêté comme suit : ce mardi 18 août 2020, une caravane des jeunes à motos sur la rive gauche de Bamako pour dénoncer le régime. Le mercredi 19 août 2020, ça sera le tour de la rive droite ainsi qu’à Kati.

Le jeudi 20 août 2020, il est prévu une marche des femmes du M5-RFP qui partira du Camp-digue (Ouolofobougou) à la Place de la liberté. Le vendredi prochain, il est prévu un grand rassemblement à la place de l’indépendance. Ce rassemblement va se poursuivre par un camping de la jeunesse les samedi et dimanche pour exiger et obtenir la démission d’IBK.

Mais en cas de non-satisfaction de ses doléances, le M5-RFP reviendra à la charge le mardi 25 août 2020, à travers un autre grand rassemblement.

« Nous allons chercher IBK pour le mettre à la disposition de nos maris »

Cette fois, les manifestants partiront de plusieurs itinéraires vers le boulevard de l’indépendance suivi de sit-in. Il s’agit des trois ponts, de la tour de l’Afrique, de la place de la Palestine vers le monument de l’indépendance.

Toutefois Mme Sidibé Dédéou a indiqué que les syndicats veulent entrer dans l’histoire par la grande porte. Aujourd’hui, a-t-elle fait savoir, il y a au moins 3 syndicats de la police dont les responsables sont persécutés par les autorités au motif qu’ils sont adhérés au M5-RFP. Ce qui prouve que le climat est délétère au Mali, faute de dialogue social. Ce Gouvernement a aussi réussi, dit-elle, a divisé les syndicats. Mais, ceux qui se sont engagés au M5-RFP ont décidé d’être du côté du peuple. Il a invité les responsables syndicaux à tenir sous la pression.

Mamadou Biton COULIBALY, a, au nom de la jeunesse du M5-RFP, invité la jeunesse malienne dans son ensemble à s’impliquer dans la mobilisation pour la réussite de ces actions programmées par le Comité stratégique du M5-RFP. «Ceux qui gagnent, c’est ceux qui n’abandonnent jamais»,a-t-il galvanisé.

Au nom des femmes, Mme Diawara Zéinabou a mis en garde le président IBK contre les violences meurtrières, les incarcérations arbitraires perpétrées contre les militants du M5-RFP. Le jeudi prochain, a-t-elle prévenue, les femmes du Mali comptent montrer à IBK de toutes les couleurs.  Selon elle, IBK n’a d’autres choix que de démissionner. «Jeudi prochain, nous allons chercher IBK pour le mettre à la disposition de nos maris»,a-t-elle dit.  Selon elle, le peuple Malien n’a pas eu peur de Moussa TRAORE, et ce n’est pas devant IBK qu’il va reculer.

Abdoulaye OUATTARA / Afrikinfos-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *