Mali: Issa Kaou Djim sonne le glas du M5-RFP

Le M5-RFP tire probablement sa révérence. C’est du moins ce qui sous tend les propos du Coordinateur nation de la CMAS, Issa Kaou Djim, à la RFI.

 

Après «Le M5’RFP est mort de sa belle mor», c’est «la transition ne devrait pas être un tremplin» aux politiciens au sein du mouvement pour accéder au pouvoir.

« Vous avez des partis politiques, vous avez des syndicats, vous avez des associations islamiques, vous avez des personnalités de la société civile», a listé la voix indiquée de la CMAS, des regroupement qui composent le M5-RFP.

Alors qu’ils ont fait front commun pour battre le pavé pour faire démission le Président Ibrahim Boubacar Kéita, chose qu’ils n’ont jamais obtenu depuis le 5 juin dernier jusqu’au mardi 18 Août dernier, date du coup d’Etat perpétré par Colonel Sassimi Goïta et quelques officiers.

A l’heures des concertations pour la charte de la transition, le front vole en éclat, la diversité dans l’union ne peut perdurer, surtout avec les politiques dont l’obsession est le pouvoir, le fauteuil présidentiel. Entre la CMAS et les autres entités politiques du mouvement, l’heure est à la rupture.

« Aujourd’hui, nous n’avons plus les mêmes objectifs quant à la transition », a pesté Issa Kaou Djim. Qui interroge: « Est-ce que le peuple malien est dans la logique de conduire le pouvoir à des chefs de partis politiques ? »

« Je ne pense pas », répond l’intéressé selon lequel « la position de la CMAS n’est pas calquée sur la position des partis politiques ».

Et le coordinateur national de la CMAS d’asséner: « Si les chefs des partis politiques sont aussi légitimes, ils n’ont qu’à aller aux élections ! S’ils gagnent les élections, il n’y a plus de problèmes. Et si ce n’est pas le cas, la transition ne devrait pas être un tremplin. »

Icimali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *