Mali-CEDEAO : La rue prépare l’intifada pour le 12 décembre

Un groupe de jeunes ayant mobilisé des milliers de manifestants pour soutenir la transition s’organise pour sortir la grosse artillerie contre la Cedeao. A partir du 10 décembre, ils entament des actions parallèles au sommet des chefs d’Etat de la Cedeao. Et les jeunes de plusieurs Etats du Sahel seront dans la rue dès que le sommet s’achèvera.

 

D’abord, ce sont les jeunes du Mali qui vont sortir à partir du 10 décembre pour ne plus rentrer. Selon des responsables de l’initiative, des milliers de jeunes vont occuper la rue pendant plusieurs jours, et ils vont suivre le sommet des chefs d’Etat. Les jeunes d’autres pays vont sortir à partir du 11 pour suivre le sommet dans la rue. Il s’agit principalement des pays limitrophes du Mali, dont le Burkina, le Niger et le Sénégal. Dès que la Cedeao annonce des sanctions contre le Mali, les jeunes occupant la rue vont immédiatement prendre des sanctions à appliquer aux intérêts de la Cedeao et des pays européens qui soutiennent la Cedeao.

Sans ce contexte, à la demande de la France, les Occidentaux font bloc pour mettre en échec l’implication de la Russie dans la sécurisation du Mali, alors que les ministres des Affaires étrangères du Mali et de la Russie se concertent régulièrement sur le renforcement de la coopération entre leurs pays, Mais les responsables maliens et russes ne font que emboîter le pas à des millions de Maliens qui ont signé une pétition lancée en faveur du renforcement de la coopération entre Moscou et Bamako.

Les citoyens maliens ont pris le devant depuis 2015, alors que l’on n’entendait pas parler du groupe Wagner dans les pays du Sahel en proie au terrorisme.

Le Groupe des patriotes du Mali (GPM), pétitionnaire de 8804849 signatures demandant la coopération gagnant-gagnant entre le Mali et la Russie, vient de renouveler sa demande auprès des autorités maliennes. Il a clairement exprimé dans un communiqué la volonté des Maliens se battant pour que des Russes s’impliquent davantage pour former et équiper les Forces armées maliennes. Cette demande populaire des Maliens a été portée à la connaissance des autorités russes depuis plus de trois ans.

Selon le GPM, le soutien d’autres alliés est nécessaire afin que le peuple épris de paix de de quiétude retrouve un pays dont l’intégrité territoriale n’est pas menacée. « Nous soutenons sans faille la transition pour une réussite intégrale de l’avenir radieux du pays. Nous ne voulons plus la dérive républicaine ; que la transition gagne le pari pour le salut du peuple », rapporte un communiqué publié par le groupe. Par ailleurs, ce même groupe a fourni une liste de plus de 300 mille volontaires aux autorités maliennes afin de renforcer les rangs des forces de défense et de sécurité.

Ibrahim M.GUEYE

Source : Infos-24

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.