Mahamadou Hawa Gassama, député à l’assemblée nationale : « Ma dignité a été bafouée. J’ai été calomnié par les membres du Gouvernement »

L’honorable Gassama accuse le Premier ministre et le ministre de la justice d’avoir ourdi un complot contre lui. Aussi a t-il « déposé une lettre de questions orales à l’Assemblée Nationale pour que le Ministre Bathily vienne s’expliquer sur les déclarations qu’il a faites lors de sa tournée avec le Premier ministre dans la région de Kayes. »
Le député de Yélimané, l’honrable Mahamadou Hawa Gassama est revolté contre le Ministre de la Justice, des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, Me Mohamed Ali Bathily. “Il est, on peut dire aujourd’hui, Procureur de la République, juge d’instruction, Premier ministre, Président de la République, huissier de justice, bref un demi dieu sur terre…”, a déclaré le député élu plusieurs fois dans la circonscription électorale de Yélimané. Visiblement très remonté contre le haut responsable de la justice malienne, qui vient de boucler une récente tournée effectuée en compagnie du Premier minsitre Moussa Mara dans la région de Kayes. Mahamadou Hawa Gassama accuse aussi le Premier ministre Moussa Mara.

honorable Mamadou Hawa Gassama assemblee nationale bagadadji
Selon le député, les deux personnalités (Moussa Mara et Mohaned Ali Bathily) ont profité de leur tournée dans sa localité à Yélimané pour réveiller de vieux démons. Il s’agirait de l’affaire dite de la “Dame Maro”. Une vieille affaire selon le député de Yélimané qui précise que l’affaire remonte à 2007. Aussi s’interroge t-il sur les motivations du Ministre de la Justice, Mohamed Ali Bathily qui aurait affirmé avec assurance que des gens ont remis au deputé Gassama la somme de 34.000.000 Fcfa pour réparer un préjudice causé à la “Dame Maro” et que le député n’aurait rien payé à ladite dame.
Selon Mahamadou Hawa Gassama, le Ministre Mohamed Bathily aurait soutenu que dans cette affaire Maro peut envoyer le député en prison par le biais de la contrainte par corps.
Outre ces points cités ci-haut, le député a énuméré plusieurs griefs contre le Ministre de la Justice et la “Dame Maro”. Mahamadou Hawa Gassama promet de faire de fracassantes révélations, une fois qu’une suite sera donnée à sa demande de questions orales adressées au Ministre de la Justice qu’il a déposée sur le bureau de l’Assemblée Nationale. Car pour Mahamadou Hawa Gassama, le Ministre Mohamed Ali Bathily a menti à Yélimané dans cette affaire de “Dame Maro”.
“Oui jai deposé une lettre de questions orales à l’Assemblée Nationale pour que le Ministre Bathily vienne s’expliquer sur les déclarations qu’il a faites lors de sa tournée avec le Premier ministre dans la région de Kayes. Ma dignité a été bafouée. J’ai été calomnié par les membres du Gouvernement qui se sont servis des services de certains…”, s’est plaint le député Mahamadou Hawa Gassama.  A suivre …
Laya DIARRA

========================================================

Encadré : L’affaire des questions orales formulées par Mahamadou Hawa Gassama: Les députés à couteaux tirés autour d’un article du règlement intérieur

Face aux questions orales de l’honorable Mahamadou Hawa Gassama, les députés ont du mal à se mettre d’accord sur la marche à suivre. Un député a t-il le droit d’introduire une question orale en période de session spéciale? La question qui a été examinée lors de la réunion de bureau, hier, n’a pas eu sa réponse, à cause d’une divergence dans l’interprétation des textes par les députés. L’honorable Mahamadou Hawa Gassama estime qu’il en a le droit, alors que ses collègues soutiennent le contraire, en se fondant sur une interprétation erronée des dispositions du règlement intérieur. Comme pour dire que l’Assemblée Nationale est pleine de députés novices pour ne pas dire ignares.

Faute donc d’un accord sur l’interprétation d’un dispositif du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale, la Cour Constitutionnelle a été saisie pour donner son avis, apprend-on auprès de source informée auprès de l’institution. Qui avait dit que la 5è legislature est la plus mauvaise après l’histoire des élections au Mali? Ceci est d’autant vraisemblable que l’institution étale chaque fois devant le grand public sa méconnaissance des règles de fonctionnement.

Disons l’ignorance totale des députés des textes qui régissent le fonctionnement de l’Assemblée Nationale. Un constat qui amène à regretter  les temps des présidents Ali Nouhoum Diallo, d’Ibrahim Boubacar Kéita, ou de Dioncounda Traoré. Parce que lors de leur passage, l’Assemblée Nationale était considérée par tous comme un haut lieu d’échanges et de discussions pour prendre les véritables décisions qui engagent la vie de la nation malienne.

L’Assemblée Nationale d’aujourd’hui ressemble, hélas !, à une caisse de résonnance, pour ne pas dire une coquille vide à cause de la mauvaise qualité de certains de ses représentants. S’y ajoute l’incompétence du président de l’institution qui n’échappe à personne depuis son élection pour présider cete institution.
Laya DIARRA

SOURCE: Soir de Bamako  du   21 août 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.