L’instrumentalisation du statut de l’opposition

Les critiques contre le budget de l’opposition sont récurrentes, en particulier concernant le budget de fonctionnement du cabinet du chef de file de l’opposition.

soumaila-cisse-chef-opposition-malienne-urd-ibrahima-ndiaye

Il est vrai que le montant du budget est élevé. Quand on veut faire de la démagogie sur le sujet, on gagne à tous les coups, tellement la situation financière des ménages est catastrophique. Or, il n’y a rien de plus menteur qu’un montant, quand la composition est fausse.

Si le cabinet du chef de file de l’opposition à rang de ministère, aucun ministère au Mali ne dispose d’une enveloppe budgétaire de moins de 700 millions de FCFA.

L’enveloppe budgétaire octroyée à l’opposition n’est pas uniquement un salaire, elle est constituée aussi des frais de fonctionnement, de déplacements et le salaire des employés.

La publication du budget du chef de file de l’opposition ne devrait a priori susciter aucune polémique. D’autant plus que le Chef de file de l’opposition est une habitude démocratique et a rang d’Institution de la République.

Cela existe dans bien de pays, même africains. Le cas le plus proche de nous est celui du Burkina Faso, ou le chef de file de l’opposition dispose d’un bureau bien équipé, a un personnel à sa disposition, un véhicule de fonction, un traitement mensuel et bien d’autres avantages, aux frais de l’Etat. C’est dire que ce n’est nullement une invention Malienne, encore moins une faveur négociée et accordée par IBK à Soumaila Cissé.

Braquer les « bergers allemands » populistes et l’opinion contre Soumi

C’est objectif de ce plan obscur sus-évoqué qui est en fait un coup de « Blaguer Tuer ». Il s’agit de sonner (sic) les « bergers allemands » de la politique Malienne, ces leaders de parti jaloux des acquis du chef de file de l’opposition n’hésitent pas à monter au créneau pour médire de lui au moindre fait et geste. Même son silence lui attire la foudre.
Le statut de chef de file de l’opposition n’est donc rien moins qu’un autre coup du président IBK qui tient à utiliser tous les éléments de sa boîte à malices pour se donner bonne presse et trouver grâce aux yeux de l’extérieur.

Il appartient donc à l’opposition Malienne de faire preuve de vigilance en se montrant capable de décrypter tous les signaux venant du pouvoir.

Source : la rédaction

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.