L’initiative riz en 10 questions et réponses pour tout comprendre

Modibo Sidibé reconnaît qu'il y a eu sous ATT des "insuffisances en matière de gouvernance". © DR Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Modibo Sidibé : "Tout n'est pas mauvais dans l'héritage d'ATT" au Mali |

Modibo Sidibé reconnaît qu’il y a eu sous ATT des « insuffisances en matière de gouvernance ». © DR

1. Quels étaient les objectifs de l’InitiativeRiz ?

MS :Pour la campagne agricole 2007 / 2008, l’objectif de l’Initiative Riz étaitd’augmenter significativement la production de riz, et d’atteindre 1.618.323 tonnes de riz paddy, ce qui représentera une hausse de 50% par rapport à la production de la campagne 2007 -2008.

 

Ceniveau de production devait permettre de dégager un (1) million de tonnes deriz marchand, de couvrir les besoins alimentaires internes du Mali estimés à900.000 tonnes et de dégager un excédant commercialisable de 100.000 tonnes deriz marchand destiné à la vente hors du pays.

 

2. Quelles stratégies ont été mises en œuvre pouratteindre les objectifs de production ?

MS : La stratégie de production aconsisté à :
-Accroître la productivité des différents systèmes de
production par :
– La subvention auxintrants agricoles (engrais et
semences) ;
– le préfinancement deséquipements ;
– Le renforcement del’appui-conseil ;
– L’appui au fonctionnement de certainesstructures de production.
La stratégie commerciale de l’Initiative Riz consistait à éviter une baisse drastique des prix au producteur, tout en garantissant la stabilité des prix pour les consommateurs.
3. L’Initiative Riz a coûté combien au total ?

MS : Au terme de la campagne agricole 2008/2009, lecoût de la mise en œuvre de l’Initiative Riz s’est établi à 34 543 685 957 FCFA dont :
– Etat : 13 147 685 957 FCFA
– Producteurs : 21 396 000 000 FCFA

Ces montants ont étévalidés par le Vérificateur Général dans son Rapport 2009.

 

4. Pourquoi parle-t-on de 42 milliards ?

MS : C’est le coût global prévisionnel qui avait étéestimé à 42,65 milliards de FCFA, selon la clef de répartition suivante :Etat 11, 41 milliards ; et les producteurs 31,24 milliards.
Généralement, il y a toujours une différence entre les estimationsde coûts d’un projet au départ, et les coûts de réalisation du projet. Lespremières sont des hypothèses de travail, alors que les deuxièmes résultent de la mise en œuvre concrète.

5. Comment l’Initiative Riz a-t-elle été financée ?

MS :

– Financement del’Etat : 9 598 703 953 FCFA sur Budget National ;
– Contribution desproducteurs : 21 396 000 000 FCFA
– Financement desPTF : 3.599.199.187 FCFA de contribution duCanada, du Royaume des Pays Bas et de la BAD ;
– Appuis directs des PT Faux producteurs : 968 500 000 F CFA par le PNUD, la FAO, le Danemark et la Banque Mondiale.

 

 

6. Quels ont été les résultats de l’InitiativeRiz ?

MS :

-L’extension de l’Initiative Riz au maïs, au blé et au coton aucours de la campagne agricole 2009-2010. La subvention engrais a été étendue àces cultures ;
-L’accélération de la dissémination du Nérica : lessurfaces ont considérablement augmenté passant de 3000 ha en 2006 à 11000ha en2008, soit un accroissement de 366%. En outre, d’importateur net de semence deNérica, le pays est aujourd’hui autosuffisant ; et dispose d’un excédentde stock ;
-L’accessibilité aux engrais : la disponibilité etl’accessibilité des engrais dues à l’Initiative Riz ont permis d’approvisionner52% des producteurs de riz qui n’avaient aucune possibilité d’accès à cesintrants.
L’engouementsuscité chez les producteurs lors de la campagne 2008-2009 s’est traduit parune augmentation de l’utilisation des engrais (de 19,53%, par exemple, dans larégion de Ségou) ainsi que des superficies cultivées (de 48,24% dans la régionde Mopti et de 15,82% dans la région de Ségou).

 

7. Quels ont été les impacts significatifs del’Initiative Riz ?

MS :

Les impacts del’Initiative Riz sont nombreux :
-Les impacts pour les producteurs : le niveau élevé des prix aprocuré aux producteurs des revenus plus importants pour la satisfaction deleurs besoins en équipements ;
-Au niveau des consommateurs : le consommateur malien abénéficié du prix du riz le plus bas de la sous-région, dans un contexte dehausse généralisée des prix des produitsde première nécessité. Les écarts ont varié entre 100 et 150 FCFA/kg ;
-Pour les opérateurs économique et autres prestataires : lescommerçants de riz et les autres prestataires (transporteurs, banques, fournisseursd’équipements, transformateurs, etc.) ont enregistré une augmentationconsidérable de leur chiffre d’affaires ;
– L’amélioration du tauxde mécanisation :l’équipement des producteurs en matériel agricole a permis d’augmenterconsidérablement les surfaces exploitées et améliorer le respect du calendrieragricole. Par exemple, le placement de 50 motoculteurs en zone Office du Nigera permis l’exploitation de 2 021 ha, soit en moyenne 40 ha parmotoculteur.
– Il est à noterque :
– Depuis plus de deux ans,les marchés de consommation sont correctement approvisionnés en rizlocal

– Le Mali a exporté, àtravers le PAM, des céréales (mil et riz) vers d’autres pays ;

En 2010, contrairement àla pratique des années antérieures, le Mali n’a exonéré aucune importation deriz.

 

8. Quelle évaluation a-t-elle été faite de l’Initiative Riz ?

MS :
Le Vérificateur Générala procédé à une vérification financière et de performance de l’Initiative Riz.Ses conclusions ont été rendues publiques dans le rapport 2009 du Bureau duVérificateur Général. Elles ont été mises en ligne sur son site web.
Le rapport fait leconstat des insuffisances ayant marqué la mise en œuvre de l’Initiative Riz,mais établit que :
· Les objectifs de production ont été globalementatteints pendant la campagne 2008-2009 dans les régions de Ségou et deMopti : par rapport aux prévisions, les taux de réalisation ont été de106,98% dans la région de Mopti et de 93,4% dans la région de Ségou ; parrapport à la campagne 2007-2008, les taux d’accroissement étaient de 79,28%dans la région de Mopti et de 22,22% dans la région de Ségou en considérant lesdonnées du rapport de l’Enquête Agricole de Conjoncture (EAC) ;

· Les riziculteurs ont amélioré leurs revenus nets grâce à l’Initiative Riz ; même si l’objectif d’une augmentation des revenus de 66,67% pendant la campagne 2008-2009 n’a pas été dans l’ensemble atteint ;

 

9. Donc l’Initiative Riz a été plutôt un succès ?

MS :

Le taux de réussiteatteint se fixe globalement à 99% selon les données du Bilan de la campagneagricole ; et à un peu plus de 80% pour les données de l’Enquête Agricolede Conjoncture (EAC). Un projet qui atteint 80% de réussite dès la première annéeest normalement considéré comme une réussite.
Par ailleurs, au cours du Forum Agri Business 2010 à Kampala (03-07 2010), l’Initiative Riz a été primée par EMRC (European marketing Center for Research and consulting). Ceprix est destiné à saluer les efforts d’individus ou d’organisations qui ont contribué de manière exceptionnelle au développement économique et social dans leur pays et région.

 

10. Sur quoi repose la polémique à propos de l’Initiative Riz et que vise-t-elle ?

MS :

En dépit des faits, les adversaires de l’Initiative Riz s’accrochent au coût estimatif du projet et rejettent toutes les explications. L’objectif visé par eux est politique : il s’agit de nier l’évidence et tenter de compromettre la réputation d’intégrité de Modibo Sidibé.
Si l’Initiative Riz avait été l’échec dénoncé, le Gouvernement n’aurait pas décidé de l’étendre au maïs, au blé et au coton en 2010. On ne reconduit pas une opération qui a échoué ! Maintenant, que ceux qui sont contre l’Initiative Riz annoncent publiquement leur volonté de ne plus subventionner les engrais et soutenir l’effort d’équipement des producteurs !

 

Seyni NDiaye  / 

Publié le jeudi 20 juin 2013  |  Partis Politiques
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *