L’exercice démocratique au Mali: l’apport réel des partis politiques est-il à la hauteur de leur poids financier public?

L’exercice démocratique au Mali: l’apport réel des partis politiques est-il à la hauteur de leur poids financier public?

assemblee nationale mali depute VOTE

La  Loi 00-045 du 07 juillet 2000 portant charte des partis politiques au Mali, prévoit à son article 23 un financement public des partis politiques.

 

L’article 32 de cette même loi précise le montant total qui peut être alloué au titre de ce financement public à 0,25% des recettes publiques.

 

Ce qui représente pour cette année 2014 un montant total de près de 1,7 milliards de francs.

 

Alors la question qu’on doit se poser à ce niveau est de savoir est-ce que dans l’exercice actuel du jeu démocratique au Mali nos partis politiques méritent-ils cette manne financière de l’État au vu de leur activité présente et de leur apport réel au processus démocratique chez nous?

 

Avant de tenter de répondre à cette question, il convient de s’intéresser à la typologie des partis bénéficiaires de ce financement public.

 

La loi susmentionnée précise par ailleurs que:

 

-20% du montant indiqué doit revenir aux partis politiques ayant déposé dans le délai leur bilan financier (avant le 31 mars)

 

-40% va aux partis politiques présents à l’assemblée nationale proportionnellement au nombre de députés.

 

-40% est alloué  aux partis politiques au prorata des conseils communaux.

 

Il apparaît clairement que dans l’esprit de la loi pour bénéficier du financement public un parti politique doit avoir des élus et prouver une gestion financière rigoureuse.

 

Donc un parti politique qui parvient à faire élire ses candidats aux législatives ou aux municipales ou qui fait preuve d’une gestion financière régulière doit bénéficier du financement public selon la loi.

 

La raison de cette générosité publique est que les partis politiques doivent participer au jeu politique démocratique de débat et d’animation de la politique pour le triomphe de la démocratie.

Et qu’il faut une contribution publique pour cela.

 

Ce qui est clairement exprimé par l’article 48 de la charte des partis politique:

“Les partis politiques participent à l’animation de la vie politique nationale et sont tenus au respect du jeu démocratique dans le cadre du système politique tel que défini par la Constitution”.

 

Pourtant depuis 2012 nous avons vu et nous voyons à présent des acteurs politiques, très souvent leaders des partis politiques du Mali, soutenir d’autres pouvoirs totalement illégaux et en dehors du jeu démocratique en l’occurrence les putschistes du 22 mars 2012.

 

La déliquescence de l’État malien et son effondrement total en mars 2012 qui plongèrent le pays dans une crise institutionnelle sans précédent sont pourtant issus d'”un crime imprescriptible contre le peuple malien” qu’est le coup d’état selon cette même constitution.

 

Ce qui prouve à suffisance, la violation flagrante non seulement de la constitution du Mali mais aussi et surtout de la charte des partis politiques du Mali par certains acteurs politiques et leurs formations politiques en république du Mali.

 

Ces formations politiques avaient pourtant bénéficié et continuent de bénéficier de l’argent public pour consolider la démocratie au Mali depuis maintenant plus de 2 décennies.

 

1. Alors sommes-nous pas en train de filer gratos 1,7 milliards de nos francs à des organisations politiques qui se réclament de la démocratie pour en boire le jus et qui n’hésitent pas une seconde à le poignarder dans la poitrine pour se rallier au premier fanfaron qui pointe son nez hors de sa garnison?

 

2. Ne serait-il pas plus utile au pays de construire et d’équiper plus d’hôpitaux et d’écoles voire de créer plus d’emplois pour les jeunes plutôt que d’assister financièrement des formations politiques qui font tout sauf leur mission au service de la démocratie au Mali?

 

En mon humble avis les questions 1 et 2 méritent une réponse par OUI.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *