Les élections de 2018 : Une délégation du parlement européen encourage les autorités maliennes à respecter le délai

Une délégation du Bureau de l’Assemblée Parlementaire paritaire ACP-UE s’est rendue, du 7 au 9 mars 2018, à Bamako pour une mission. L’objectif de la mission était de recueillir des informations sur la situation sécuritaire et politique qui prévaut au Mali, et accompagner le processus politique en cours, tant en terme d’organisation qu’en terme de déroulement des élections à venir. Elle était conduite par Mme Cécile Kashetu Kyenge, membre du parlementaire européen, Joseph Owona Kono et les autres membres.

Cette délégation a pu rencontrer les différentes autorités et parties prenantes pour la bonne organisation des élections futures. Il s’agit, notamment du président de l’Assemblée nationale, des députés du Nord, le ministre des Maliens de l’extérieur et de l’intégration Africaine, le Bureau de la commission électorale nationale indépendante (CENI), des formations politiques de la majorité et de l’opposition, des organisations de la société civile, des leaders religieux et des acteurs économiques et sociaux. La mission a également eu des échanges avec la MINUSMA, la CEDEAO et plusieurs  représentations diplomatiques accréditées à Bamako.

Les membres de la délégation ont échangé sur des sujets majeurs pour le Mali, dont la politique et la sécurité, la mise en œuvre de l’accord de paix et de réconciliation, la préparation et l’organisation d’élections apaisés, crédibles et transparentes, ainsi que la crise humanitaire et plus particulièrement alimentaire qui touche de plus en plus de Maliens suite aux épisodes de la très faible pluviométrie et des problèmes liés aux phénomènes migratoires.

Selon leurs analyses, la mission encourage les autorités maliennes à mobiliser toutes les capacités pour que les élections prévues aient lieu malgré que toutes les conditions ne soient totalement remplies. La délégation affirme qu’avec l’aide de la communauté internationale et l’accompagnement des bailleurs de fonds la situation du vide constitutionnel serait évitée. Ils ont sollicité auprès des parties prenantes la tenue d’élections apaisées, crédibles et transparentes, en y associant l’ensemble des acteurs de la société malienne.

M.O. COULIBALY

Source : Le Fondement

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *