Les abeilles en conclave : Le congrès de la clarification

L’Adema, ancien parti majoritaire ayant géré les affaires publiques pendant dix ans est depuis à la croisée des chemins . Le parti est en déliquescence, sa cohésion est menacée, en outre, il a enregistre de nombreuses démissions au file du temps. Au moment ou les ténors du parti s’activent pour organiser un congrès vers la fin du mois de Mai, la situation est très confuse au sein de l’Adema, avec une pléiade de postulants.

 parti politique adema pasj logo

Les prétendants à la présidence du parti sont nombreux. Heureusement que ces derniers temps, Dioncounda Traoré qui était annoncé sur la liste des prétendants, dans les coulisses ne serait plus de la course. Qu’a cela ne tienne, deux candidats demeurent au starting bloc. Il s’agit de Moustapha Dicko et Tiémoko Sangaré. Entre les deux postulants  lequel sera  l’élu du peuple Adema ? Pour  le moment on n’en sait rien. Mais au regard des données disponibles ,  du parcours de chacun des deux candidats et  aussi de leur attachement au parti, si on veut objectivement analyser la situation, on se rend compte que l’Adema pour se pérenniser et mieux se repositionner penchera sans doute vers Moustapha Dicko.

A la différence de Tiémoko Sangaré, malgré les soubresauts dans la Ruche, Moustapha Dicko est resté fidèle au parti, à ses idéaux, reconnaissant ses faiblesse, lacunes et insuffissances.IL a eu le comportement d’un militant, un démocrate sincère et fidèle.

Pour ce qui est de Tièmoko Sangaré, on se rappelle qu’un moment, il avait quitté le parti au profit d’un autre, le MIRIA non content de la manière donc le parti était géré. Il avait ainsi suivi feu le Pr Mamadou Lamine Traoré. En désespoir de cause, il reviendra à l’Adema.

Au regard de tout ce qui précède Moustapha Dicko est de loin le candidat dont le profile et le comportement correspondent au portrait Robot de celui qui doit prendre les reines de l’Adema afin de lui donner une nouvelle impulsion dans l’arène politique. Il se doit d’être un président rassembleur qui aura la lourde tâche de redorer le blason du parti, d’inciter certains qui sont partis ailleurs a retourner  dans la ruche. Une mission essentielle serait d’œuvrer en sorte que le parti retrouve son illustre d’antan. La tâche n’est certes pas facile, mais il bénéficiera sans doute du soutien des autres camarades pour l’orienter sur le droit chemin, susceptible de permettre au parti de reprendre la voie de la reconquête du pouvoir politique.

Les dés sont jetés et le parti a tout intérêt à s’efforcer a remonter la pente, afin d’éviter d’être la risée des autres partis qui l’ont vu pratiquement comme un « Albatros » dans les microsome politique. Le peuple Adema doit faire en sorte que « L’Albatros » d’hier ne devienne pas le lièvre d’aujourd’hui.

Le congrès qui se profil à l’horizon à l’Adema doit avoir une portée hautement historique, tant pour le parti qu’au sein de la classe politique de façon générale. Comme on le dit, ça passe où ça casse

Tiémoko Traoré

source : Le Pouce

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.