Législatives du 24 novembre : les candidatures de Me Tall, Adama Sangaré et les rebelles contestées par l’AP/MA

L’Association Appel du Mali (AP/MA) s’insurge contre les candidatures du maire du district Adama Sangaré ; du président du Cnid Faso Yiriwa ton, Me Mountaga Tall et des rebelles du Nord aux législatives du dimanche prochain. Aussi, désapprouve-t-elle les trafics d’influence constatés lors de la campagne.

Adama T Coulibalyprésident APMA menace assemblée national mali bamako

Pour le président de l’AP/MA, Adama T. Coulibaly, il y a des candidatures qui ne devraient pas normalement passer pour les législatives du 24 novembre. Il s’agit de celles du maire du district Adama Sangaré ; du président du Cnid Faso Yiriwa ton, Me Mountaga Tall et des rebelles du Nord. A l’AP/MA on ne comprend pas comment ces candidatures ont pu passer au niveau de la Cour constitutionnelle.

Pour Adama Sangaré, a-t-il dit, l’intéressé vient d’un séjour carcéral à Koulikoro il n’y a même pas longtemps. Il est en liberté provisoire et ne devrait même pas aller à la mairie a fortiori chercher à exercer quoique ce soit. Pour l’AP/MA, le maire du district n’a pas d’orgueil sinon il devrait se mettre purement et simplement à la disposition de la justice de son pays. « Sa candidature est une insulte aux victimes de sa spéculation foncière, ceux qui ont vu leurs parcelles retirées et ceux qui ont été expropriés », souligne-t-on à l’AP/MA. Ici, on estime que c’est une manière pour le maire du district de se mettre à l’abri de la justice pendant 5 ans s’il venait à être élu député. C’est pourquoi à la veille de cette élection, le président de l’AP/MA appelle les populations de la Commune III à barrer la route du parlement à M. Adama Sangaré.

En ce qui concerne Me Tall, l’AP/MA rappelle qu’il a été visé par une procédure judiciaire et que l’Assemblée nationale avait même eu à mettre en place une commission ad hoc qui a conclu à une demande de levée de son immunité parlementaire. Ce qui a été fait. Le président de l’AP/MA s’inquiète d’une réélection d’une telle personne car, ça sera lui garantir une autre immunité dont la levée va nécessiter une autre commission ad hoc. Pour Adama T. Coulibaly, les électeurs de Ségou doivent aider Me Tall à se mettre entièrement à la disposition de la justice à travers un vote sanction.

Les autres candidatures qui indignent à l’AP/MA sont celles des rebelles catalogués Ansar Eddine ou HCUA que sont Ahmada Ag Bibi, Mohamed Ag Intallah et autres. Pour le président de l’association, ces candidatures sont inacceptables et la présence des intéressés à l’Assemblée nationale ne grandit nullement le Mali. L’AP/MA s’interroge sur la manière par laquelle ces candidats pestilentiels ont pu se retrouvés sur des listes RPM d’où ce lien que Adama T. Coulibaly et ses compagnons font entre le parti d’IBK et les narcotrafiquants et autres narcojihadistes. « Les criminels d’Aguel Hoc ont vu leurs mandats d’arrêt levés par un IBK auquel les Maliens ont eu confiance. C’est une trahison de la nation par IBK », regrette-t-on à l’AP/MA.

L’Association Appel du Mali s’insurge aussi contre le trafic d’influence des membres du gouvernement issus du RPM par rapport à ces législatives. C’est pourquoi elle demande par exemple que le Végal diligente une mission dans certaines structures qui sont sous tutelle du ministère du Développement rural dont l’occupant est un certain Bocary Tréta. Cette mission de vérification doit se rendre à l’ODR de Sélingué, l’Office du périmètre irrigué de Baguinéda (OPIB) et l’Office du Niger parce que ça y sent de la magouille sur fond de chantage au profit des listes RPM pour les législatives.

SOURCE / MALIGO

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.