LEGISLATIVES A KOULIKORO : IZAAK La gaffe a peur

En lice pour un nouveau mandat, Issiaka Sidibé, le président de l’Assemblée nationale du Mali, devrait renoncer à tout poste électif, selon des électeurs. Certains mettent en avant son âge pour justifier leur opinion. Le vieux patron de l’Assemblée nationale parait trop lourd et peu professionnel aux yeux de beaucoup qui estiment que les sessions organisées sous son leadership ne ressemblaient pas à de vraies sessions. Du coup, Izak la gaffe a peur..
Isaac pour les intimes, le président de l’Assemblée nationale affiche un autoritarisme inutile dans la police des débats à l’Assemblée. Il est le seul dont les gens se plaignent, y compris les téléspectateurs, à chaque fois que des débats sont retransmis sur les antennes de la télévision nationale. Du début à la fin des débats, Isaak multiplie les faux pas et tente souvent de museler les députés qui dérangent.

Même les journalistes ont fait les frais des dérives du président de l’Hémicycle qui confond très souvent serviettes et torchons. On se souvient d’une de ses sautes d’humeur lorsqu’il avait ordonné à des gardes d’isoler un jeune reporter dont le seul tort a été d’avoir pris une photo dans la salle des plénières de l’Assemblée. Les gens se demandent encore ce qui a poussé le président de l’Hémicycle à un tel excès qui ne s’explique pas.

Sur le plan politique, il reste qu’Issiaka Sidibé n’est pas le candidat idéal de son parti à cause de son impopularité dans la région de Koulikoro. Nombreux sont les observateurs à penser que son alliance avec un candidat de l’opposition est une ruse pour lui éviter l’humiliation. En effet, Eli Diarra, le candidat de l’URD avec qui il est en alliance pour les législatives, est le très populaire maire de la ville.

S’accrocher au maire de Koulikoro est donc une opportunité qui évitera à Izaak de perdre sa place à l’Assemblée nationale. Dans la ville de Koulikoro, il y a peu de commentaires favorables pour le président de l’Assemblée nationale. Bien qu’il soit de la ville, les habitants lui vouent un sentiment inamical à cause de la distance qu’il a créée entre lui et la population pour qui leur député n’aime pas les gens.

De la même façon, les jeunes de la ville ne voient pas en lui un représentant digne de confiance et de respect. A cause de cette mauvaise réputation d’homme froid, les associations de jeunes demandent rarement à Isaak de parrainer leurs activités culturelles et sportives.

Le retour de la manivelle n’est pas loin.

 

Source: Journal La Sirène-Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *