Législatives 2013 : CARITAS- MALI PARTAGE SES CONSTATS

La mission d’observation électorale de Caritas-Mali (MOECM) a animé hier un point de presse pour rendre ses conclusions sur le scrutin du dimanche passé. La conférence était animée par deux responsables de l’organisation : son secrétaire général, Théodore Togo et le coordinateur de la Plate-forme virtuelle de centralisation, d’analyse et de traitement des informations, Gaston Goro.

 

mission observation électorale Caritas legislative election bamako

La MOECM était composée de 200 observateurs et superviseurs, majoritairement des jeunes étudiants qui ont couvert 39 circonscriptions électorales sur les 55 que compte le pays. Ces jeunes ont été  déployés dans les régions de Kayes, Sikasso, Ségou, Mopti, Gao, Tombouctou, Kidal et le District de Bamako.

Théodore Togo dans sa déclaration liminaire a expliqué les raisons qui ont motivé Caritas Mali et ses partenaires (la Conférence épiscopale du Mali, CRS, Secours Catholique France, Caritas au Sahel), à participer  à l’observation des élections législatives. Selon lui, les missions des députés ne se limitent pas seulement à celles qu’ils exercent dans leurs rapports avec l’exécutif.  Les élus de la Nation doivent être préoccupés par les crises sociales, les conflits et autres formes d’insécurité ou de menaces pour le pays.

Pour Théodore Togo, l’engagement de Caritas Mali dans l’observation du déroulement des élections sur l’ensemble du territoire trouve son fondement dans sa mission d’œuvrer pour la justice, la paix et la dignité humaine selon les enseignements du compendium de la doctrine sociale de l’Eglise catholique.

Il a ensuite expliqué le dispositif institutionnel de trois niveaux mis en place par l’organisation pour réussir sa mission. Le premier était une coordination nationale comprenant trois composantes : politique, juridique et institutionnelle. Le second était une coordination technique assurée par les superviseurs tandis que le 3ème concernait l’observation directe effectuée par les observateurs déployés dans les différents bureaux de vote.

A côté de l’observation des opérations électorales, Caritas Mali a mené d’autres activités de soutien au processus électoral notamment l’information et la sensibilisation des populations sur l’importance du vote à travers des émissions radiophoniques dans les zones d’intervention de Caritas Mali et l’affichage de 500 banderoles comportant des messages clés pour un vote utile à travers le pays.

De son côté, Gaston Goro a indiqué que la plateforme virtuelle a procédé à la centralisation, l’analyse et au traitement en temps réel des données et informations venant des équipes d’observation des 8 régions et du District de Bamako. Ces équipes ont observé dans 388 bureaux de vote  sur les 20268 qui étaient ouverts pour ce scrutin.

Il a ensuite évoqué quelques insuffisances constatées mais qui ne sont pas de nature à entacher la crédibilité du scrutin.

Il s’agit en occurrence de l’absence au démarrage des opérations de vote, de liste électorales, de fiches d’émargement dans certains bureaux de vote,  du faible éclairage de certains bureaux de vote rendant le dépouillement pénible. Il a aussi retenu l’enlèvement de matériel de vote dans certaines localités des régions du Nord.

Le non respect des dispositions de l’article 96 de la loi électorale, relatives à l’affichage du récépissé des résultats devant le bureau de vote et la remise d’une copie du récépissé dument signé à chaque délégué de parti politique ou de liste de candidats figure également parmi les insuffisances constatées par la mission d’observation de Caritas Mali.

Pour une bonne mobilisation afin de réussir le second tour des législatives à venir, la MOCEM invite les populations à une participation citoyenne massive.

S. TANGARA

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *