Lecture du communiqué du conseil de ministres au cours du journal télévisé. Méthode très archaïque

De l’indépendance à nos jours, le communiqué du conseil des ministres de mercredi ou jeudi, est encore porté à l’attention de l’opinion nationale au moyen du journal et aussi de la télévision depuis l’avènement de celle –ci dans les années 80.

Aissata Ibrahim Maiga journaliste presentatrice journal televise jt ortmCette méthode au jour d’aujourd’hui, en raison du développement des moyens de communication, notamment les réseaux sociaux et autres tic, rallonge inutilement le journal au cours duquel il est intégralement lu et essouffle à la fois le présentateur du journal et son confrère à qui, il fait appel pour ce faire. Or, à l’instar de beaucoup de pays du monde, le département peut faire l’économie d’une si vieille pratique de communication, permettant ainsi au service des informations de la maison rose d’économiser de précieuses minutes dans le développement des journaux parlés et télévisés. Le communiqué d’un conseil de ministres, à notre humble avis, devrait être commenté par le ministre porte- parole du gouvernement, point par point, en face de la presse, au sein du département ou même du perron de la salle du conseil des ministres. Après coup, le département en charge de la communication pourrait publier l’intégralité du texte dans le quotidien gouvernemental. Au cours du premier mandat du président Konaré, le ministre Bakary Konimba Traoré faisait ainsi, presque tous les mercredis ; ce jour là,  il recevait l’ensemble des représentants des presses publique et privée pour son briefing hebdomadaire. C’est croyons-nous humblement savoir, ce à quoi, le gouvernement devrait revenir. Lire le communiqué du conseil des ministres au cours des+ journaux est une pratique fatigante, une perte inutile de temps, totalement dépassé au regard de l’avancée notable des outils de

l’information et de la communication depuis en tout cas, un certain temps. C’est désormais comme ça, que ça se passe désormais dans tous les pays dits modernes et en avance sur le plan des TIC. Il revient donc au ministre porte- parole du gouvernement de prendre en charge personnellement le compte rendu du conseil auquel il a personnellement participé. Serions-nous entendus ? Nous osons le croire.

Sory de Motti

source :  Nouvelle Patrie

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.