Le dialogue tronqué

La situation politique et sociale  actuelle ? Le chef de file de l’opposition a estimé que le pays est  en crise au point que son émergence est compromise. Et pour sortir de l’ornière, Soumaïla Cissé prône un dialogue global, inclusif, interactif, dynamique et transparent. Au lieu du dialogue national que le gouvernement a organisé : « Aujourd’hui, le Dialogue national inclusif présenté aux Maliens comme ultime solution aux maux du pays a vécu sans qu’aucun problème du pays ne connaisse à présent un début de solution.

Au contraire, les tragédies continuent, les grèves se multiplient, l’éducation de nos enfants est plus que compromise par l’incapacité notoire du gouvernement à respecter ses propres engagements vis à vis des syndicats d’enseignants. Les menaces ne sauraient être une réponse à des revendications syndicales légitimes ! ».

S’agissant des élections législatives, le président de l’URD prévient : «  L’organisation de ces élections sans  d’abord résoudre des préalables nécessaires sont une fuite en avant du gouvernement qui  portera  la responsabilité d’une crise future ».

Mémé Sanogo

Source: L’Aube

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.