Le cas Timbiné

Derrière les orientations du chef de l’état et ne rentrent pas dans une quelconque manœuvre interne au RPM. Téréta, mettra donc en œuvre son stratagème au sein du RPM, consistant à désigner le candidat du Parti parmis 6 candidats dont Abderhamane Niang, Abdoulaye Koly Coulibaly, Baber Gano, Mamadou Diarassouba, Issaka Sidibé et Moussa Timbiné. Mais les contours et les critères de désignation du candidat au perchoir étant flous, Issaka Sidibé, Abderhamane Niang, Moussa Timbiné et Abdoulaye Koly Coulibaly se retirent du mode de désignation instigué par Tereta. Au Finish Baber aura 6 voix face à Diarassouba qui obtient 37 voix.

Cette intrigue de Téréta, Diarassouba et Baber pour barrer la route à Moussa Timbiné ne tenait pas compte du fait que le RPM n’a que 51 deputés sur un total de 147 et donc il faut 75 députés pour occuper le perchoir. Or Timbiné sentant le coup qui se préparait contre lui avait déjà balisé sa route vers le perchoir avec les 25 députés de l’ADEMA, 32 députés du RPM, 19 députés regroupés autour du MPM (10 députés) de Hadi Niangadou et 20 députés regroupés autour de l’ADP-MALIBA d’Aliou Boubacar Diallo. Ce qui lui faisait un total de 96 députés acquis.

C’est donc fort de ce soutient que la séance inaugurale de l’assemblée nationale s’ouvrit le lundi 11 Mai 2020, avec comme principal point inscrit à l’ordre du jour : élection du président de l’assemblée nationale.
A l’ouverture de la séance, Moussa Timbiné, Mamadou Diarassouba et Moussa Mara firent acte de candidature. Aussitôt Assarid Ag Imbarkawane (député ADEMA) demanda une suspension de séance au nom des députés de la majorité présidentielle et Baber Gano en fit de même au nom des députés RPM. Assarid reussit à mettre dans une meme salle une centaine de députés acquis à Moussa Timbiné et Baber se retouve avec seulement 25 députés. La défaite se profilant à l’horizon, Diarassouba prit la parole pour retirer sa candidature et appel ses soutiens à voter pour Timbiné.

Timbiné est élu avec 134 voix sur 147, Moussa Mara ayant obtenu 8 voix. Même un enfant sachant que l’URD ayant 19 députés et YELEMA de Moussa Mara 3 députés, comprendrait qu’une grande partie des députés URD a voté Moussa Timbiné. Qui pourrait rêver, plus forte légitimité ?

La mise en place du bureau de l’assemblée !

L’élection du bureau de l’assemblée obéit aux mêmes principes démocratiques que l’élection du président de l’assemblée nationale. On comprend donc aisément que le groupement de partis s’étant entendu sur l’élection de Timbiné se soit également entendu sur le bureau de l’assemblée nationale. De toutes les facons, avec plus de 100 députés, personne ne pouvait se mettre en travers de leur chemin. Ce groupement offra tout de même la 3iem vice-présidence de l’assemblée nationale à Diarassouba.

qui l’accepta et la présidence de la commission des lois à Baber qui déclina l’offre. Ce dernier n’ayant pas compris qu’étant à la tête de la commission des lois pour les réformes à venir, il serait certainement un député incontournable et le vis-à-vis du gouvernement. Hélas n’est pas politique qui veut ! Baber se retrouve donc sans poste et donc sans bureau, il ne vient même plus à l’assemblée.

Que vient faire Boubou Cissé dans tout ça ?

Le Premier ministre Boubou Cissé, on le sait à présent nourrit des ambitions présidentielles. Donc pour ce faire il met en place ses pions. Pour Boubou, Dirassouba à la tête de l’assemblée nationale secondé d’un Baber Gano non moins secrétaire générale du RPM mais surtout élu de Djenné sur la même liste que l’oncle de Boubou, Abdel Kadri Cissé de l’URD est un atout.

Pour Boubou, il a aisément une frange non négligeable du parti présidentiel avec lui si Diarassouba et Baber sont aux commandes du parlement. Au sein de l’URD, son oncle Abdel Kadri Cissé et Amadou Cissé dit Djadjiri qui a eu quelques marchés atteignant le milliard, lui apporteront une partie de l’URD. Le grand frère Baba Cissé et Alou Berthé, actuel ministre des domaines se chargeront de l’ASMA. Belle et infaillible équation, pourrait-on dire.

Cependant voilà que la venue de Timbiné chamboule tout. Inadmissible pour Boubou qui œuvre aujourd’hui pour que le parlement soit l’agneau sacrificiel de cette crise politico-social. Pourtant le socle de cette crise est du fait de l’incompétence criard de Boubou Cissé.

Qui a mis l’économie Malienne dans un tel gouffre ?
Qui a fait la sourde oreille aux enseignants ?
Par la faute de qui, des milliers d’enfants sont à la maison ?
La famille de qui a pris en otage l’administration des Finances Publiques ?

A cette multitude de faits, mieux vaut trouver comme bouc émissaire, le parlement et par la même occasion faire tomber Timbiné pour mettre au perchoir un élément aux ordres. D’autant plus que ces derniers temps, Timbiné a joué le rôle de PM en recevant toutes les forces vives de la nation pour résoudre cette crise politico-sociale. Boubou Cissé préférant distribuer des masques dans les transports en commun. Chacun ses priorités dira-t-on.

Cette attitude de Boubou peut se retourner contre lui si, maintenu à son poste, il devait présenter sa déclaration de politique générale à 147 députés qu’il souhaitait voir sacrifier pour sa propre et unique personne.

D’autant plus qu’il n’est un secret pour personne que son petit frère Cheick Oumar Tall dit Léo entretient Rasbath à coût de 5.000.000 Fcfa/mensuel, alors nous comprenons aisément pourquoi Rasbath n’a pas rejoint la CMAS.

Mais surtout il jette sur les ondes, son venin sur Timbiné et omet volontairement de charger le gouvernement qui pourtant n’a pas su répondre aux revendications légitimes des Maliennes et des Maliens.

Le même Léo surnommé « le démarcheur » de la famille était aussi en charge d’entretenir les liens avec Mahmoud Dicko, avec qui, il rompu brusquement les liens selon les dires de Mahmoud Dicko : « on ne décroche même plus mes appels ». Aussi Boubou prit soin en bon Peulh de vite accorder ses violons avec Haïdara pour que ce dernier aussi conçoive que c’est le parlement le problème. Donc la dissolution de cette dernière est le meilleur compromis qui ferait rentrer les choses dans l’ordre. Rien est de trop pour 1 tête contre 147.

Il faut abattre Timbiné…

Diarassouba, Téréta, Baber et Boubou ont donc une cible commune, Moussa Timbiné devenu deuxième personnage du Mali. Et pour ce faire, la parade toute trouvée est d’amener les députés des circonscriptions dites « problématiques » à démissionner pour ainsi provoquer des législatives partielles en y incluant la commune V de Moussa Timbiné. Cependant, Timbiné n’est pas concerné puisque d’une part la liste ADEMA-ADP MALIBA-URD arrivée au second tour a par la voix du candidat ADEMA fait savoir qu’elle reconnaissait les résultats et restait légaliste, d’autre part cette même liste perdante au 2nd tour ne fait pas partie du collectif dit des candidats mécontents des résultats du 2nd tour.

Moussa Ba

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *