L’AFD se mesure au RPM : Guerre de Titans pour le contrôle de la mouvance présidentielle

Tiéman Hubert Coulibaly croit dur comme fer en ses chances d’être le noyau d’une majorité présidentielle forte, dynamique, prête à descendre sur le terrain alors que les atouts sont loin d’être de son côté au sien de la famille politique du président.

 Tiéman Hubert Coulibaly Domaines Etats Affaire Foncières Patrimoine parti Union Developpement Démocratie udd discoursSous la bannière de l’Alliance des forces démocratiques pour le Mali (AFD/Mali), Tiéman Hubert Coulibaly s’est engagé le 30 novembre 2014, en signant une plateforme politique pour soutenir les actions du président de la République Ibrahim Boubacar Kéita.

Composée de 17 partis politiques et de deux associations, l’AFD/Mali a pour but de renforcer la majorité présidentielle en vue du succès des missions du chef de l’Etat.

« L’AFDM se veut désormais le noyau d’une majorité présidentielle forte, dynamique, prête à descendre sur le terrain », a déclaré mardi son président devant la presse. Tiéman et ses camarades politiques motivent leur ambition par le fait que la majorité est qualifiée d’une foule dolosive et moribonde. Une manière pour eux de partager la terminologie du président de la République.

Pour le président de l’Alliance, les cadres politiques seront sur le terrain, dans les communes pour remobiliser tous les militants et leaders d’opinion à travers le pays autour du président, pour que le léger doute qui, à un moment, a semblé faire un chemin au sein de l’opinion, soit arrêté.

« Nous allons constituer un grand parti politique parce qu’aujourd’hui nos appareils, pris séparément, ne peuvent plus relever les défis du moment ; à savoir : le redressement du Mali, la reconquête de notre unité, la stabilité et la paix sur l’ensemble du territoire, à commencer par le Nord« , a-t-il expliqué.

La lutte est noble. Et le verbe est dans le discours. Mais visiblement, le ministre Tiéman Hubert Coulibaly et ses camarades sont sur un terrain miné. Certes, l’AFD/Mali n’est pas le seul regroupement politique dans la Coordination de la majorité présidentielle, mais son avènement se fait à un moment où le soutien du parti majoritaire n’est pas fort aux yeux du président.

Des jeunes loups aux dents longues du RPM estiment que la démarche de l’allié Tiéman Hubert Coulibaly est clanique et opportuniste. La signature de la plate-forme du rassemblement des forces citoyennes patriotiques pour le soutien à IBK est mal digérée au sien du RPM. C’est pourquoi des rencontres ont été organisées à l’intention des membres du bureau exécutif de la coordination de la majorité présidentielle.

« Cette manœuvre n’a d’autre but que de préserver son poste ministériel. Mais ce qui est sûr, le foisonnement d’associations ou de coalition ne peut pas empêcher la rupture déjà grande entre le peuple et le régime. Une lutte politique se gagne collectivement. On ne crée pas une coalition pour des raisons personnelles. Je doute que l’ambition soit prise en tenant compte de cette dimension », proteste un responsable du RPM.

Pour l’heure, la guerre des Titans n’est que feutrée.

Bréhima Sogoba

 

SOURCE: L’Indicateur du Renouveau  du   11 déc 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.