La députée maîtresse

Une députée de la mouvance présidentielle flirtait avec un ministre très influent dans le gouvernement actuel. La bonne dame s’est ensuite mise à la disposition du ministre, cadre influent du parti majoritaire.

assemblee national deputes legislateurs bagadadji

 

Ils vivaient ensemble en presque parfaite harmonie : la députée ne posait aucun problème. Au sein du parti majoritaire, beaucoup commençaient à soupçonner une idylle entre la bonne dame et le puissant ministre et non moindre responsable clé du parti.

Après la victoire d’IBK, quand il était question d’élaboration des listes de candidatures, le ministre a imposé sa maîtresse sur une liste RPM à Bamako. Leur vie amoureuse continuait bon train jusqu’à l’élection de la brave dame comme députée. Une fois arrivée à l’Assemblée nationale, elle a commencé à ne plus répondre comme par le passé à l’invitation du ministre.

Elle a supprimé les vendredis, puis les samedis, les sorties en dehors de Bamako. Finalement, elle s’est mariée à un autre homme. Comme pour dire que la vie de l’Assemblée nationale ne rime pas trop avec le statut de femme célibataire. Plusieurs femmes élues députées, célibataires en ce temps, se sont mariés à l’exception d’une seule. Suivez mon regard.

Bouba en scène

IBK a dit devant tout le Mali que son fils et homonyme de son père est un bon enfant qui a fait de brillantes études, mais qui ne travaille pas. Loin de dire que Karim n’a pas fait de bonnes études. En tout cas, le président de la Répu

blique n’a pas bien parlé… Bouba semble être son chouchou, et oui, l’homonyme du père n’est pas n’importe qui dans nos foyers. C’est cet oisif de Bouba qui se promène avec 4 gardes du corps. Certains jeunes de Quinzambougou en sont les témoins oculaires.

Il n’y a pas une semaine, l’un de ses camarades a failli se faire bastonner par ses gardes du corps. L’incartade de ce dernier, c’est d’avoir plaisanté avec Bouba, oubliant que son camarade n’est plus le même Bouba puisqu’il est actuellement le fils du président de la République.

C’est après que Bouba s’est rendu au Loft Hôtel pour un rendez-vous avec des hommes d’affaires. Et, pourtant, son père dit qu’il ne travaille pas. Si Bouba commence alors à travailler, il ferait peut-être pire que Katio. D’ailleurs Bouba est un conseiller officieux à la présidence de la République. Il  émarge donc…

Affaire PMU

Depuis fort longtemps, parents, amis et certains collaborateurs du PDG du PMU Mali lui avaient recommandé de quitter le pays. Il n’avait pas voulu. Il se persuadait qu’il travaille bien et détenait des preuves de sa bonne gestion.

Sauf qu’il n’ignorait l’intention d’IBK : confier le PMU à son frère Tomi Michel, le parrain des parrains, afin que ce dernier le place dans le giron du Casino. Haïdara en bon Malien pensait à sa famille, à ses enfants qui auraient été couverts de honte s’il fuyait, surtout que certains sont actuellement dans la politique. IBK, dès son élection, a voulu mettre son plan en exécution en comptant sur le soutien de la justice de la vengeance incarnée par Mohamed Aly Bathily.

Contre toute attente, il a arrêté et mis en taule Haïdara alors que celui-ci avait tous les documents et preuves pour le disculper. De guerre lasse, Haïdara, après la prison, pourvu d’une liberté provisoire, à partir de sa prétendue clinique de traitement, a pris la clé des champs. Peut-être qu’il signera son retour après le règne d’IBK.

Madou Diallo, aussi !

Dr. Mamadou Diallo, président de la jeunesse Urd, bouillant animateur des débats politiques au Mali, est devenu secrétaire général de l’Assemblée nationale sous le règne intérimaire de Younoussi Touré. Ce Madou Diallo se cachait lors du meeting de l’opposition pour ne pas être «capturé» par les caméras.

Que les gens changent ! Il pouvait pourtant rester à la maison au lieu de venir se fondre dans la foule comme un anonyme, alors que c’est lui qui devrait lire les mots des jeunes de l’opposition. Comme lui, nombre de cadres de l’Urd se sont tassés craignant pour leurs postes. Surtout que Madou Diallo connaît envers lui  les intentions des tisserands. Il peut se renseigner auprès de Makan Moussa Sissoko qui a été débarqué pour avoir assisté au congrès du PIDS.

Et ce coup a été monté par Moussa Joseph Mara ; IBK ne le voulait pas, mais le ministre vacancier Mahamane Baby a poussé les choses jusqu’à l’abrogation du décret de nomination par IBK. Ah oui, c’est pourquoi le lendemain, l’Adéma a envoyé une délégation à Koulouba pour échanger avec IBK.

 

Mineur voleur de bœufs

La gendarmerie de Kolondiéba a refusé d’arrêter un voleur de 35 têtes de bœufs, parce qu’il serait mineur. Dépassées par cette situation, les populations de Kolondiéba n’approuvent guère ce fait d’autant qu’elles allèguent que le supposé mineur a deux petits-frères qui sont tous mariés et ont des enfants. Il est aussi le «Kamalenkountigui (le chef de ses camardes d’âge)».

Mais rien n’y a fait ! Le «mineur» fait l’affaire des gendarmes puisqu’il est un indicateur. Il a par ailleurs enceinté beaucoup de jeunes filles dans les différents villages du cercle lors de ses missions d’indicateur. Mais il refuse de se marier parce que, pour lui, c’est gaspiller de l’argent.

Quel mineur ! Les populations de Kolondiéba se disent qu’un jour seule la révolte serait la solution à ce problème. C’est ainsi que le «mineur» a quitté le village et personne ne sait où il se trouve. Mais il ne bénéficiera plus de son statut de mineur voleur de bœufs.

Source: Le Reporter

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.