La CMA a rencontré l’URD hier

La mise en œuvre de l’accord • Les élections communales et régionales • La situation sécuritaire • Le retour des réfugiés et les déplacés Hier, jeudi 13 août 2015 dans l’après midi, l’Union pour la République et la démocratie (Urd) a reçu à huit clos à son siège, une délégation de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA). La délégation de la Cma, conduite par Alghabass AG Intallah, a été reçue par le premier vice président de l’Urd, le Pr Salikou Sanogo. Au cours de cette rencontre, plusieurs sujets furent abordés dont la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, la tenue des élections communales, régionales et du district de Bamako le 25 octobre 2015, la situation sécuritaire du pays, le retour des réfugiés et déplacés au bercail…

negociation paix touareg mnla bandits armee

C’est à 17h 20 minutes que la délégation de la Cma à bord de deux véhicules noirs sans plaques d’immatriculation et vitres teintées, conduite par Alghabass AG Intallah habillé en boubou blanc, a été accueilli à la porte du siège de l’Urd par le secrétaire général du parti, Madani Traoré. La délégation de la Cma était sous bonne escorte. En effet, deux gardes du corps, habillés en costumes noirs, les accompagnaient. Après les mots de bienvenu du premier vice président de l’Urd, le  Pr Salikou Sanogo et la présentation de sa délégation, la presse fut priée de quitter la salle. La Cma, quant à elle, n’a pas souhaité présenté sa délégation en présence des journalistes. Après une quarantaine de minutes de rencontre à huit clos, le chargé de communication de la Cma, Moussa Ag Acharatoumane et le premier vice-président de l’Urd, le Pr Salikou Sanogo ont accordé une interview à la presse. « Nous sommes une délégation de la coordination des mouvements de l’Azawad (Cma) qui est à Bamako depuis quelques jours pour rencontrer les autorités afin d’échanger sur l’accord qu’on a signé le 20 juin 2015 avec le gouvernement malien.Et c’est dans ce cadre que nous avons jugé nécessaire de faire une visite de courtoisie à la deuxième force politique du Mali, d’aborder la situation actuelle du pays, afin que les uns et les autres aient des idées convergentes sur ce qui nous tiennent à cœur : à savoir le rétablissement de la paix et de la sécurité », a souligné Moussa Ag Acharatoumane, le charge de communication de la Cma. Avant d’ajouter que l’ensemble des acteurs doivent se donner la main pour l’application de l’accord de paix. Pour lui, c’est l’application seulement de cet accord qui pourra être un remède aux problèmes actuels. « Malheureusement, on constate aujourd’hui que l’insécurité est en train de se généraliser. Cela interpelle tout le monde. Chacun doit contribuer d’une manière ou d’une autre pour se mettre ensemble pour affronter ce fléau », a-t-il dit. A l’en croire, la présence ici à Bamako de la Cma montre sa bonne foi dans le cadre de l’application de cet accord. Concernant la tenue des élections communales, régionales et du district de Bamako le 25 octobre 2015, le chargé de communication de la Cma pense que premièrement, la majorité des populations sont hors du territoire malien. « Elles sont en Mauritanie, en Algérie, au Niger, au Burkina. On pense que ce sont des citoyens comme les autres et ont un droit fondamental à participer à ces élections. Donc il faudra prendre le temps nécessaire pour que ces gens reviennent », a-t-il dit. Deuxièmement, Moussa Ag Acharatoumane a évoqué que la situation sécuritaire sur le terrain est de plus en plus grandissante et préoccupante. « On pense, aujourd’hui, que  pour tenir des élections au Mali, il faudra d’abord qu’il y’ ait une sécurité et malheureusement au moment où on parle cette sécurité n’existe pas. Il doit y avoir une réflexion sur ça et réunir les  conditions sécuritaires d’abord avant de faire ces élections. C’est ça notre position et on l’a clairement expliqué aux plus hautes autorités du Mali et à l’opposition. Ce sont des éléments qui ne sont pas à négliger et doivent être prises en compte dans le déroulement de ces élections », a conclu le chargé de communication de la Cma. Pour sa part, le premier vice-président de l’Urd, Salikou Sanogo,  a mis l’accent sur les conditions sine qua non du développement du pays. « A la demande de la Cma, qui a souhaité rencontrer l’opposition pour une visite de courtoisie, nous avons échangé. Et chaque partie a soulevé ses préoccupations. Nous avons cité nos préoccupations sur l’intégrité territoriale, la République, la démocratie, la laïcité, l’union de tous les maliens autour du Mali. Nous avons aussi insisté sur la préoccupation essentielle de l’heure qu’est la sécurité. L’insécurité est en train de gagner du terrain et nous en avons abordé la question avec la délégation de la Cma pour qu’ensemble nous puissions trouver une solution  et mettre un terme à cette insécurité. Parce que nous ne pourrons absolument rien faire de bon au Mali tant qu’il  y a l’insécurité. De part et d’autre, chacun a donné sa compréhension de la situation actuelle. Mais de commun accord, nous estimons que tous les maliens doivent se mettre ensemble pour que nous puissions sortir de cette situation et que nous retrouvions la paix et la réconciliation. Ce sont des conditions pour un développement réel de notre pays du nord comme du sud », a conclu le Pr Sanogo. Dans un communiqué de presse pondu tout juste après la rencontre, l’Urd  précise que Monsieur Alghabass AG Intallah a indiqué que sa délégation a souhaité, à travers cette rencontre, rendre une visite de courtoisie au principal parti de l’opposition à l’absence du Chef de file de l’opposition. Il a évoqué la signature de l’accord d’Alger pour la paix et la réconciliation et a souhaité le soutien de toutes les forces politiques du Mali pour sa mise en œuvre, précise le communiqué de l’Urd.
Aguibou Sogodogo

Source: Lerepublicainmali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.