Imam Mahamoud Dicko avertit IBK

« Comme il n’aime pas l’ultimatum, si on lui demande d’arrêter une chose, il reprend la même chose le lendemain encore et encore pour te montrer son indifférence à ta requête, mais si jamais il ose cela, la manière de sa sortie sera inscrite dans les archives ».

S’adressant au Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, l’imam Mahamoud Dicko a publiquement déclaré : « Comme il n’aime pas l’ultimatum, si on lui demande d’arrêter une chose, il reprend la même chose le lendemain encore et encore pour te montrer son indifférence à ta requête, mais si jamais il ose cela, la manière de sa sortie sera inscrite dans les archives ».

Le rassemblement tant attendu par les Maliens a eu lieu ce vendredi 5 juin à la place de l’indépendance. La coalition anti-régime composée du mouvement Espoir Mali Koura (EMK), de la Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’imam Mahmoud Dicko (CMAS) et du Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD) a fait une véritable démonstration de force. Une marée humaine a répondu présent à l’appel.

Parmi les manifestants on peut citer les enseignants, les parents d’élèves, les cotonculteurs, les victimes d’EDM et de covid-19, les chômeurs etc.  A travers ce rassemblement, certains citoyens  ont exprimé leur désaccord avec la gouvernance actuelle marquée par l’injustice, la médiocrité, la corruption et le favoritisme.

Si certains manifestants voulaient en découdre avec le régime en demandant la démission immédiate du Président de la République avant 18 h du 5 juin 2020, l’imam Mahamoud Dicko a donné une porte de sortie au président en lui lançant un dernier ultimatum : « Comme il n’aime pas l’ultimatum, si on lui demande d’arrêter une chose, il reprend la même chose le lendemain encore et encore pour te montrer son indifférence à ta requête, mais si jamais il ose cela, la manière de sa sortie sera inscrite dans les archives ».

Une manière pour l’imam de donner une porte de sortie honorable au président IBK avant l’assaut final qui ne saurait tarder selon certains proches de Dicko. Pour d’autres, Dicko a donné une dernière chance à IBK de se ressaisir en cherchant des solutions aux maux du pays, notamment la crise scolaire, la corruption, favoritisme, le prix du coton, les délestages, le chômage…

En attendant, une réaction présidentielle, le gouvernement rassure les populations qu’il restera attentif à la satisfaction de leurs préoccupations légitimes. Il renouvelle son offre de dialogue au collectif d’associations et de partis politiques qui s’est exprimé à travers le rassemblement du 5 juin 2020.

Ciwara.info

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *