IBK à l’école de Sanogo

Le président de la République prend davantage au sérieux sa sécurité. Apparemment très peu satisfait d’un renforcement par une triple couche constituée de nationaux et d’halogènes, IBK a également sollicité et obtenu le principe d’un bunker d’une autonomie d’un mois au moins. Histoire de ne pas tomber dans les mêmes travers que son prédécesseur contraint à la cabale lors du putsch de 2012. Ce n’est pas tout. La sécurité présidentielle, depuis un certain temps, a peu de choses à envier à celle d’un certain Capitaine Sanogo. A une présence très dissuasive des hommes en treillis autour de Sébénikoro, s’ajoute un cortège beaucoup plus imposant et spectaculaire que naguère, avec les mêmes 12-7 d’Amadou Haya Sanogo pendant la transition.

 

capitaine general amadou haya sanogo president ibrahim boubacar keita ibk prison

Calvaire parlementaire

À l’Assemblée nationale du Mali, les députés sont friands de voyage. Une demi dizaine l’a manifesté à leurs propres dépens en prenant pour argent comptant la promesse d’une société turquoise de consolider ses assises au Mali la diplomatie parlementaire. Invité pour un séjour en Turquie avec à leur tête le premier vice-président de l’hémicycle, les députés ont été confrontés à l’inexplicable : leur voyage a été reporté trois fois avec autant de va-et-vient à Sénou, faute de billet d’avion. Ce calvaire leur a été imposé par une entreprise turquoise qui bénéfice de grands marchés dans capitale comme la réalisation de milliers de logements sociaux, la construction de routes intra urbains moderne et même la réalisation d’un hôtel dans le cadre de la prochaine France-Afrique prévue au Mali. Il s’agit de l’entreprise qui, après moult tracasseries contre de hautes personnalités institutionnelles, a quand même fini par se procurer des billets pour les faire voyager.

 

La hausse de trop

Le niveau de cherté de la vie connaît des hauts et des bas. A peine applaudit-on pour la baisse de certains produits de consommation qu’on est aussitôt déconcerté devant le brusque rebond d’autres. Après la chute salutaire du carburant, par exemple, les autorités n’ont trouvé mieux que de tolérer la hausse vertigineuse du prix des boissons gazeuses. Cette denrée prisée pendant les fêtes au Mali a été augmenté de 50 Fcfa, soit 20 % du prix initiale. Le hic c’est que personne ne saurait avancer des raisons convaincantes à cette augmentation substantielle, à la différence d’une première augmentation du même genre il y a plus d’une décennie. En son temps, en effet, une hausse de 25 Fcfa est intervenue en guise de contribution des concitoyens à l’effort d’organisation de la Can 2002. Depuis, le prix des boissons gazeuses a pris l’ascenseur sans retour.

A qui profite le contrôle physique ?

Quoiqu’il intervienne périodiquement, le contrôle physique décrété par les autorités est diversement apprécié par les Maliens. Officiellement, il s’agit de procéder à une purge et de détecter les agents fictifs de la Fonction publique qui grèvent la masse salariale. Mais, en plus de faire grincer des dents chez certains banquiers inquiets pour leurs avoirs, la mesure est au cœur de certaines suspicions.

Contexte politique oblige ! Intervenu à un moment où les langues ne tournent que pour parler de surfacturation, elle est perçue par nombre d’observateurs comme une subtile manœuvre pour blanchir l’argent sale et le dévier du regard indiscret des détecteurs macroéconomiques.

 

 

Rentrée culturelle

Le musée national de Bamako a abrité une conférence de presse organisée par l’association Ginna Dogon. Le thème central de cette rentrée culturelle est : le mariage en milieu dogon.

Au début de la cérémonie, une minute de silence a été observé à la mémoire de trois éléments majeurs du bureau national. A l’instar de toutes les rentrées culturelles, une thématique sert à animer la rencontre. La rentrée culturelle de Ginna dogon est un symbolique qui précède les journées culturelles prévues à Koro les 25, 26,27 et 28 février 2015, journée pendant lesquelles un thème central est développé autour duquel gravitent généralement des sous-thèmes tous aussi important les uns que les autres car révélateurs d’un plan ou un autre de la riche culture dogon. Les prochaines journées sont placées sous le signe de la paix, de la réconciliation et du développement. Après le thème central, nous avons d’autres activités comme la course des chevaux, la lutte traditionnelle dogon, le jeu de société et plusieurs formes de distractions. Autorités routières

La salle de réunion du ministère de l’équipement, des transports et du désenclavement a abrité jeudi dernier l’ouverture de la réunion annuelle des services des routés pour analyser les difficultés et les problèmes rencontrés au cours de l’année écoulée. C’est un cadre qui permet de proposer des solutions à mettre en œuvre dans les délais à mesure de souhait. En considérant l’insuffisance des moyens actuels, il faudrait échanger en tenant compte de ce paramètre. Par conséquent, les analyses, les planifications ainsi que les programmations doivent être axées autour des priorités réalistes et réalisables. Après évaluation du programme d’entretien de l’an 2014, il faut programmer celui de l’an 2015 en tenant compte des difficultés dans l’exécution d’un nombre important de projets en 2014. Certains sont achevés et d’autres en cours d’exécution. Il s’agit du projet routier Bamako-Ségou (phase1) ; l’aménagement en 2 fois 2 voies de la corniche et en 2 fois 3 voies du boulevard du 22 octobre 1946, la réhabilitation de la route Sikasso-Hèrèmakono, la construction de la voie d’accès à la cité universitaire de Kabala, la construction d’un point sur le fleuve de Dégou à Manankoro et ses voies d’accès à Mafèlè… Ainsi, en 2014, une enveloppe budgétaire de plus de 16 milliards de Fcfa a été allouée par le Fonds d’entretien routier.

 

Meilleure gouvernance bis

Le réseau d’appui pour une meilleure gouvernance au Mali est une organisation de la Société civile, ayant pour objectif d’interpeller, de dénoncer, de critiquer et de proposer des solutions concrètes à toutes les situations qui se présentent dans notre pays qui traverse une période difficile de son histoire. C’est pour cela que le réseau a décidé d’organiser dans toutes les communes du district et à l’intérieur du pays des conversations sur la citoyenneté. S’agissant des résultats attendus de ces formations qui est d’amener les participants à saisir leur proposition lors de la conversation, les mettre en œuvre et les partager.

 

 

Visite de solidarité

Dmitry Titov était en visite du 20 au 23 octobre 2014 au nord du Mali, plus précisément à Tombouctou et à Gao. L’objectif de cette visite était de réaffirmer le soutien des Nations unies au peuple malien, au gouvernement et à la Minusma. Cette visite de 3 jours avait pour objectif de réaffirmer la solidarité des Nations unies au gouvernement malien, au peuple malien et à la Minusma qui a beaucoup souffert et qui a enregistré 32 pertes humaines depuis leur arrivée en terre malienne

La Rédaction

SOURCE: Le Témoin  du   27 oct 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.