Honorable Mamadou Diarrassouba: pourquoi IBK sera candidat en 2018 !

Au cours de la cérémonie d’installation du nouveau Maire de Massigui en la personne de Bafotigui COULIBALY, le député de Dioïla, l’honorable Mamadou DIARRASSOUBA, a levé toute équivoque quant à la candidature du Président IBK lors des prochaines présidentielles de 2018.

honorable Mamadou Diarrassouba depute rpm dioila majorite

Le Premier secrétaire à l’organisation du parti présidentiel, devant les militantes et les militants, acquis à la cause du parti, a déclaré que IBK sera bel et bien sur le starting-block. Non sans évoquer quelques raisons…

Il est le premier (dans l’histoire de Massigui) à s’installer dans le fauteuil de maire et il en est aujourd’hui l’actuel titulaire. Bafotigui COULIBALY, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est en terrain connu. Il vient d’être installé dans ses nouvelles fonctions, à travers une manifestation populaire exceptionnelle qui a vu la participation de plus d’une vingtaine des membres du bureau politique national ainsi que ceux des femmes et des jeunes du Rassemblement pour le Mali (RPM) avec à leur tête le président du parti, le Dr Bokari TRETA. Ont fait également le déplacement en masse : les députés de la région de Koulikoro, des maires, des conseillers et des responsables de Sections venus manifester leur soutien à la nouvelle équipe dirigeante de la maire de Massigui. Un événement grandiose qui restera graver dans les annales de la ville tant la mobilisation était de qualité et à hauteur des personnes célébrées. En tout cas, rien n’a été laissé au hasard pour donner à ce cérémonial d’installation tout son caractère social.
C’est d’abord les autorités coutumières et traditionnelles (griots et chef de village) qui ont ouvert le bal par les salutations de bienvenues à toutes les délégations qui sont venues rehausser l’éclat de la cérémonie d’investiture qui est une manifestation de confiance et d’engagement de la communauté pour le développement local de la commune.
C’est ensuite le tour du maire investi de remercier les braves populations de Massigui pour l’honneur et le choix porté sur lui et son équipe lors du scrutin du 20 novembre 2016 à Massigui. L’une des plus grandes communes du pays, constituée de 53 villages et 44 hameaux de culture, Massigui, avec ses 63 000 habitants, 29 conseillers communaux, dont 7 femmes, est la plus peuplée du cercle de Dioila.
De la révélation faite par Bafotigui, le parti RPM, depuis 2002, est sorti vainqueur de toutes les compétitions électorales dans la circonscription de Massigui. Une tendance qui s’est confirmée avec 17 conseillers sur 29 obtenus lors des élections du 20 novembre.
Aujourd’hui, le cercle de Dioila occupe le peloton de tête avec 136 conseillers RPM sur 406 et 13 maires sur les 23 du cercle. Présentement, le RPM compte 14 maires et 150 conseillers dus à des ralliements au parti.
La commune de Massigui ne mérite-t-elle pas un clin d’œil des autorités, s’interroge le nouveau maire ? Voilà pourquoi il a égrené certaines des préoccupations de ses populations au nombre desquelles : l’avenir de la filière coton dans la localité, l’état défectueux des routes causant le plus souvent des accidents mortels, le chômage des jeunes, les activités génératrices de revenus, la construction d’un centre d’épanouissement pour les jeunes, l’absence d’un schéma d’aménagement…
Ce rassemblement auquel plus d’une vingtaine des membres du Bureau politique national du RPM ont fait le déplacement de Bamako pour être les témoins privilégiés et rehausser par la même occasion l’éclat de la cérémonie est un signe de vitalité du parti RPM dans la commune de Massigui.
Au-delà de la victoire électorale que la famille du Tisserand a célébrée dans cette localité avec faste, il s’agissait, selon le Secrétaire général BPN/RPM, de fêter l’ancrage démocratique et politique du parti qui a pu engager une liste aux dernières élections communales laquelle est sortie victorieuse de cette compétition de proximité dans la commune de Massigui avec 17 conseillers sur 29.
Ce renouvellement, à en croire Me Baber Gano, est le signe sinon le symbole que le RPM est le parti d’avenir, une formation politique sur laquelle on peut compter pour le développement économique et social de notre pays. Voilà pourquoi il a salué l’artisan de cette consécration du RPM dans le cercle de Dioïla et plus particulièrement dans la commune de Massigui : l’honorable Mamadou DIARRASSOUBA.
Le clou de la cérémonie aura été l’intervention très attendue de celui par lequel la victoire électorale du parti est venue : l’honorable Mamadou DIARRASSOUBA. Dans un discours remarqué et empreint de vérités, l’enfant du terroir a non seulement appelé les siens à la cohésion, à l’unité autour du parti, mais aussi au respect de la vision et du projet de société du Président de la république, Ibrahim Boubacar KEITA.
De ce fait, le Premier secrétaire à l’organisation du parti a rappelé six des chantiers prioritaires du président IBK tout en invitant la nouvelle équipe communale à les intégrer dans leur démarche de la gestion de la cité.
Le premier chantier qu’il a évoqué étant celui de la réconciliation et de la paix. Une aspiration pour la réalisation de laquelle les élus communaux ont un grand rôle à jouer. Cela, d’autant plus qu’ils sont en contact permanent avec les populations et plus généralement de différents bords politiques.
Quant au second chantier présidentiel, qui est celui de la sécurisation des personnes et de leurs biens, il ne peut être réalisé, selon élu de Dioila sans la collaboration des populations avec les forces de sécurité et surtout par le renseignement de tout cas suspect ou le signalement de toute personne suspecte aux autorités compétentes.
La lutte contre le chômage des jeunes est une autre préoccupation du président de la république, dont le député n’a pas manqué de rappeler à juste raison. Sur ce plan, le conseil communal a aussi un rôle important à jouer, à travers l’élaboration des projets de développement qui prennent en charge l’emploi des jeunes au niveau local.
Le quatrième chantier évoqué par le Premier Questeur de l’Assemblée nationale est celui de la formation et l’équipement des forces armées et de sécurité du pays. Une volonté politique qui s’est traduite, s’est-il félicité, par l’adoption par les élus de la Nation de la Loi de programmation et d’orientation militaire avec la clé le recrutement des milliers de jeunes porteurs d’uniforme pour étoffer l’effectif. Sur ce plan, le département de la Défense a lancé le recrutement de 5000 éléments dans les différents corps.
La seule détermination des bureaux de conseil municipal ne saurait suffire à bâtir la commune. Cette œuvre est l’affaire de chaque population de chaque commune. Les populations ne doivent plus être ni spectateurs ni accepter d’être de laissés-pour-compte.
Comme l’a souligné le maire de la commune, chaque habitant doit, dès à présent, se considérer comme étant sur la ligne de front, prêt à apporter dignement sa pierre à l’édification de l’œuvre communale. Car il s’agit là de l’amorce du développement.
Le volet de la sécurité alimentaire n’est pas également resté en marge de l’intervention de l’enfant de Massigui qui a expliqué aux siens tous les efforts que le Président IBK ne cesse de déployer en faveur du monde rural, à travers la subvention des intrants agricoles, des équipements (tracteurs) en vue de faire du Mali une puissance agricole.
Quant au sixième chantier prioritaire, qui n’est autre que celui du désenclavement, l’honorable DIARRASSOUBA de rappeler que beaucoup a été fait, à travers le lancement de plusieurs travaux de bitumage dans plusieurs localités du pays. Et d’autres aussi seront incessamment lancés dans les prochains mois ce, après les financements acquis auprès des institutions financières.
Cependant, au regard des enjeux politiques et des échéances futures qui s’approchent à grands pas, la cérémonie a vite pris l’allure d’une rentrée politique. En tout cas, devant les militantes et les militants, acquis à la cause du parti, l’homme a tenu à lever tout équivoque quant à la candidature du Président IBK lors des joutes présidentielles de 2018.
« IBK sera candidat à sa propre succession en 2018. Il faut que vous soyez convaincu de cela. Personne ne doit vous enlever cela de votre tête.
Il sera notre candidat qu’il le veuille ou non. Il n’a pas le choix. Il a l’obligation et le devoir de poursuivre l’œuvre gigantesque de redressement du pays qu’il a commencé et de la parachever au plus grand bonheur des Maliens et des Maliennes. De ce fait, il a les hommes et les femmes derrière lui, capables de mobiliser pour lui et de lui assurer une autre victoire éclatante en 2018 », a-t-il déclaré en langue bamanan.

Par Mohamed D. DIAWARA

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *