Haute trahison d’état de l’Algérie : Oumar Mariko invité surprise aux pourparlers

Dans le dos des autorités maliennes, sans même les en informer, l’Algérie vient de prendre la décision d’inviter le Dr Oumar Mariko et l’ancien ministre sous la transition yehia Ag Mohamed Ali aux pourparlers d’Alger. A quoi joue le pays de Bouteflika finalement ?

 docteur honorable depute mariko oumar sadi micro interview

Nous le disions depuis les premiers jours du retour de l’Algérie dans le dossier malien. Il est difficile de faire confiance à ce pays qui n’a jamais pu (ou voulu) trouver de solution à la crise malienne. Ses autorités, elles-mêmes, viennent de nous donner raison avec l’ouverture du second round des pourparlers d’Alger. Elles ont pris la décision, toutes seules, d’inviter le Dr Oumar Mariko et l’ancien ministre de la transition, le dénommé Yehia Ag Mohamed Ali, à venir participer aux discussions. Tout cela, sans en informer le Mali, ni officiellement, ni officieusement. Pour quelle raison l’Algérie, un pays sur lequel repose l’espoir de la majorité du peuple malien, joue à ce jeu là encore une fois ? Quel intérêt le pays de Bouteflika a-t-il à faire participer deux hommes dont on dit qu’ils ont des liens avec l’attaque de Kona et Iyad Ag Ghali à cette phase cruciale des négociations ? Quand on sait que l’ancien ministre vient de percevoir 80 millions de la part de l’Algérie et tout le reste, on ne peut s’empêcher de se poser des questions et être inquiet.

Il n’y a désormais donc aucun doute, le pays Bouteflika trouvera difficilement une solution à la crise malienne. D’ailleurs, on le sait depuis un certain temps. D’abord depuis que Iyad Ag Ghali y a élu domicile et que son ombre plane toujours sur tout ce qui se dit et se décide dans ce pays, ensuite parce que l’Algérie n’a aucun intérêt à voir un Nord-Mali sécurisé et en paix. C’est son Sud qui va en pâtir. Le seul intérêt de l’Algérie, c’est de contrôler le dossier malien, se rendre incontournable tout en maintenant la crise et les terroristes en dehors de ses frontières. N’est-pas elle qui a exporté son terrorismes et ses terroristes sur notre sol ?

N’est-ce pas ce pays qui a tout fait pour empêcher à ce que l’ancien président tienne sa réunion des Chefs d’Etats du Sahel ? N’est-ce pas l’Algérie qui nous a fait signer des accords bidon visant à dégarnir nos frontières ? C’est elle qui abrite le dangereux Iyad qui n’aidera jamais à la stabilité et au retour de la paix dans notre pays.

Aux dernières nouvelles, les invités spéciaux de l’Algérie devaient s’envoler mercredi matin pour Alger. Maintenant, qu’ils y aillent ou pas, ce qui est grave c’est l’acte posé par ce pays contre les intérêts du Mali et à l’insu du Mali.

Nous y reviendrons

Moussa Touré

SOURCE: Nouvelle Libération  du   5 sept 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.