GRAVE MENACE SUR LE PROCESSUS DU DDR: L’ETAT-MAJOR DE LA CPA ACCUSE LE PRESIDENT ZAHABI D’INGERENCE DANS LES AFFAIRES INTERNES DES MOUVEMENTS SIGNATAIRES DE L’ACCORD D’ALGER

Une sérieuse menace plane sur le processus du DDR plusieurs années après son démarrage. C’est le moins qu’on puisse affirmer après la réunion de l’état-major général de la CPA à son Quartier général à Soumpi, le jeudi 25 mars 2021.  Cette réunion qui a eu lieu avec la participation des différents chefs de zones et du chef des opérations a été une véritable tribune pour l’Etat-major de la CPA de charger le président de la commission nationale de désarmement, démobilisation et réinsertion, Monsieur Zahabi Ould Mohamed.

 

Les chefs de guerre de la CPA l’accuse d’ingérence dans les affaires internes des mouvements signataires de l’Accord d’Alger. Cela aux yeux des responsables militaires de la CPA, constitue une pratique qui met en péril le processus et par conséquent menace la stabilité et la paix recherchées par les parties, dont l’engagement ressort dans l’Accord signé sous les auspices de la communauté internationale et le parrainage de l’Etat Algérien.  Lors de la réunion tenue à Soumpi, les responsables militaires de la CPA ont adopté une déclaration. Le message lu par le porte-parole de l’état-major est adressé au président de la CNDDR, Zahabi Ould Mohamed et au ministre de la Défense et des Anciens Combattants, colonel Sadio Camara. Dans ladite déclaration, l’état-major de la CPA  rappelle au président que leur mouvement est signataire de l’Accord tout comme les autres organisations : la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et la plateforme CMFPR. En sa qualité de président de la CNDDR, Zahabi Ould Sidi Mohamed doit s’abstenir de s’immiscer dans les affaires internes des mouvements, encore moins de parrainer la création d’autres mouvements.  La CPA rappelle surtout que cette ingérence dans leurs affaires, risque de porter un préjudice à l’Accord d’Alger et qu’il en sera tenu pour seul responsable. La CPA dénonce à cette occasion, le comportement répétitif et malsain du président de la CNDDR et attire par la même occasion l’attention du ministre de la Défense et des Anciens Combattants. Les responsables de  la CPA, demandent de prendre des dispositions qui s’imposent vis-à-vis de Zahabi pour circonscrire le désastre qu’il cause avant qu’il ne soit trop tard.  Aux yeux des responsables militaires de la CPA qui dénoncent cette situation, une structure hautement sensible comme la CNDDR ne doit pas être dirigé par une personnalité partisane. C’est pourquoi….

LAYA DIARRA

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.