Grande mobilisation de l’opposition républicaine : La peur a-t-elle changé de camp ?

Le premier test grandeur nature de l’Opposition républicaine a été une véritable réussite. Les maliens toutes couches sociales confondues s’étaient  donné Rendez-vous tôt le samedi 21 Mai  2016 à la place de la République pour dire non  à la mauvaise  gouvernance, à la vie chère  à l’insécurité, à la corruption généralisée, aux coupures intempestives d’électricité, à l’ingérence de la famille dans les affaires de l’Etat, à la dilapidation des maigres ressources du pays, à la mauvaise gestion de la crise du nord, à la partition de fait du pays, au détournement des ressources destinées à la défense. Ils ont battu le pavé pour demander plus d’emplois pour les jeunes, le retour d’ATT, la paix et la réconciliation et enfin pour la tenue des assises ou concertations nationales. Ces points évoqués n’étaient-ils pas suffisants pour mobiliser ? L’alternance est-elle en marche désormais ? Avec cette démonstration de force, la peur n’a-t-elle pas changé de camp?

manifestation marche protestation opposition malienne foule

 C’est dans une véritable ambiance emprunte de colère et d’indignation que l’Opposition Républicaine a battu le pavé le samedi 21 Mai  2016 de la place de la Liberté au monument de l’Indépendance. De mémoire, cette mobilisation rappelait à juste titre les journées chaudes de la révolution du 26 Mars 1991. Elle rappelait  plus explicitement la marche du vendredi  22 Mars 1991 où le peuple à l’unisson a demandé la démission du Général Moussa Traoré. A la place de l’indépendance, Tiébilé Dramé  Président du PARENA et Soumaila Cissé  celui de l’URD, accompagnés de M. Sadou Diallo président du PDES, du 1er vice-président des FARES Souleymane Koné et de Djibril Tangara ancien ministre sous ATT, ont tenu en haleine la foule venue nombreuse. M. Tiébilé Dramé, dans son intervention, a dénoncé l’arrogance et le mépris du régime qui reste sourd au cri de détresse du peuple malien. Il a fustigé  le manque de vision du Président. Quant au chef de file de l’Opposition et Président de l’URD, il a rendu hommage aux Famas qui malgré les maigres moyens font honneur à la République, avant de dénoncer les tares du régime. Pour lui le mensonge a trop duré et qu’il est temps que le peuple se réveille. Pour l’honorable Cissé le régime a montré toutes  ses limites. IBK n’a pas de vision pour le Mali, a-t-il martelé, avant d’égrener le chapelet des problèmes auxquels les maliens sont confrontés. Ces problèmes ont pour noms : le chômage des jeunes, les coupures d’eau et d’électricité, la corruption endémique, la dilapidation des maigres ressources du peuple. Pour l’honorable Cissé, le nord est devenu un no man’s Land les gouverneurs de Kidal et de Ménaka sont à Gao, celui de Taoudéni est à Tombouctou. Et c’est sous un tonnerre d’applaudissements que l’honorable Soumaila Cissé a conclu son intervention  en remerciant tous les partis politiques de l’Opposition à savoir AFP, ANCD-Mali, FARE An Ka Wuli, FCD, PARENA, Parti Lumière, PDES, PIDS, PSP et URD. Il a également remercié toutes les associations de la société civile, les opérateurs économiques, les transporteurs, les syndicats, le secteur privé la jeunesse combattante, les braves mères, épouses et sœurs. Toutes les forces vives du pays qui ont répondu massivement à leur appel.

En somme, cette marche qui a été une véritable démonstration de force doit être un signal très fort pour la Majorité qui devra mûrement réfléchir avant d’agir.
Youssouf Sissoko

 

Source:  [email protected]

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *