Gouvernement d’union nationale : Mohamed Ag Erlaf pressenti Premier ministre

Le gouvernement d’union nationale, qui sera formé après les négociations d’Alger, serait dirigé par l’ancien ministre Mohamed Ag Erlaf. Si l’en croit aux sources diplomatiques. L’homme, qui va certainement succéder à Mara,   bénéficierait du soutien des groupes armés, de certaines associations civiles maliennes et de certains médiateurs internationaux. Malgré sa coloration politique, il est considéré comme un homme de consensus qui pourrait rassembler toutes les sensibilités au tour d’une même table pour redonner confiance aux Maliens. Reste à savoir si ce choix sera du goût des briscards du RPM. Eux qui ne rêvent que de la primature.

 Mohamed Ag Erlaf ancien ministre agence nationale investissement collectivite territoriales anict mali 

Ancien cadre politique de la rébellion des années 1990, déclenchée par le Mouvement populaire de l’Azawad (MPA) en juin 1990, Mohamed Ag Erlaf fera son entrée dans le gouvernement après l’élection de Alpha Oumar Konaré, candidat de l’ADEMA, à la présidentielle de 1992. Il y resta jusqu’en 2000, après avoir successivement occupé les postes de ministre des Travaux publics et des Transports, de l’Emploi, de la Fonction publique et du Travail. Et depuis 2000, il occupe les fonctions de directeur général de l’ANICT (Agence nationale d’investissement des collectivités territoriales).

Le choix porté sur la personne de l’ancien ministre du président Alpha Oumar Konaré n’est pas fortuit. Selon des observateurs, depuis la signature du Pacte national le 11 avril 1992, Ag Elarf n’a travaillé que pour la consolidation de la paix et le développement du Mali. Il a été de tous les combats pour faire revenir certains de ses parents à la raison qui avaient emprunté d’autres chemins pour d’autres motivations. Pour preuve.

En 2009, il est parvenu à retirer 120 jeunes Idnanes du groupe de Bahanga. Une cérémonie de flamme de paix à célébrée cet événement le 19 janvier à Ersane comme de Tarkint dans le cercle de Gao. Il a été coordinateur du Programme pour la paix, la sécurité et le développement. Ce programme devrait doter les régions du Nord d’infrastructures.

Et dans une déclaration en février 2013, il écrivait ceci «Je réitère mon appel solennel à tous ceux qui ont pris les armes au Nord pour qu’ils se ressaisissent, pour qu’ils arrêtent immédiatement les hostilités afin de faire place au dialogue et à la négociation avec leurs frères du Nord et du Sud du Mali, afin de ne pas détruire l’œuvre d’une si longue Histoire commune.

Je réaffirme que tout est encore possible pour sauver l’unité nationale et l’intégrité territoriale du Mali.

Tout est négociable sauf l’unité nationale et l’intégrité territoriale du Mali.

L’unité nationale et l’intégrité territoriale du Mali sont sacrées.

Elles ont été mises à rude épreuve, mais nous pouvons les sauver

Yoro SOW

SOURCE: Inter De Bamako  du   18 août 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.