Gestion du dossier de l’Amrtp par le ministre-dg : Choguel Maiga, la grosse pierre dans le jardin d’intégrité du premier ministre

Quand nous attirions l’attention de nos lecteurs sur les vices de forme du processus de recrutement du DG de l’AMRTP et surtout sur la gestion catastrophique et ethnico-politique de l’AMRTP par Choguel Maiga, dans les colonnes  de votre journal InfoSept, à travers les Numéros 45, 46 et 52, nous avions raison. Mais certains avaient pris notre engagement pour de l’acharnement quand d’autres ne l’assimilaient pas tout simplement à un règlement de compte entre des nostalgiques du Mouvement démocratique et l’ancien régime représenté par son  restaurateur  en chef. Mais quand d’autres journaux comme, les Echos, l’Aube et le Républicain sont entrés dans la danse plus tard en fustigeant la gestion de l’AMRTP à partir des rapports du VEGAL, notre constat a gagné en crédibilité parce que nous parlions de choses que nous connaissions à savoir la régulation et plus généralement le domaine des technologies de l’information et de la communication. Encore aujourd’hui comme les pièces manquantes d’un puzzle nous apprenons de la rédaction d’autres  confrères de Maliactu.net que le Ministre-DG  Choguel Maiga en redoutable prédateur des fonds de l’Autorité malienne de régulation des Télécoms et des Postes (AMRTP) s’est octroyé une prime de  5 millions F CFA en deux tranches pour un travail fictif, soit 150 fois le SMIG en 10 jours, comme l’indiqueraMalilink, le premier réseau des cadres maliens sur Internet. Des affirmations basées sur des faits tangibles et des documents que nous publions à l’appui.  Décidément comme l’avait titré le 10 septembre 2012 le journal la Dépêche, Choguel est un Docteur en Télé-complications. Suivez notre article.

Choguel Kokala Maiga president autorite regulation telecommunication tic parti mpr politicien

Le dossier de recrutement du DG de l’AMRTP constitue un feuilleton typique d’une «République bananière » sans gouvernail. Nommé au sein du Gouvernement Modibo KEITA en janvier 2015 au Département de l’Economie Numérique, de l’Information et de la Communication, Choguel MAIGA devenait ainsi le Ministre de tutelle de l’AMRTP, l’Autorité Malienne de Régulation des Télécommunications/TIC et Poste la structure qu’il dirige depuis maintenant 7 ans. L’AMRTP est l’équivalent de l’ARCEP en France ou de l’ARTP au Sénégal. Ces comparaisons sont faites à dessein pour que le lecteur se rende compte du retard que le Mali accuse dans bien des domaines de la régulation des Télécommunications et des TICs par l’amateurisme de celui qu’on croit jusqu’ici à tort comme irremplaçable parce que faisant bien son travail. Un tour régulier sur le site de l’Observatoire sur les Systèmes d’Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal (osiris.sn) permet de mesurer notre retard par rapport à nos voisins. Suivez le feuilleton  d’un recrutement inédit en 5 actes.

 

ACTE 1: une prime de  5  millions F CFA pour un travail fictif, soit 150 fois le SMIG en 8 jours

 

Ne voulant pas perdre la main sur sa vache laitière, qui se caractérise par une indépendance dont le Ministre DG Choguel se prévalait lui-même comme d’un principe divin, le MENIC lance en mars 2015 un appel à candidature pour le remplacement de Choguel devenu ministre de la tête de l’AMRTP, à travers l’arrêté Nº 2015-0524/MENIC-SG du 27 mars déterminant les détails de la grille d’évaluation des candidats au poste de DG de l’AMRTP.

 

Une commission de recrutement chargée  du dépouillement et de l’évaluation des candidatures sera mise en place par décision Nº 2015-023/MENIC-SG du 1er avril 2015. Elle est composée de 7 membres que sont : Mamadou Hady TRAORE, Secrétaire général du MENIC, nommé président. Baba KONATE et Assana DIAWARA, tous deux conseillers techniques au MENIC.  Idrissa LY, un administrateur des Arts et de la Culture, par ailleurs  secrétaire général de la Jeunesse MPR nommé par Choguel comme conseiller spécial à l’AMRTP, Madiou SANGHO du ministère de la Justice, Moussa MACALOU de l’Economie et des Finances, et Kouma Fatoumata BAMBA, directrice des ressources humaines du secteur des infrastructures de l’AMRTP. Sur une Commission de 7 membres 5 sont du MENIC. Peut-être pour certains  il n’y a rien jusqu’ici d’anormale, mais les choses vont se compliquer lourdement  dès lors que l’argent entrera en jeu. Rapidement, un budget de 12 millions de nos Francs est décaissé par l’AMRTP  pour financer les travaux de la Commission par le chèque BCI Nº 1109262, signé par Choguel lui-même, le 3 avril 2015. Pour un Ministre en fonction qui est payé par l’Etat  on imagine mal qu’il se fasse encore payer par délégation de son Segal des honoraires de supervision de la commission de dépouillement et d’évaluation dont il n’est même pas membre à hauteur de 5 millions de F CFA soit plus de 40%  du montant global. C’est comme si les autres ministres, membres du Gouvernement demandaient à être payés  pour les réunions de cabinet qu’ils président en leur qualité de ministre. Il empoche donc dans un premier temps la rondelette somme de 4 millions de F CFA pour ses prétendus  honoraires de supervision évalués à 500 000 F CFA par jour, pendant 8 jours, selon l’état de paiement émis par le MENIC le 3 avril 2015 ci-contre :

Un travail fictif puisqu’il n’a jamais été membre de la commission ni siéger au cours de ses travaux. Les 7 membres qui ont travaillé touchent chacun 650 000 F CFA à l’exception de son Président qui se taille 750 000 F CFA. Même si le montant peut faire sourciller il faut reconnaître qu’eux au moins se sucrent pour un travail qu’ils ont effectivement effectué au sein de la Commission, en dépouillant et évaluant les dossiers dont des interviews de  certains candidats. Le personnel d’appui, secrétaires, chauffeurs et autres agents, dont on n’arrive pas à mesurer l’ampleur de la tâche,  touche des intéressements variant entre 50 000 et 75 000 F CFA. Leur nombre n’est pas public.

 

A la date du 8 avril 2015, comme les 12 millions ne sont pas épuisés, un état de paiement complémentaire des honoraires de supervision est émis en faveur de Choguel, qui touche ainsi le million restant dans la caisse. Donc 4 plus 1 font bien les 5 millions pour lui, soit 150 fois le SMIG en 10  jours, comme l’indiquera Malilink, le premier réseau des cadres maliens sur Internet. Les fac-similés se trouvent sur Malijet. Et voilà, la boucle est bouclée, un ministre de la République vient d’effectuer un braquage de 5 millions F CFA en dilapidant l’argent du contribuable sans vergogne, au vu et au su de tous. Pour qui connait Choguel, il ne s’agit sans doute pas de son seul fait d’armes dans une structure dotée d’un budget de 5 milliards de F CFA par an.

 

ACTE 2 : Choguel, le président du MPR continue de défier le mouvement démocratique et l’Etat  comme en 91 où il annonçait que le MPR = UDPM

 

On constate donc aisément que le Ministre Choguel n’a pas changé et n’a toujours peur de rien. Comme en 1991 quand il défiait le Peuple malien en criant à une époque où il fallait vraiment avoir du culot que le MPR, c’est-à-direMoussa Peut Revenir était égal à l’UDPM. Il agit comme  au temps du COPPO ou quand il était le Ministre du commerce qui carottait les commerçants et  dilapidait nos fonds publics. Choguel est resté égal à lui-même et  la violation des textes de la République reste pour lui un sport favori.

 

Dans le processus de recrutement il réussira contre toute attente à manipuler la Commission pour classer en tête son favori, Monsieur Cheick NIMAGA,  qui soit dit en passant est l’ancien PDG de la SOTELMA et actuel secrétaire général de l’AMRTP dont on dit qu’il serait comme l’avait été un inamovible DAF du Ministère de l’Education, l’un des protégés du grand Cherif de Nioro. Il ne satisfaisait pourtant pas aux  conditions légales, dont notamment celles de l’âge volontairement occultées par la Commission, alors que le décret Nº 2013-680/P-RM du 28 aout 2013 déterminant la procédure de sélection des profils des membres de la direction générale de la structure, limitait l’âge à 57 ans. Ce dernier est pourtant  âgé de 61 ans aujourd’hui.

 

Alors pourquoi une telle combine ? Etait-ce un moyen de se couvrir et d’assurer ses arrières ? Au regard du déroulé de la procédure on est bien en droit d’y répondre par un grand Oui. Avec son SEGAL NIMAGA il faut dire que Choguel n’est pas à son premier deal comme en témoigne le sulfureux  dossier de l’acquisition des véhicules pour l’Armée sous la Transition dont il avait confié la négociation du marché au même NIMAGA. Malin qu’il est le Ministre Choguel avait joué sur la fibre patriotique des maliens en détournant plus de 9 milliards des Fonds de l’Accès Universel de sa finalité première pour soit disant  acheter des véhicules pour notre vaillante Armée. Une autre procédure vicieuse que le VEGAL n’hésitera pas à épingler dans son dernier rapport bien qu’il réussira à y dire que c’était à la demande des autorités, ce qui est tout faux. Aucune lettre officielle ne pouvant être exhibée à cet effet. Sauf à croire qu’avec lui un simple coup de fil des autorités peut suffire à justifier  la sortie de 9 milliards de nos Francs. On se rappelle aussi que ce processus d’achat des véhicules pour l’Armée avait été annulé et on ne sait toujours pas où sont passés ces 9 milliards. Si l’argent est toujours disponible dans un compte comme des internautes le défendant l’avaient laissé croire dans leurs commentaires des articles du journal InfoSept sur Maliweb, il faudrait bien qu’on les rétrocède à l’Etat avec les intérêts SVP !

 

Tout comme ce dossier qui n’a pas encore révélé tous ses secrets, celui du recrutement du DG de l’AMRTP a lui aussi été stoppé net. La bonne nouvelle est venue cette fois-ci de nos plus hautes autorités. C’est l’une des rares réactions salvatrices pour une fois d’IBK dont la Presse n’a pas largement commentée puisque le processus de recrutement du DG de l’AMRTP est toujours en cours. Le complot a été éventré à temps, probablement à la suite de nos articles à InfoSept entraînant du coup le blocage de la procédure d’imposition de son poulain Cheik Mohamed Sidi NIMAGA, par le Premier ministre, sur instruction du Président de la République, IBK dont nous saluons ce réveil.

 

ACTE 3 : le Ministre Choguel n’a pas encore dit son dernier mot. Il gagne toujours la partie

 

Ayant compris que le choix de son poulain pourrait créer des problèmes, car violant les conditions légales, il engage alors dans la précipitation la modification de l’Ordonnance Nº 2011-024/P-RM du 28 septembre 2011 portant régulation du secteur des Télécommunications/TIC et Postes pour supprimer le poste de DG de l’AMRTP et instituer un Conseil de Régulation. Comme quoi, Choguel croit toujours que le 26 MARS n’a jamais existé et que le Mali après 26 MARS est comme le Mali Avant 26 MARS. Comment lui qui a toujours refusé de mettre en place le Conseil de régulation dans ses droits pendant qu’il était DG, qui a toujours refusé que les (05) postes de directeurs soient pourvus peut-il se rétracter si vite.  Avec une rapidité extraordinaire le Ministre-DG arrive à enrôler le projet de modification de l’Ordonnance au bout d’une semaine. Le grand Secrétariat Général du Gouvernement, qui laisse dormir les textes importants pour la vie de la Nation traite avec une diligence à rendre jaloux tous les autres ministères, les dossiers du Ministre Choguel en urgence.  Mais heureusement qu’il reste encore des cadres honnêtes dans le Gouvernement de Modibo KEITA, pour s’opposer à une telle  modification, car choqués par le changement des  règles de sélection du DG de l’AMRTP pendant que la procédure est en cours.

 

ACTE 4 : Le Ministre Choguel ignore le parallélisme des formes en Droit

 

Constatant que pour une fois il risque de perdre la partie et que sa demande de modification des règles ne saurait prospérer pendant que la procédure de désignation du nouveau DG est en cours, le Ministre réunit les membres de la Commission pour les informer de l’annulation de la procédure de recrutement, donc la caducité du rapport qu’elle a fourni. Le Ministre Choguel ignore superbement en dépit de sa connaissance très poussée en  légistique le parallélisme des formes en Droit. L’appel à candidature a été lancé par un Arrêté et il faut donc un autre Arrêté pour l’annuler. Dire que dans tout cela le Ministre DG a toujours agi en indiquant à ses collaborateurs que tous ses forfaits sont sur ordre de ses supérieurs hiérarchiques, tantôt du Premier Ministre tantôt du  Président de la République.

 

ACTE 5 : Justifier tout et à tout prix

 

Comprenant qu’il va bientôt perdre la main sur l’AMRTP, dont il avait fait sa boutique familiale, il instruira au mois de juin 2015  à ses obligés de trouver à tout prix des justificatifs à certaines de ses dépenses non justifiées comme dans le dossier de :

 

  • N-SOFT, où il faut justifier au plus vite le paiement d’une facture faramineuse d’avocats qu’il a engagé contre l’AGETIC pour récupérer par tous les moyens la gestion du « Point ML » dans lequel il a fait régner la terreur pour s’enrichir enfin de compte. Le « Point ML » est le territoire numérique du Mali sur Internet.
  • Les salaires et avantages touchés depuis sa nomination comme Ministre.
  • Les ristournes sur les placements des fonds de l’AMRTP.

 

Même s’il est de notoriété publique que le Ministre Choguel Kokala MAIGA est un intouchable de la République, il est temps d’agir, parce que Choguel apparaît aujourd’hui comme une grosse pierre dans le jardin d’intégrité du Premier Ministre dont on sait la probité morale et l’honnêteté  bâties sur 50 ans de carrière. Dire que c’est Choguel qui est aussi le porte-parole du Gouvernement qui passe fièrement sur l’ORTM pour parler du problème des passeports, de bonne gouvernance, de rigueur dans la gestion de l’état, quel comble. Il est le  symbole de tout ce qui représente ce que nous avons combattu en MARS 1991 : l’ancien régime, la restauration, le COPPO antirépublicain, Moussa Traoré le dictateur, la mauvaise gouvernance, la corruption, l’ethnicisation  de l’Administration, le népotisme. Tout comme dans le dossier du passeport, nombre de maliens  regardent également comment vous allez gérer le cas Choguel. Le plus tôt serait le mieux parce que l’AMRTP continue d’être dirigée par le Ministre-DG Choguel qui émarge en fin de mois tant au département qu’à l’AMRTP. Atteste de cela les courriers qu’il continue de signer. Violation flagrante des actes additionnels de la CEDEAO qui prescrivent clairement la séparation la fonction de membre de l’Autorité nationale de régulation avec toute charge gouvernementale.

 

Notre travail citoyen est à considérer à sa juste valeur parce que nous sommes des citoyens républicains qui préfèrent régler leurs comptes avec les prédateurs de la République par les voies légales et propres contrairement à la rébellion arabo-touareg qui est prompt à prendre les armes et à dégainer  pour faire aboutir ses revendications. Si l’Etat ne prend pas les mesures qu’il faut les frustrations cumulées pourraient déclencher un processus irréversible de rejet de l’Etat par des citoyens honnêtes qui ne cherchent qu’à alerter pour que les choses changent dans ce pays de façon pacifique pour l’honneur et le bonheur de tous les maliens.

 

Source : Journal InfoSept avec Makanaki, un contributeur anonyme  et Drissa Coulibaly de la  Rédaction de MaliActu.net

 

Encadré :

Extrait d’un article du journal la Dépêche publié le 10 septembre 2012 sous la plume de Warus :

« Notre directeur est comme le pape au Vatican » lance un travailleur du CRT, avant de hausser le ton en ces termes : « Il taille tout à sa mesure et celle de sa tribu au sein du service ». A l’en croire, sur la quarantaine des employés, une vingtaine relève de la plèbe du maître des lieux. Un véritable pêle-mêle de parents (proches et lointains), de militants…Du coup, la boîte s’est trouvée minée par un réseau plus puissant que les faisceaux des deux sociétés de la place. Avec la méthode Choguel, on affirme que ce sont toutes les règles de recrutement qui sont bafouées. « De 2009 à nos jours, il n’a pris que les gens qu’il veut » indique un autre employé. Qui poursuit que dans le lot existe même une trafiquante de drogue. Condamnée le 14 juin 2011 lors d’une audience de la Cour d’Assises à 3ans de prison avec sursis ».

source : [email protected]

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.