Future assemblée nationale: « Rien de justifie un départ de la CODEM à l’opposition »

Housseini Amion Guindo codem

Dans un entretien à bâton rompu avec l’ancien conseiller en communication du Président de la Convergence pour le Développement du Mali (CODEM) et non moins Secrétaire à la Communication de la Section CODEM de Koro, Amadou OMBOTIMBE,

il apparait que le Parti de la quenouille doit être cohérent avec lui-même en restant dans la mouvance présidentielle. Il analyse sans équivoque la situation politique de son parti et donne les conseils qu’il juge utiles.

Le parti Convergence pour le Développement du Mali (CODEM) est l’une des formations politiques les plus en vue, ces dernières années, sur l’échiquier politique national, eu égard aux résultats obtenus lors des dernières élections organisées dans notre pays.

Ce parti, arrivé cinquième à l’occasion de l’élection présidentielle, a été l’un des plus sérieux soutiens au Président IBK entre les deux tours. Les 2e, 3e et  4e ayant décidé de faire front commun.

Ce soutien, minutieusement  préparé par les deux parties, s’est fondé sur la convergence de vue des deux leaders politiques. Il faut rappeler que Housseini Amion GUINDO dit Poulo, Président de la CODEM, est un pur produit du Rassemblement pour le Mali (RPM). Élu en 2005 sous la bannière du RPM, lors des législatives partielles à Sikasso, le jeune député jouissait de tant d’estime de la part du Président Ibrahim Boubacar KEITA, ami de ses frères Moussa Amion GUINDO, Gassimi  GUINDO, Ousmane Amion GUINDO et autres Boubacar GUINDO…

Au regard de ces liens, presque familiaux, entre Poulo et  IBK, l’on ne pouvait douter du soutien du 1er en faveur de celui qui a été élu à la tête de l’État.

À l’occasion des élections législatives, la CODEM est en passe de confirmer sa place de 5e force politique du pays, si les résultats du ministère de l’Administration territoriale se confirmaient.

Une bonne performance, selon notre interlocuteur, qui pense que le seul problème réside dans les résultats de Sikasso où le président du parti est en difficulté face à la liste RPM/FARE.

Malgré tout, poursuit-il, « la CODEM n’a pas intérêt à trahir son soutien à IBK parce que Poulo est battu ou sera battu (selon le verdict de la Cour constitutionnelle) à Sikasso».

« Nous pensons que nous serons fair-play à l’issue de la délibération de la Cour ; nous accepterons notre résultat et nous nous positionnerons pour les échéances à venir », a ajouté notre interlocuteur.

Il faut rappeler qu’à l’issue des résultats complets provisoires proclamés par le ministre de l’Administration territoriale, la CODEM arrive avec un Groupe Parlementaire de 5 députés.

Si le Président IBK, contrairement à ce qui se dit par certains proches, veut faire un gouvernement d’ouverture, il pourrait être amené à composer avec la CODEM, un parti allié ; mais aussi respectable en raison de son poids politique.

Pour M. OMBOTIMBE, la CODEM a marqué la scène politique nationale en seulement 5 ans d’existence.

Il faut donc renforcer cet acquis en respectant ses engagements et en s’ouvrant aux autres. D’où la nécessité pour ce parti de laisser tomber les arrière-goûts amers de sa défaite à Sikasso et de voir comment se rapprocher du RPM qui lui a tendu la main jusque-là.

Il rappelle aux cadres et militants de sa formation « qu’en période électorale on peut tout se dire ; mais après, il faut arriver à une bonne analyse des résultats et se positionner pour le futur ».

Entretien réalisé par Bertin DAKOUO

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *