Forte …démobilisation

Comme à l’accoutumée, les Maliens ont boudé les urnes lors du scrutin législatif d’hier. Ils ont superbement ignoré le chemin des centres de vote, préférant vaquer à leurs travaux ménagers pour les femmes, à leurs parties de jeu de cartes pour les jeunes et aux retrouvailles sous les hangars et arbres à palabre pour les personnes âgées.

 election legislative bamako vote urne

A Bamako plus précisément, les propriétaires de vergers ont rallié leurs cachettes paradisiaques, les peuls laveurs d’habits ont investi les berges du Niger, les chauffeurs se sont installés dans leurs Sotrama et taxis, les voyageurs  ont pris d’assaut les gares routières. Tous, sans avoir voté, bien entendu.

 

Ce qui fait redouter un taux de participation largement plus bas que lors du 1er tour où, seulement 38% de Maliens ont accompli leur devoir civique. Et ont accordé leur confiance à 20 députés déjà élus.

 

 

De quelle légitimité ceux-ci et leurs 127 camarades qui sortiront du 2è tour pourront-ils se prévaloir ? Cette interrogation en appelle d’autres questionnements encore aussi préoccupants que dangereux pour notre démocratie. Pourquoi ce peu d’intérêt de nos concitoyens pour le vote ? Pourquoi le Malien voit-il négativement l’homme politique ? A quand l’amour de l’électeur malien pour l’urne ?

 

 

De la réponse à ces questions sortira, espérons-le, la clé du retour aux urnes des Maliens. Afin de nous éviter, lors des prochaines communales et à jamais, le scénario de la forte…démobilisation constatée hier dans les centres de vote des six communes du District de Bamako visitées par nos reporters.

 

La Rédaction

SOURCE: L’Aube
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *