Etats généraux de la décentralisation : Le rendez-vous qu’il fallait…

Etats généraux  décentralisation

Les participants aux Etats généraux de la Décentralisation sont unanimes : uneréorganisation des Collectivités avec plus de responsabilités est gage de paix et de développement.

 

Mme Toure Oumou Toure, présidente de la CAFO 

« Ces Etats généraux viennent à point nommés »

« Je pense que les Etats généraux de la décentralisation est une activité qui vient à point nommé dans la mesure où, notre pays est entrain d’entamer des reformes de gouvernance. Je pense, aussi, que la crise malienne est institutionnelle, organisationnelle et aussi comportementale. Quelque soit la nature des individus s’ils ne changent pas de comportement on reviendra toujours à la case de départ.  Il faut que les citoyens soient bien préparés ».

 

Sékou Amadou Guindo, Préfet de Bankasse

« Ces Etats généraux est une opportunité »

« Ces états généraux est une bonne opportunité pour permettre à l’Etat de donner de nouvelles orientations qui puissent prendre en compte les aspirations des populations pour une sortie définitive de cette crise. Il y a 10 thèmes qui vont permettre de prendre ces aspects en compte. Ces Etats généraux peuvent et doivent contribuer à la résolution de la crise parce que la décentralisation est le besoin quotidien des populations.

Actuellement nous sommes entrain de débattre tout cela pour que cela soit bien compris et que toutes les frustrations soient corrigée.

 

Alousseny Ag Hamani, maire de la commune d’Allaboucar (cercle de Ménaka)

« Les assises sont arrivées à leur moment »

« Les assises sont arrivées à leur moment. Il le fallait. D’abord, après 20 ans de reforme, il fallait voir ce qui a marché et ce qui n’a pas marché. Avec cette crise au nord du pays, il faut aussi trouver une réponse à tout ce qui est insuffisant par rapport au fonctionnement de l’état. Il faut aller vers un approfondissement de notre système de gestion et la participation des populations dans la gestion des affaires par une bonne refondation de notre système de gouvernance en allant vers une régionalisation ».

 

Amadou Billy Sissoko, conseiller technique au ministère de l’administration territorial

« Ces assises permettront d’apporter des idées nouvelles »

« Ces assises viennent à point nommé. Tous le monde est unanime que la crise que notre pays à traversé a été difficile à solutionner. La décentralisation offre une porte de sortie. Elle permettra d’apporter une idée nouvelle pour nous permettre de faire revenir la paix, la sécurité, la réconciliation, un développement beaucoup plus harmonieux de notre pays.

 

Je pense que la décentralisation est une solution à la crise, il faut reconstruire ce qui a été détruit au cours de ces dernières années.  Tout n’est pas mauvais, tout n’est pas bon. Il faut donner beaucoup de responsabilité aux collectivités notamment dans le domaine de sécurité pour leur permettre de s’assumer ».

 

Mamadou Goita, président du conseil de cercle de Yorosso

« Il faut une réorganisation des collectivités »

 

« Nous voulons vraiment un grand changement au cours de ces Etats généraux. On a les moyens. Il faut aussi une réorganisation de l’administration du territoire national. Nous sommes venus uniquement pour ça. Il faut une réorganisation des collectivités.

 

Cela peut contribuer à la résolution de la crise, c’est la base même. Si on revient à de nouvelles bases, entre nous communautés, on peut trouver la solution, mais il ne faut pas mettre de différence entre les régions ».

 

Source: Le 26 Mars

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *