État du pays : LE PARENA REITERE SES CRITIQUES

 

tiébile drame ancien ministre parti parena opposition conference presse

« Le pays va mal. L’état du pays est préoccupant », a estimé hier le président du Parti pour la renaissance africaine (Parena), Tiébilé Dramé, à l’occasion d’une rencontre avec la presse sur les grands problèmes nationaux. Pour le conférencier, la situation sécuritaire s’est fortement dégradée au cours de l’année écoulée avec plus de 400 personnes tuées dans les différentes attaques perpétrées un peu partout dans le pays. A ce propos, Tiébilé Dramé juge que la dégradation de la situation, malgré la signature de l’accord de paix, montre la nécessité, voire l’urgence, d’ouvrir des consultations nationales pour trouver des solutions pérennes à cette crise. Dans la même lancée, il préconise de négocier avec les « Djihadistes maliens », une option jusque là rejetée par le gouvernement. « Tout le monde sait que la situation sécuritaire du pays s’est considérablement dégradée. Et ça risque même de s’enliser. A 10 km de Tombouctou, il n’y a plus d’État. A partir d’Almoustrat, on ne parle plus de Mali. A Ténenkou tout près, on empêche l’ouverture des écoles », a énuméré le conférencier qui estime que dans ce contexte d’insécurité généralisée, le gouvernement a fait le mauvais choix de baisser le budget alloué à la défense de 283 à 213 milliards de Fcfa.
Sur le plan de la gouvernance, le leader du parti du « Bélier blanc » s’est montré particulièrement sévère. Revenant sur les conditions d’acquisition de l’avion présidentiel et des équipements militaires en 2014, sur l’achat des tracteurs et des engrais en 2015, Tiébilé Dramé a aussi critiqué le nombre trop élevé à ses yeux de voyages présidentiels à l’extérieur.
Interrogé sur les articles de presse accusant des responsables gouvernementaux d’avoir fait attribuer des logements sociaux à des proches, le président du Parena a estimé que si cette affaire est avérée, « le gouvernement doit s’expliquer ».
Pour éviter de rééditer les « erreurs » des années précédentes, Tiébilé Dramé a invité le chef de l’État à engager rapidement des consultations entre tous les fils du pays, afin d’instaurer une paix durable et définitive. Il lui demande aussi d’amorcer les reformes institutionnelles voulues de commun accord, de créer des emplois pour les jeunes, de lutter contre l’impunité. « Le chef de l’État a été élu par les Maliens pour sortir le pays de l’incertitude, de l’immobilisme. Il doit se consacrer à cette mission », préconise le président du Parena.
Enfin, en réponse à ceux qui le jugent plus offensif que le chef de file de l’opposition, Tiébilé Dramé a confirmé qu’il continuera à jouer pleinement son rôle d’opposant.
M. KEITA

 

source : Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *