Enquête du département étude et communication de L’Indépendant sur les deux ans du président à Koulouba : Seuls 16,8 % des sondés jugent le bilan d’IBK bon

Le président IBK ayant bouclé ses deux ans d’exercice à la tête de l’Etat malien, (19 septembre), nous avons mené une enquête d’opinion auprès de 1 000 personnes issues de diverses couches sociales dans le district  de Bamako pour connaitre leur avis sur sa gestion du pays. A cet effet, la question suivante leur a été posée : le bilan du président IBK, après deux années passées à la tête du pays, vous parait-il bon, moyen ou mauvais ?  Résultats.

ibrahim boubacar keite ibk president malien chef etat

L’équipe d’enquête était composée de six agents dépêchés du 17 au 20 septembre à travers les 6 communes de Bamako. Elle s’est rendue notamment au niveau des grandes écoles et de facultés, des lieux publics, des marchés, restaurants etc. Grâce à ce procédé appelé la ” méthode aléatoire “, on peut concevoir un échantillon représentatif de la population.

En réponse à la question susmentionnée, 44,7% ont jugé le bilan du président mauvais, 37,5% moyen, 16,8% bon. Un taux de 1% ne s’est pas exprimé.

La répartition par sexe donne le schéma suivant :

Les hommes, qui représentent 69,7% des sondés, ont estimé ce bilan nul à 29,4%, acceptable à 25,8%, excellent à13,7%. Un taux de 0,8% ne s’est pas prononcé.

Les femmes, qui représentent 30,3% des personnes questionnées l’ont évalué insatisfaisant à 15,3%,  convenable à11,7%, impeccable à 3,1%. Un taux de 0,2% ne s’est pas exprimé.

Les résultats de notre sondage laissent paraitre un bilan mitigé pour l’opinion publique. En effet, force est de constater que la cote de popularité du président IBK n’est pas à son paroxysme comme ce fut le cas lors de l’élection présidentielle en 2013. D’aucuns soutiennent que la pauvreté a atteint des proportions alarmantes et que le panier de la ménagère se fait de plus en plus léger à cause de la hausse des prix des denrées alimentaires. D’autres affirment que le problème du manque d’emplois persiste et qu’IBK a failli à ses promesses électorales. D’autres encore de faire valoir qu’il faut du temps au chef de l’Etat pour conduire à bon port son programme car deux ans, c’est trop tôt pour juger.

Nous en déduisons que si IBK veut se réconcilier avec son peuple, il doit fournir plus d’efforts sur le plan économique afin de réduire la cherté de la vie, créer des emplois et faire reculer davantage la pauvreté.

Commentaires des personnes sondées

Mauvais

-Depuis qu’il est venu, la pauvreté a augmenté.

-Rien de concret. Nous sommes gouvernés  par des personnes de mauvaise foi. La mal gouvernance, la corruption, l’impunité, la délinquance financière règnent sur l’ensemble du territoire.

– C’est vrai que 2 ans est trop juste pour juger, mais les premiers résultats nous prouvent que l’on ne peut rien attendre du Chef de l’Etat. A seulement 31 ans, on rejette mon dossier pour servir dans l’armée et pourtant je suis apte physiquement. C’est vraiment désolant.

– Il n’a pas pu régler les problèmes du nord comme il l’avait promis dans son programme. Il a failli à son engagement et à sa mission de lutter contre la corruption.

-Le pays va mal. Rien ne marche. Il n’y a pas d’emplois.

Moyen

-Il y a eu un peu de changement, mais il reste beaucoup à faire.

-Ça va plus ou moins. Le Mali est vaste. On ne peut pas tout régler en même temps.

-Nous sommes des chefs de famille. Les denrées de première nécessité sont trop chères.

-Bilan très moyen pour ne pas dire mauvais. Espérons que les 3 autres années apporteront le changement tant attendu.

-Il fait de son mieux pour stabiliser le pays, car nul ne peut diriger un pays qui est en crise.

-Où sont les 200 000 emplois qu’il a promis lors de la campagne électorale ?

Bon

-C’est un bon président, le pays est en crise, mais il se défend.

-Donnons-lui encore un peu de temps et l’histoire lui donnera raison.

-C’est l’homme dont les Maliens ont tant espéré.

 

Enquête réalisée par Mohamed HAÏDARA

Email:[email protected]/Tel : 72 01 58 16

Source: Autre presse

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *