Élections municipales 2016 : L’URD dénonce les irrégularités et accuse la justice

Les responsables de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) ont animé un point de presse à leur siège sis à Badalabougou pour faire part de leurs réflexions, suggestions et commentaires sur le processus électoral du 20 novembre 2016. Le point de presse était animé par Mme Coulibaly Kadiatou Samaké, 3ème vice-présidente du parti, qui avait à ses côtés le secrétaire à la communication, Me Demba Traoré,  le secrétaire chargé des questions électorales, M. M’Befon Cissé et les autres membres du parti de la poignée de Mains.

soumaïla cisse chef opposition urd modibo sidibe fare anka wili conference

Comme d’habitude, le parti URD rencontre les hommes de médias à la veille de chaque processus électoral afin de discuter sur les préparatifs, les défis et enjeux, mais aussi et surtout de leurs ambitions. Cette tradition a été respectée par le parti du chef de file de l’opposition afin de parler sur les difficultés auxquelles le scrutin du 20 novembre est confronté.

Dans son intervention, Mme Coulibaly  a déclaré qu’au niveau de l’URD, il est important de signaler que le parti a déposé 266 listes propres. Selon elle, l’URD est en alliance sur 394 listes, soit au total 660 listes déposées dans 660 communes. A ses dires, aux termes du contentieux électoral, l’URD seule, sur la centaine de partis politiques en compétition, a eu 14 listes de candidatures invalidées, soit près de 20% des listes totales invalidées. Le parti se retrouve ainsi avec 646 listes en compétition et 7.239 candidats.

Selon la 3ème vice-présidente de l’URD, les motifs retenus par les juridictions d’instance et d’appel pour invalider les listes URD ne constituent point des motifs valables d’invalidation de listes de candidatures au sens de la loi électorale. Elle a ajouté que la campagne électorale a été lancée sur fond d’insécurité généralisée sur presque toute l’étendue du territoire national. C’est pourquoi l’URD invite une fois de plus le gouvernement de la République du Mali à sérieusement prendre toutes ses responsabilités pour faire face à ce phénomène et sécuriser les populations pendant cette période de campagne électorale.

Mme Coulibaly Kadiatou Samaké a déclaré que le scrutin du 20 novembre prochain est l’élection de tous les dangers liés à la recrudescence de l’insécurité partout au Mali.

En prenant la parole, le secrétaire à la communication, Me Demba Traoré, a précisé que le parti URD compte avoir 260 maires et 30% de l’ensemble des conseillers. Il dira aussi qu’il y a beaucoup d’irrégularités dans cette élection dans certaines localités, car la loi électorale interdit à quelqu’un qui a moins de vingt (21) ans d’être candidat aux élections communales. «Nous avons engagé des recours contre des listes qui avaient des candidats frappés par cette loi, mais la justice n’a validé pas nos recours. La justice ne doit pas se comporter comme telle en violant les textes dans un pays frappé par l’insécurité.

Malgré ces difficultés, le chef de file de l’opposition a invité ses militants et sympathisants à mener une campagne civilisée, sans heurts, sans injures, sans violences, dans le respect de l’autre. Nous avons été victimes de calomnie, de méchanceté, de mensonge. Nous vous demandons de bien vouloir opposer le bon sens, la main tendue à toutes ces incongruités. La violence verbale et ou physique n’a jamais réglé un problème, au contraire elle nous éloigne de l’essentiel», a dit Me Demba Traoré, chargé de communication de l’URD.

Au cours de ce point de presse, on apprend que le véhicule du député de l’URD, Amadou Maiga, élu à Douentza, a été attaqué, le jeudi 10 novembre 2016, au Nord du Mali. Les occupants ont été complètement dépouillés, mais les bandits étaient à la recherche du député Amadou Maiga qui se trouvait à Bamako.

F COULIBALY

Source : L’Express de Bamako
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *