EDUCATION : pourquoi l’école malienne est mourante !

Réhabilitation de plus de 2000 écoles et centres de formation pour un coût de 5 milliards. Le chef de la transition nous fait tout cela par bonté et par amour pour nous Maliens. Quel patriote !

La vérité est que le ou les conseillers qui ont réfléchi sur le plan dit vaste doivent être de ces intellectuels à deux sous qui sont prêts à inventer n’importe quelle parade pour faire gober à un roi qu’il est immortel.

Techniquement ; un intellectuel, qui connait les bases fondamentales du système éducatif, est incapable de faire des propositions sur mesure pour compliquer et fissurer tout un système pour le contrôle et au nom de sa promotion personnelle.

Celui qui a compris tout le problème et qui est venu transiter n’a pas besoin d’autant de podiums publicitaires et des fictions montées qui n’impressionnent même pas l’imaginaire collectif. L’école malienne est malade, parce qu’il coûte moins cher de coloniser des abrutis que de créer l’espoir pour espérer voir naître des êtres automnes et conscients. C’est la même recette que le concept du développement par le bas.

Ils vous construisent des immeubles auxquels vous n’avez même pas accès et qui n’apportent rien au développement individuel et collectif. Ils maquillent les routes pour des visites officielles à coût de milliards, pendant que des salariés vont en grève pour réclamer leurs salaires. Et eux-mêmes vivent comme des gens coupés de leur environnement qui les a vus naître.

Et nous nous retrouvons comme des individus demeurés dans notre Etat de dépendance éternelle. Ce n’est pas le nombre de classes d’écoles qui compte, mais le contenu de ce qui est enseigné et ce que cela peut apporter à l’enfant qui aura la chance d’en bénéficier. Les êtres humains sont comme de la lumière. Ils ont besoin d’un appui pour s’éclairer. C’est la seule condition d’aider si l’intention est d’aider et non gaspiller inutilement dans un pays où certains sont à deux doigts de tuer pour manger un jour ou deux. Soyons responsables pour ne pas périr en irresponsables.

Ina Maiga

Source : Le Démocrate Mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.