Dr. Modibo Soumaré, président de l’URP : «L’accord d’Alger ne doit pas être la vache laitière de qui que ce soit»

Dans cet entretien qui suit, Dr. Modibo Soumaré, président de l’Union des patriotes pour la République (Urp), et secrétaire général de l’Alliance des forces démocratiques pour le Mali (Afd), parle de la situation de sa formation politique. Mais aussi de la situation sécuritaire du pays et de l’accord d’Alger. Selon lui, cet accord ne doit pas être la vache laitière de qui que ce soit.

fer modibo soumare frontemergence renouveauSelon Dr. Modibo Soumaré, son parti, à l’instar des autres, vient de traverser une période morte après les élections présidentielle et législatives et se prépare activement pour les élections municipales et régionales. Sa formation politique a noué d’après lui des relations fructueuses et de confiance avec une vingtaine de partis politiques et une dizaine d’associations pour projeter un projet politique ambitieux et crédible qui soit à la hauteur d’une vie démocratique responsable. Ce projet, dit-il, s’appelle l’Alliance des forces démocratiques pour le Mali (Afd-Mali). 

À en croire Modibo Soumaré, l’Afd-Mali est un regroupement politique composé de 19 partis politiques et d’une dizaine d’associations dont le lancement a eu lieu le 30 novembre 2015 au Grand Hôtel de Bamako. Depuis ce jour, ajoute-t-il, l’Afd-Mali s’est assignée comme objectifs d’unir les efforts et de travailler dans le respect et dans la solidarité pour assurer une pratique démocratique véritable dans notre pays ; de mobiliser les forces politiques pour aider à la mise en œuvre efficace et efficiente de la vision et du projet politiques du président Ibrahim Boubacar Keïta.

Mais aussi, d’effectuer un travail d’information et de sensibilisation en direction des partis politiques, des associations démocratiques et des populations ; d’organiser des concertations en vue de dégager des positions communes sur toutes les grandes questions de la nation ; d’œuvrer au renforcement des acquis démocratiques et de la réconciliation nationale, à l’émergence d’un Mali où il fait bon vivre dans l’harmonie et la sécurité, garantissant l’égalité des chances. «Le but final est de fonder une grande formation politique présidée par Tiéman Hubert Coulibaly et moi-même», a-t-il poursuivi.

«De façon générale, je me suis toujours battu contre les mouvements de rébellion, car dans notre pays existent des voies et moyens démocratiques qui permettent à l’ensemble des couches de la population de s’exprimer librement leurs opinions. Malgré tout, il faut saluer la signature de l’accord pour la paix du 15 mai 2015 qui, encore je répète, est un compromis acceptable pour sécuriser notre pays et instaurer la paix afin d’enclencher le retour des réfugiés», a déclaré le président de l’Urp.

  1. Soumaré estime que la paix retrouvée nous permettra de bâtir une vraie armée républicaine qui tournera dos aux coups d’Etat et qui respectera la démocratie. Il a, au passage, salué la Coordination patriotique de l’Azawad (Cpa), «car sans elle, il n’y aurait pas de cérémonie du 15 mai 2015», au cours de laquelle la crème des chefs d’Etat africains s’est retrouvée aux côtés du président malien pour saluer l’amorce de cette paix.

«L’accord d’Alger doit se faire intelligemment, en respect de la Constitution de notre pays. Il ne doit pas être la vache laitière de qui que ce soit. L’application de l’accord doit permettre le traitement, à la source, des causes des rebellions. L’accord doit permettre l’accès à l’eau potable, à l’école, au travail et à la construction d’unités industrielles dans les régions du Nord comme du Sud. L’application de l’accord doit permettre une véritable réconciliation nationale. L’accord doit permettre une bonne application de la justice», a déclaré Modibo Soumaré.

Aux dires du président de l’Urp, sa formation politique et les autres partis de l’Afd-Mali ont convenu de la mise place de listes Afd-Mali sur l’ensemble du territoire. Il a souligné que toutes les autres formations politiques, qui partagent les idéaux de l’Afd-Mali, seront les bienvenues. En ce qui concerne la situation politique actuelle, Dr. Modibo Soumaré se félicite de la constitutionalité retrouvée et remercie le président Dioncounda Traoré pour les efforts fournis. «Nous devons perfectionner davantage le Code électoral. Il y a lieu de se poser la question de la nécessité de mettre des critères pour pouvoir être candidat (le niveau d’instruction). Aussi, il sera important de mettre une distance entre religion et politique. Sinon, avec cette promiscuité, on assistera, à coup sûr, à un déclin certain de la démocratie au Mali», a-t-il déclaré.

Pour ce qui est de la sécurité dans notre pays, Modibo Soumaré a noté qu’il est évident que les Maliens sont inquiets, de Kayes à Tombouctou, de l’attaque de la Terrasse à des voitures qui sautent sur les mines sur la route de Gao. Il félicite le ministre de la Défense et des Anciens combattants et le chef suprême des armées pour le nouveau visage dont font montre les hommes en uniforme de notre pays. 

 

Diango COULIBALY

Source: Le Reporter

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.