DPG Moussa Mara – Les grands chantiers dégagés : Vivement vendredi pour les débats

Le nouveau locataire de la primature sur les bords du fleuve Niger dans la cité administrative, n’a pas attendu un mois, après sa nomination par le Prési IBK, pour se présenter à la Place de la République en vue de présenter sa déclaration de politique générale (DPG) aux dépités tout en se soumettant à leurs questions. Le tout sera couronné par un vote de confiance.

premier ministre moussa mara chef gouvernement mali

En attendant, force est de reconnaître que le nouveau PM du Mali dispose d’une politique très  ambitieuse qui touche tous les domaines du développement du pays. Cette politique est fondée,dit-il, sur le plan Mali émergent du Prési IBK.

 

Hier devant les dépités, le PM a affirmé que sa politique va donner la dignité au Mali. Il a suggéré la nécessité d’un sursaut national fondé sur l’action publique orientée par une vision mettant l’accent sur le Mali émergent, qui se fixe, entre autres objectifs, de restructurer l’armée, d’assurer le retour des populations réfugiées et déplacées, de redéployer l’administration, de lutter contre la corruption, de renforcer les institutions, de soutenir la revalorisation salariale, d’amener la confiance entre administration et usagers, d’arriver à un accord de paix inclusif avec les groupes armés.

Moussa Mara se dit prêt à s’attaquer à la défaillance du dispositif d’état civil par l’élaboration des pièces (carte d’identité et passeport) basées sur la biométrie. Il entend réhabiliter l’institution judiciaire et tenir des élections communales courant dernier trimestre 2014.

Il a fait sensation en affirmant qu’il va mettre désormais un terme au nomadisme des élus politiques à travers des reformes. Il promet de réviser la constitution très tôt pour que cette révision ne se fasse pas à la veille des élections de 2018. Par cette promesse, Mara tire la leçon des échecs des tentatives de révision constitutionnelle de 2OO1 sous la présidence AOK et de 2012 sous ATT. Il promet aussi de mettre en place une administration permanente de gestion des élections.Ce qui pourra corriger les limites de la CENI, de la DGE et de l’administration territoriale.

 

Réforme de la presse

Dans sa DPG, le chef du gofernement a touché du doigt la réforme du monde de la presse par la création de grands groupes de presse ouverts aux capitaux (comment pourrait-on lui rétorquer), la mise en place d’une imprimerie moderne au compte de l’AMAP, la création de nouvelles chaînes de télévision publiques et privées, la création d’une chaîne de télévision dans chaque région administrative, la mise en place d’une instance de régulation appelée HAAC (Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication), le renouvellement  ou la remise en scène de l’instance d’autorégulation appelée ODEP (Observatoire pour la Déontologie et l’Ethique de la Presse).

 

Restructuration de l’armée

Par cet acte, le PM Moussa Mara entend donner vie à la loi de programmation de défense et à la loi de programmation de sécurité. Il trouve que le Mali a besoin d’un outil de défense. Sur ce terrain, il compte d’abord sur nos propres moyens financiers avant  de chercher l’appui extérieur. A ses yeux :  »celui qui soustraite sa défense aura un réveil douloureux ». Ce qui, en soi, laisse entendre que le Mali ne passera par aucune force étrangère pour équiper ses troupes. Moussa Mara a affirmé qu’il compte mettre sur pied ce qu’il appelle une armée fonctionnelle et réactive privilégiant les renseignements et comprenant des forces spéciales bien équipées avec des hommes motivés et bien outillés. Pour cela le nouveau PM accorde, cette année, à l’armée un crédit budgétaire de l’ordre de 175 milliards de FCFA. Mais, il ne perd pas de vue qu’il a un besoin annuel de 240 milliards de FCFA et qu’il va falloir chercher les 65 milliards FCFA manquants dans le cadre de la coopération internationale. En attendant, Mara trouve que son pays compte, aujourd’hui, 8300 bidasses aguerris avec plus d’un millier de véhicules militaires dans le septentrion. Ce qui coupe d’avec l’ère ATT qu’il a fustigé en terme d’outils de défense nationale.

Accord de paix avec les groupes armés

Moussa Mara est convaincu qu’avec la nomination de l’ancien PM, Modibo Keïta comme Haut représentant du chef de l’Etat dans le dialogue inclusif avec les groupes armés, son gofernement sera en mesure de conclure un accord de paix avec ces groupes armés. Ces derniers, selon lui, seront cantonnés, démobilisés, désarmés et réinsérés dans la vie économique. Il trouve que les militaires, ayant  maille avec la justice, seront exclus de l’armée et que les déserteurs ne seront pas repris.  Il a averti qu’il n’est pas question de remettre en cause l’intégrité de notre territoire et le caractère laïc de l’Etat. Il compte achever le redéploiement de l’administration et établir la souveraineté de l’Etat malien sur l’ensemble du territoire d’ici la fin de l’année 2014. En attendant, le nouveau PM a affirmé qu’il dispose d’une enveloppe de 110 milliards F CFA pour assurer le retour des 300 000 personnes déplacées et réfugiées.

 

Autres secteurs – Pas de moindre

Dans sa DPG, le PM a fait cas de plusieurs mesures concernant divers secteurs de développement. Il se dit conscient que l’éducation va de mal en pis et que tout sera mis en œuvre pour que l’école fonctionne réellement avec des reformes ambitieuses qui seront mises en chantier. Il a soutenu que l’agriculture sera développée avec l’affectation d’un crédit budgétaire atteignant 15% du budget national du Mali. Ce qui permettra de porter la production nationale  de la culture de rente de 450 000 à 800 000 tonnes. Il trouve que la politique de développement agricole aura un impact sur l’amélioration de la vie des populations.

Concernant le secteur minier, Moussa Mara compte y apporter plusieurs réformes à savoir la création d’une école africaine des mines,  la diversification du secteur minier, la relecture du code pétrolier, la transformation sur place des ressources minières, le renforcement des capacités de l’administration minière, etc.

Il a aussi éclairé la lanterne de nombre de  Maliens en affirmant que la route de Ségou sera réalisée à travers deux fois deux voies. Ce qui veut dire que l’autoroute prévue au départ est maintenue. Il s’agit d’une précision de taille qui apporte un soulagement à tous les usagers de l’axe Bamako-Ségou.

Pour ce qui concerne le secteur de l’habitat,en plus de la finalisation de la réalisation du nouveau projet de 1000 logements cofinancés par l’Etat et la BID,  Moussa Mara a laissé entendre que 1922 logements sociaux seront réalisés à Bamako et à l’intérieur du pays avant la fin de l’année en cours.

Somme toute, dans sa DPG, le nouveau PM n’est pas allé par quatre chemins pour dire que lui et son équipe n’ont pas droit de décevoir  et qu’ils ont chacun l’obligation de résultat d’abord en se faisant évaluer chaque semestre et en rendant compte. Il promet de communiquer sur les actions gofernementales c’est-à-dire les succès réalisés et les échecs .

Pour lui, rien ne peut être au dessus de nos forces. Il faut tout de même attendre après demain vendredi pour savoir si le PM Mara a eu la confiance et soutien effectif des représentants de la nation. Comme à l’examen, passera – passera pas ? Vivement donc vendredi!.

ILK  

SOURCE: Le Scorpion

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *