Nouvelle Chancellerie du Mali au Burkina Faso: à quand a la fin des travaux

Lancé depuis 2004, le chantier de la nouvelle représentation diplomatique de notre pays traine encore. Cela au grand dam des Maliens de ce pays qui rêvent d’une nouvelle ambassade plus accueillante et digne de notre pays.

La constance est une qualité indispensable pour atteindre n’importe quel but, puisque les grands idéaux ne s’obtiennent pas par un effort isolé, mais sont le fruit d’une conquête laborieuse. La constance est l’habitude de maintenir un effort et de le prolonger dans le temps. Elle est très liée à la force, elle consiste aussi à surmonter des difficultés. Voici donc, une qualité que nos gouvernants se doivent de cultiver pour donner de la vigueur à l’action publique.
Cependant, en jetant un regard de citoyen sur certaines actions quotidiennes de l’administration publique malienne, nous regrettons le manque criard de constance. On est même souvent amené à se poser la question de savoir, si ceux-là, qui sont chargés d’animer la vie publique de notre pays, ont ce souci de constance, de continuité et même d’honneur. En tous cas, le chantier de la nouvelle chancellerie du Mali au Burkina Faso, qui traine depuis 2004, démontre à suffisante le manque d’engouement des nos autorités pour les actions qui galvanisent l’honneur et la dignité du Mali partout à travers le monde.
En effet, l’historique de ce chantier démontre à suffisance, le manque de constance de nos autorités. Il faut rappeler que c’est en 2004 que notre pays a acquis cette parcelle au quartier résidentiel de Ouaga 2000 des autorités burkinabé dans le cadre du renforcement réciproque entre nos deux pays. Au nom de cette même réciprocité, le Burkina a aussi acquis l’équivalent de cette parcelle à l’ACI 2000 (l’actuelle ambassade du Burkina Faso au Mali). Aussitôt acquis, la partie Burkinabaise a lancé les travaux de construction de cette belle chancellerie, sise à l’ACI 2000 qui fait la fierté des Burkinabés vivants au Mali aujourd’hui.
Ce qui n’est malheureusement pas notre cas. Nous les Maliens vivants au Faso, sommes obligés de squatter des villas exiguës ou se pavaner de villa en villa, à travers Ouagadougou, pour y loger notre représentation diplomatique. Il faut dire que lorsque, notre pays a pu acquérir cette parcelle en plein cœur de Ouaga 2000, le quartier le plus huppé de la capitale du Faso, en face même de l’hôtel Lybia Laïco, notre fierté en tant que Malien a été à la hauteur de l’espoir de voir ériger en plein cœur de Ouaga, une représentation nationale digne du grand Mali avec cette magnifique architecture sahélienne qui nous caractérise. Notre fierté fut encore plus bonifiée, lorsqu’on a découvert en 2007, la maquette de notre nouvelle chancellerie.
Malheureusement, l’espoir tant suscité par cette maquette n’a pas été suivi d’effet, puisque depuis 2007 à 2014, le chantier était au soubassement. L’on se rappelle même qu’en 2011, l’ex première dame du pays, Chantal Compaoré avait décidé de retirer au Mali ce terrain au profit d’un grand investisseur hôtelier international. C’est surtout grâce à l’implication personnelle de l’ancien ambassadeur du Burkina au Mali, Mohamed Sanné Topan, que notre pays a pu conserver la parcelle.
C’est seulement à partir de 2015 que le chantier connaitra sa véritable vitesse de croisière. En face de l’hôtel Lybia Laïco, on peut apprécier le plan qui a véritablement pris corps et la clôture démontre à suffisance, l’architecture malienne. Un début de travaux qui avait véritablement enthousiasmé les Maliens que nous sommes. Malheureusement, depuis trois mois, cet élan est ralenti, le chantier est même arrêté.
Selon le représentant de l’entrepreneur burkinabé rencontré sur place, ce ralentissement s’explique par le faible niveau de décaissement et le retard des décaissements par l’État du Mali.
« Il était prévu de remettre les clés aux autorités maliennes avant le 22 septembre, date de l’anniversaire de l’Indépendance du pays, mais le faible niveau des décaissements et le retard des décaissements ont fait qu’on a arrêté le chantier. Vous savez, quand on a commencé ce chantier, aucune banque burkinabé n’a voulu nous accompagner puisque ne croyant plus aux capacités du Mali de resurgir de la crise multidimensionnelle qu’il a vécu. Nous avons commencé le chantier par nos propres fonds. Dieu merci, aujourd’hui, le Mali renait et de plus belle. Nous avions programmé de finir le chantier avant la fête-anniversaire du pays, mais à ce niveau cela est fortement compromis », indique notre interlocuteur.
Voici comment se présente le chantier de la nouvelle chancellerie du Mali au Burkina Faso, depuis 2004. Il s’agit là, de l’honneur et de la dignité du Mali dans un pays frère certes, mais un pays qui partage avec le Mali beaucoup de réalités historiques, un pays dans lequel tout Malien se doit d’être exemplaire, mais un pays dans lequel, le Maliba doit aussi rayonner au sens propre comme au sens figuré.
Pour l’honneur et la dignité du Maliba, je demande aux autorités du Mali, au Premier ministre Modibo Keita, au Président Ibrahim Boubacar Keita, de donner des instructions fermes pour que notre représentation soit inaugurée avant le 22 septembre prochain.

Kassim Keita
Étudiant malien installé au Burkina Faso

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *