«Désillusion»: quand Soumaïla Cissé fait le bilan d’IBK

Le week-end avant la fête de Tabaski est traditionnellement chargé en activités politiques. C’est l’occasion, pour les partis politiques, de se prononcer sur les sujets brûlants de la Nation et de souhaiter bonne fête à leurs militants. Meeting pour la Majorité présidentielle, Conférence de presse pour le Centre malien et point de presse pour l’opposition. Animé par l’Union pour la République et la Démocratie (URD), le point de presse a été l’occasion pour l’honorable Soumaïla Cissé, Chef de file de l’opposition, de faire l’autopsie de l’an II d’IBK. C’était samedi dernier, à la Maison des Ainés.

honorable soumaila cisse depute assemblee nationale chef opposition urd discours allocution

Désillusion est le seul mot possible pour résumer le bilan des deux ans d’Ibrahim Boubacar Keita à la tête du Mali. C’est du moins, ce qu’affirme l’Honorable Soumaïla Cissé. Au cours de ce point de presse animé en présence des principaux leaders de l’opposition, Soumaïla Cissé, après avoir fait le bilan de l’an II d’IBK, a réagi à l’interview accordée par celui-ci à l’ORTM et à Africable.

Le bilan… le Mali outragé, le Mali brisé, le Mali martyrisé.

Tout comme le Général de Gaulle décrivant l’état de Paris à la fin de la 2e guerre mondiale, l’opposition malienne fait le constat  d’un  Mali outragé, d’un Mali brisé et d’un Mali martyrisé. Cependant à la différence du Général de Gaulle, l’opposition malienne ne voit aucun signe d’espoir à venir.

Dans une vidéo de 39 minutes intitulée «IBK an II», l’URD égrène un chapelet « d’affaires et de dérives » qui ont très vite entamé l’immense espoir suscité par l’élection d’IBK. A ce jour, dit la vidéo, aucune suite judiciaire n’a été donnée à ces affaires. Pire, certains présumés auteurs ont bénéficié de promotions.

Selon l’URD, l’insécurité, le marasme économique, les risques majeurs de partition du pays, la gabegie, la corruption, le népotisme, sont les maux qui frappent notre pays et constituent, à n’en pas douter, la marque de fabrique du régime IBK. A ces maux s’ajoutent la longue liste d’injustices et de frustrations vécues par les mêmes populations.

Les populations subissent au quotidien la dégradation de leur pouvoir d’achat, de leurs conditions de vie impactées par le renchérissement des produits de première nécessité. Dans ces conditions, l’URD se demande : « Où est le bonheur des Maliens ? Que devient l’honneur du Mali ? Où va le Mali ? ».

Réaction à l’interview…«mépris à l’égard des téléspectateurs».

Le chef de file de l’opposition n’a pas été avare dans le choix de ses mots. Surtout au sujet de l’interview d’IBK. Selon le président de l’URD: « l’interview télévisée était en décalage total par rapport aux préoccupations des Maliens. Les téléspectateurs ont assisté à une intervention de justifications évasives, d’autosatisfaction voire de mépris à l’égard de notre peuple », dit-il.La vie chère-  Dans son interview, IBK se félicite du taux de croissance, qui était selon lui de 7,2% en 2014. Pour Soumaïla Cissé économiste et ancien ministre des Finances du Mali ce « taux est à relativiser. Il ne s’agit pas d’une performance particulière car le taux de croissance d’une année normale est toujours très élevé par rapport à une année précédente mauvaise ou de crise ». Et d’ajouter : « De façon générale sur la période 2012-2014 le taux de croissance économique moyen a été de 3% contre un taux démographique de 3,6% sur la même période. Indiscutablement le taux affiché en 2014 est élevé mais pas extraordinaire. Il n’a pas infléchi le taux de pauvreté qui reste toujours de 46% en 2014 », a indiqué l’ex président de la Commission de l’UEMOA.

Mamadou TOGOLA

 

Source: Canard Déchainé

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *