Départ du président IBK: le M5-RFP affine sa stratégie

Les initiateurs de la manifestation pour le départ du président du président IBK et son régime du 5 juin 2020 ont animé ce 8 juin 2020 un point de presse au siège de la CMAS à Magnambougou Faso Kanu. Au cours de cette rencontre, ils ont annoncé la tenue d’une Assemblée générale ce jeudi 11 juin 2020 pour fixer la date de la prochaine manifestation. Cette cérémonie a été marquée par l’adhésion du MC-ATT de Jeamill BITTAR, le RCP et de la coordination des enseignants du secondaire du District de Bamako ; du cercle de réflexion et d’action pour la gouvernance, etc.

 

Cette conférence était animée le porte-parole du FSD, le Dr Choguel Kokalla MAÏGA, qui avait à ses côtés Check Oumar SISSOKO, EMK ; Me Mountaga TALL, l’opposition ; le coordinateur général de la CMAS, Issa Kaou N’DJIM ainsi que plusieurs autres chefs de partis de l’opposition.
Dans son intervention, le Dr Choguel Kokala MAÏGA a indiqué qu’à partir du 5 juin, l’expression populaire montrée à la place de l’Indépendance est en train d’avoir l’adhésion de l’ensemble des forces vives de la République du Mali. Ce groupe, dit-il, s’élargit à toutes les forces patriotiques qui prendront les destinées du peuple malien en main. Il s’appellera désormais le Mouvement du 5 juin, rassemblement des forces patriotique (M5RFP).
Depuis le 5 juin 2020, a-t-il expliqué, un large front de l’ensemble des forces patriotiques est en train de s’organiser. Comme en témoignent les adhésions à ce mouvement, qui n’est pas celui de la troïka, mais des Maliens.
À partir de cet instant, a-t-il dit, tous les Maliens de l’intérieur et de la diaspora, qui ne sont plus d’accord avec le système actuel, qui veulent un changement qualitatif dans la vie des Maliens, le retour de la paix et de la sécurité ; qui veulent que désormais l’élection ait un sens et puisse servir pour sanctionner correctement le travail de ceux à qui les Maliens confient leur destin.
Qu’à partir de maintenant, plus personne ne confisquera le vote du citoyen ne s’érigera à la place du peuple pour distribuer des voix, pour faire nommer des représentants du peuple, a indiqué le conférencier.
Selon lui, le peuple malien a droit à choisir ses responsables ; à sanctionner ses responsables.
« Il faut que plus que jamais, un gouvernement ne se permette plus d’utiliser les Forces spéciales anti-terroriste (FORSAT), faites pour tuer les terroristes, contre la population civile, à l’image de ce qui s’est passé à Sikasso », a mis en garde Choguel Kokal Maiga avant d’ajouter : « Nous voulons une nouvelle ère pour le peuple malien ».
Pour cela, il a invité chacun à travailler dans les quartiers, les familles afin de mobiliser les gens pour le prochain appel.
« Il faut que le peuple malien donne une leçon au monde entier qu’on pour dire qu’on peut obtenir le changement de façon pacifique », a-t-il clamé.
Au passage, il a salué et félicité les forces de martien d’ordre pour leur comportement exemplaire lors de la dernière sortie. Selon lui, ces forces font partie du peuple. Il s’est dit pouvoir compter sur cette dynamique jusqu’à l’objectif final, à savoir la démission du chef de l’État et son régime.

De son côté, Issa Kaou a déclaré que cette rencontre avait pour objectif de féliciter le peuple du Mali, les Maliens de l’intérieur comme ceux de la diaspora, pour leur soutien et leur engagement patriotique.
Le 5 juin dernier, a-t-il dit, le peuple a montré sa maturité et sa détermination. Même si le président Ibrahim Boubacar KEÏTA est encore là, il s’est dit convaincu qu’il partira.
Avant de donner la date de la nouvelle manifestation, les responsables du mouvement ont pris l’initiative d’aller à la rencontre des autres forces de la nation pour leur expliquer les raisons ont amené leur organisation commune à exiger le départ du président IBK. Il s’agit notamment des confessions religieuses, des syndicats, des opérateurs économiques, des chambres des métiers, le CNJ, etc.
Le jeudi prochain, a-t-il fait savoir, il y aura une assemblée générale au siège de la CMAS à partir de 16 h 30 pour déterminer la date de la prochaine sortie.
Aujourd’hui, a-t-il expliqué, nous ne pouvons plus dire que ce sont ces organisations qui vont continuer à diriger cette contestation populaire. « Nous allons faire une assemblée générale pour harmoniser, afin que tout le monde joue un rôle dans la réflexion, dans la prise de décision », a indiqué M ? N’DJIM.
Pour lui, il s’agit de se mettre ensemble pour le défi commun qui est celui de sauver le Mali. Et que tout le monde a fait le constat que cela passe forcément par le départ du président Ibrahim Boubacar KEÏTA, démocratiquement et pacifiquement.
L’Assemblée générale du jeudi 11 juin 2020 sera suivie d’une conférence de presse pour donner la date de la deuxième sortie.
« J’en suis sûr qu’il plaise à Dieu, cela nous permettra d’avoir gain de cause que le peuple reprendra sa légitimité, son pouvoir pour dire merci à IBK qui a échoué, car le Mali reste éternel », a-t-il conclu.

Par Abdoulaye OUATTARA

INFO-MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *