DÉCLARATION DU PARENA SUR LA SITUATION SÉCURITAIRE : Rassembler le pays pour endiguer l’insécurité et sauver la nation

Le Parti pour la renaissance nationale (PARENA) condamne les tueries de
masse perpétrées à Ouatagouna, Dirga, Kaarou et Daoutegeft, le 8 août dernier par les groupes terroristes qui ensanglantent le Sahel depuis plusieurs années.
Plus de 50 villageois ont été massacrés, victimes d’une violence aveugle que rien ne saurait justifier. De très nombreux blessés ont été recensés. Des troupeaux de bovins, d’ovins et de caprins ont été enlevés.
Le Parti du bélier blanc adresse ses condoléances attristées aux familles
endeuillées, souhaite prompt rétablissement aux blessés et exprime sa solidarité aux populations de la zone des trois frontières (Burkina, Mali et
Niger).
Le PARENA est, par ailleurs, vivement préoccupé par la persistance et
l’aggravation de l’insécurité dans plusieurs régions du Mali. Il interpelle notamment le gouvernement de transition sur la détérioration de la situation sécuritaire au Centre devenue une menace pour la cohésion de la Nation.
Le nombre d’écoles fermées est un des principaux indicateurs de l’insécurité : plusieurs centaines d’écoles sont fermées affectant quelques milliers d’enseignants et des centaines de milliers d’enfants qui se retrouvent à la rue.
Plusieurs villages du centre du Mali sont coupés du reste du pays depuis le début de la saison des pluies. Sous blocus des groupes armés terroristes, les habitants de ces villages sont interdits de travaux
champêtres et de toutes formes de relations avec leurs voisins. Le bétail
des paysans est emporté. Les femmes et les jeunes filles sont contraintes de porter le voile par des assaillants armés.
Ces informations sont régulièrement portées à la connaissance des
autorités civiles et militaires.
Périodiquement, des affrontements sanglants opposent les assaillants djihadistes et les donsos dans cette partie du Centre.
L’asphyxie des villages d’exploitants agricoles de l’Office du Niger aura
des conséquences sur la production céréalière. Les tensions actuelles dans plusieurs villages rappellent ce qui s’est passé à Farabougou l’an dernier.
Pendant plus de trois mois (entre décembre et mars 2021) des érudits du
Haut Conseil Islamique dépêchés à Farabougou avaient réussi à apaiser
les tensions et jeté les bases d’un accord entre acteurs locaux.
Les tensions persistent dans toute la zone. Les habitants sont devenus
des otages impuissants. Ainsi, depuis le 8 juillet, les entrées des villages de Diambé, Songo et Barikoro (secteur de Diabaly) sont bloquées par des hommes armés. Deux notables dont le chef des donsos, Ngoloba Coulibaly ont été tués.
Dans la nuit du 8 au 9 août, le puits à grand diamètre de Songo, source
d’approvisionnement du village en eau depuis des décennies, a été dynamité. Des explosifs ont été posés sur le pont, unique voie reliant Songo à Diabaly. Les 10 et 11 août, les habitants de Songo ont été réveillés, terrorisés par des coups de feu tirés par des hommes armés postés aux environs du village.
A 50 kms de Ségou, le village de Dlonguebougou, dans la commune de
Doura est sous blocus depuis le 5 juillet. Les travaux champêtres sont
suspendus. Interdiction stricte de cultiver. Le 3 août, deux chasseurs ont été exécutés par les djihadistes dans un
bois proche du village. Selon des témoignages des villageois, le 7 août, à
la recherche des corps, 20 donsos sont morts suite à l’explosion des cadavres sous les habits desquels des explosifs avaient été enfouis.
En exprimant sa solidarité avec tous les villages sous embargo, le PARENA en appelle au sursaut de toute la Nation devant la « Farabougouïsation » rampante du Centre qui risque de s’étendre à d’autres régions.
Chaque jour apporte son lot de mauvaises nouvelles relatives à l’insécurité dans les régions de Mopti, Ménaka, sur les routes du Sud, à l’Ouest du pays, au Sahel occidental (attaque, le 17 juillet, contre les chantiers de la
route Kwala-Mourdiah-Nara: destruction d’engins lourds de travaux, enlèvement de personnels expatriés.
Le pays tout entier doit prendre la pleine mesure des dangers qui nous
guettent.
Dans ces circonstances graves, la Nation doit être rassemblée en bloc
derrière nos forces de défense et de sécurité. Le PARENA lance un appel aux autorités militaires et civiles, aux forces
vives afin de créer les conditions de l’union nationale, du rassemblement
national, du sursaut de toutes les filles et de tous les fils du pays pour endiguer l’instabilité et l’insécurité qui représentent une menace pour l’existence de l’État et de la Nation.
Le PARENA exhorte le Haut Conseil Islamique à offrir, de nouveau, ses
bons offices. Il invite le Premier ministre, dans ces circonstances, à renoncer à ses projets qui divisent le pays comme, les « assises nationales de la
refondation », à épargner les deniers publics destinés à cette opération
hasardeuse.
Enfin, le PARENA invite les autorités de la transition à se concentrer sur
l’essentiel : la restauration de la légalité républicaine et constitutionnelle à
travers la tenue d’élections crédibles sur la base d’un code électoral consensuel.
LE COMITÉ DIRECTEUR PARENA
LE PRÉSIDENT
TIEBLE DRAMÉ
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.