Déclaration de politique générale : les points saillants

Le PM Mara était face aux députés ce 29 avril pour énoncer sa déclaration de politique générale. Un exercice auquel il s’est livré pendant plus de 2h30 minutes avec un document 69 pages.

premier ministre moussa mara assemblee nationale bagadadji deputes

 

 

Apres avoir rappelé la crise que notre pays a traversé à cause d’un état défaillant, Moussa Mara a ensuite détaillé les grands axes que son gouvernement souhaite accomplir sous sa direction. Selon lui cette vision pour un Mali émergent, mettra définitivement le pays à l’abri des soubresauts pour envisager l’avenir avec sérénité. En prélude, Mara a appelé ses concitoyens à un sursaut national, dans un discours fleuve qui fera date dans les annales politiques.

Priorités, celles énoncées par le Président de la république à savoir le renforcement des institutions et l’approfondissement de la démocratie, la restauration de l’intégrité du territoire et la sécurisation des biens et des personnes, la réconciliation des maliens, le redressement de l’école, la construction d’une économie émergente et la mise en œuvre d’une politique active de développement social.

Meilleure gouvernance publique

Sur la corruption, le Premier ministre a précisé que le gouvernement intensifierait la lutte contre la mauvaise gouvernance et la délinquance financière avec la soumission du projet de loi sur l’enrichissement illicite qui est déjà sur la table de l’assemblée nationale. Puis la réforme de l’administration. Selon Mara, il faut changement et une refondation institutionnelle : « Mon gouvernement redynamisera notre administration qui s’est affaissée depuis quelques décennies. La confiance entre l’administration et les usagers s’est amenuisée au fil du temps. Aujourd’hui, plus que jamais, l’opportunité nous est offerte de changer cela».

Moderniser l’administration

Mara met ainsi le doigt sur l’une des plaies de l’administration et son système d’identification des citoyens insuffisant : « Nous avons tous honte quand les passeports ou les cartes d’identité du Mali sont soupçonnées par les autorités d’autres pays. Nous avons tous honte que des personnes étrangères viennent acheter les documents administratifs maliens pour les utiliser à d’autres fins » a t-il déploré. Nous allons mettre fin à cette situation! En faisant en sorte que d’ici la fin de l’année 2015, le dispositif du RAVEC soit la base du système d’état civil en individualisant chaque citoyen et en assurant un seul recensement biométrique, donc infalsifiable, de chaque malien.

Justice forte

Le premier ministre est résolu a redonner à la justice sa valeur d’impartialité. Pour lui, le pouvoir judiciaire a plus que jamais besoin de toute notre attention. « Aussi suis-je convaincu de la nécessité de réhabiliter l’institution judicaire afin de promouvoir et de garantir une justice forte, impartiale et de qualité au service du citoyen à travers le renforcement du contrôle et de l’inspection du personnel judiciaire ».

Autre axe important, la décentralisation. A ce niveau l’approfondissement de cette dynamique, au travers de la régionalisation, est apparu comme l’une des attentes les plus fortes des citoyens. « Les taux de participation aux élections communales étant toujours significatifs, ils constituent des indicateurs évidents de l’importance des élections communales pour nos compatriotes ».

Politique étrangère

La politique étrangère a pris une place importante dans la DPG. A cet égard, le gouvernement s’attellera au rayonnement du Mali sur la scène internationale, sous l’autorité et l’impulsion du président de la république. « Le Mali est de retour. Les sept dernier mois, le Mali est redevenu un pays fréquentable et fréquenté, qui est présent sur l’échiquier internationale et se fait entendre par tous et partout », se réjouit Mara.

Energie

Sur le domaine de l’Energie, une préoccupation majeure en cette période caniculaire, Moussa Mara et son gouvernement mettront un accent particulier sur la résorption des déficits de production estimés à environ 111 MGW en 2013 : « Pour ce faire, il faut s’engager dans l’augmentation des capacités de production d’énergie électrique ». A+u titre de l’année 2014, le Gouvernement dotera EDM-SA d’une subvention de 30 milliards de FCFA (bientôt porté à 35 milliards de FCFA) auquel s’ajoutera la contribution de la CEDEAO à hauteur de 15 milliards de FCFA pour lui permettre d’assurer un équilibre financier conséquent, réviser et louer des groupes, acheter de l’énergie électrique et réaliser des travaux d’urgence et de réhabilitation de ses installations. A ce niveau, on peut noter que le prix d’électricité ne sera pas augmenté.

Sur d’autres sujets et non des moindres, Moussa Mara a ajouté que la presse publique et privée seront renforcées pour en faire une presse indépendante et dotée. Les domaines des mines, de la santé, de l’éducation ont été aussi développés dans la déclaration de politique générale. Nous reviendrons sur ces domaines dans nos prochains articles.

La déclaration de politique générale sera votée vendredi par les députés de l’Assemblée nationale.

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *