Débat autour du maintien ou non de la CENI : L’attitude du général Sada Samaké en cause

Depuis quelques semaines, le débat bat son plein autour du maintien ou non de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Le président de l’institution a décidé d’apporter des éclaircissements sur cette polémique «qui ne doit pas avoir lieu», si l’on s’en tenait seulement aux textes.

 

colonel sada samake ministre securite interieur

Hier, au siège de la Ceni, Dr. Mamadou Diamoutani a animé une conférence de presse au cours de laquelle il a retracé les faits et souligné les hésitations du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, qui sont en réalité à l’origine de l’imbroglio. Sinon, par la voix de l’ex-Premier ministre, Oumar Tatam Ly, la question du maintien de la Ceni avait été tranchée par le motif que son mandat, même fini, devait courir car le cycle des élections comme expliqué dans tous les documents administratifs surtout des partenaires techniques et financiers n’est pas bouclé. D’ailleurs, à l’instar des autres acteurs impliqués dans le processus électoral, la Ceni a fait son budget et obtenu un premier décaissement pour son fonctionnement. À leur étonnement, la question du maintien ou non de la Ceni a été relancée par le général Sada Samaké qui l’avait pourtant vidée lors d’une rencontre avec le président Diamoutani.

Sans entrer dans une polémique inutile et en attendant les débats du 3 juillet prochain, qui doivent définitivement trancher cette question à l’origine d’une profonde division de la classe politique, Diamoutani explique les enjeux des prochaines échéances électorales qui requièrent qu’on se mette très rapidement au travail pour parfaire les listes électorales au lieu de s’attarder sur des questions de personnes. Nous y reviendrons.

YC

SOURCE: L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.