Débandade au sein du régime IBK : L’impossible espoir tourné vers Nioro de Sahel, que peut Boubou Cissé face à la bronca de M’Bouillé et Cie ?

La tension est palpable, la marche de vendredi 19 juin met une pression sans précédent sur le gouvernement. Dans le camp du régime, c’est la débâcle totale avec la multiplication des sorties médiatique comme des rencontres. Hier, mercredi 17 juin 2020, le Premier Ministre, chef du gouvernement et une forte délégation était à Nioro du Sahel pour tenter le tout pour le tout chez le Chérif, très proche et père spirituel de Mahmoud Dicko. Ce dernier avait déjà conseillé IBK de se “séparer“ de la Présidente de la Cour Constitutionnelle, Manassa Danioko et son fils Karim.

 

Désormais, c’est la course contre la montre dans le camp présidentiel, et il faut miser sur tout pour désamorcer cette mobilisation du vendredi prochain, dont l’issue est un véritable inconnu pour les tenants du pouvoir.

En effet, moins de 48 du grand rassemblement, une répétition de celui du 5 juin dernier voire plus, Boubou Cissé semble avoir engagé une course contre la montre. Après avoir rencontré les syndicats d’enseignants dans la matinée, il s’est envolé pour Nioro du Sahel à la rencontre de M’Bouillé. Partout sur la toile, l’information est partagée comme des beignets au carrefour. “Boubou Cissé, à la tête d’une délégation, est à Nioro du Sahel depuis une heure, pour une tête à tête avec le Chérif de Nioro, Mohamed Ould Cheikhna, Allias M’Bouillé“. C’est à bord d’un avion de l’armée malienne, que Boubou, selon certaines sources a atterri à l’aéroport de Nioro. Au moment où nous mettions sous presse l’élément, rien n’a filtré de la rencontre entre M’Bouillé et Boubou. Mais la question qui se pose est de savoir : pourra-t-il faire mieux que le patron de la sécurité d’État, le général Moussa Diawara ?

Pour rappel, ce dernier s’était rendu à Nioro du Sahel pour tenter de faire annuler la mobilisation du 5 juin dernier organisée par les trois organisations (EMK, FSD, CMAS) pour demander la démission du président IBK. Il n’a pu ramener un grain d’espoir pour le locataire de Koulouba. La marche avait eu lieu, à la place de l’indépendance.

Pour une deuxième mobilisation dite “d’assaut final“, le Premier Ministre avec une forte délégation s’est rendu à Nioro, terre promise, pour ramener la paix. Alors que le mot de passe de la paix se trouve entre leurs mains, cependant, la témérité face à la demande des forces vives de la Nation ne semble pas être leur préoccupation.

Au-delà, annoncer la résolution de la crise scolaire et la formation d’un gouvernement d’union nationale sont-elles les demandes majeures du 5 juin ? Alors que la goutte d’eau qui a fait déborder la vase reste les dernières élections législatives avec la proclamation des résultats “fabriqués“ par la Cour Constitutionnelle qui a fait asseoir cette Assemblée Nationale “illégitime“. Au lieu de dissoudre ces deux institutions pour calmer la situation, le régime use de la ruse en face d’un peuple bien averti par les subversions auxquelles est habitué IBK et ses affidés. Cette visite de Boubou Cissé à Nioro est à la limite un ridicule envers le peuple étant donné que l’on tente de dribler pour continuer ce jeu de caméléon.

Il est clair pour tous citoyens aujourd’hui que le chérif ne changera pas de langage et il l’avait déjà souligné, il y a juste peu de temps. “IBK, débarrasses-toi de cette Dame Manassa et ton fils Karim“, conseillait-il au Président. L’espoir tourné vers Nioro n’accouchera que d’une souris. Et la Bronca va continuer tant que ces deux institutions ne seront pas dissoutes. Et l’on risquerait d’assister au pire.

Bourama Kéïta

LE COMBAT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *