CRISE POLITIQUE ET INSTITUTIONNELLE : M5-RFP réclame le départ d’IBK, les organisations religieuses disent niet

Au moment où les organisateurs de la contre marche annonçaient l’annulation de la marche du samedi 13 juin pour soutenir les institutions de la République, le M5-RFP et une organisation religieuse composée des chrétiens et des musulmans sous la conduite du Haut conseil islamique animaient chacun de son côté une conférence de presse.

Le malaise politique risque de prendre une autre dimension. En effet, le projet d’une éventuelle démission du président de la République connait déjà son premier adversaire après la prise de position des partis de la majorité et autres alliés du régime. Une coalition religieuse sous la conduite du Haut conseil islamique vient de donner le ton de l’adversité pour barrer la route au M5 du Rassemblement des forces patriotiques. Dans un message clair, elle dit niet et inadmissible à l’appel au départ réclamé du Président de la République. Pour renforcer cette prise de position, les acteurs de cette coalition invitent IBK et son gouvernement à apporter des réponses aux aspirations légitimes du peuple. Au moment où le siège du Haut conseil islamique servait de cadre pour dire Non à la démission du président de la République, le mouvement du 5 juin affirmait devant les journalistes que la date de la prochaine sortie pour demander le départ sans délai du président IBK sera connue le samedi 13 juin 2020. Les amis de l’imam Mahmoud Dicko maintiennent la pression sur le régime. Ce mouvement de contestation qui se renforce avec l’adhésion de Mme Sy Kadiatou Sow, de Modibo Sidibé, de Cheick Modibo Diarra et une organisation syndicale de la police nationale met en garde les éventuels médiateurs de crise politique. « Tout est acceptable et négociable excepté la démission de IBK.

Iba DIALLO

ciwara.info

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.