Crise au Mali : à Bamako, les manifestants ne veulent plus d’IBK

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont répondu à l’appel du M5, ce mouvement initié par l’imam Dicko et qui réclame le départ du président réélu en 2018. 

Au Mali, la capitale, Bamako, vit au rythme de manifestations depuis deux semaines. Hier, vendredi 19 juin, une nouvelle mobilisation a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes. La société civile, une partie de l’opposition et des religieux rassemblés derrière l’imam Mahmoud Dicko sous la bannière de « Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques » (M5-RFP) se sont mobilisés pour réclamer le départ du président Ibrahim Boubacar Keïta.

Sous un ciel immaculé et un soleil de plomb, après une prière dirigée par un imam sur la place de l’Indépendance, l’hymne national a retenti, puis le vacarme des vuvuzelas a pris le dessus, alors que les manifestants portaient des pancartes où l’on pouvait notamment lire « IBK dégage » ou « La dictature ne passera pas ». Un organisateur a évoqué le nombre de « 200 000 personnes », un pompier parlant de « au moins 20 000 ».

Quels sont les derniers développements ?

Signe des tensions politiques croissantes au Mali ces dernières semaines, ce mouvement exprime l’exaspération nourrie par les milliers de victimes des attaques djihadistes et des violences intercommunautaires, l’apparente impuissance de l’État à y faire face, le marasme économique, la crise des services publics et de l’école, la perception d’une corruption répandue.

À la tête du M5-RFP, qui rassemble des responsables religieux et des personnalités de la société civile comme du monde politique, se trouve un homme à l’influence croissante, Mahmoud Dicko, imam rigoriste et patriote, ancien allié du président IBK désormais bête noire du pouvoir.

Pour tenter d’apaiser les tensions, le président Keïta, à la tête depuis 2013 de ce vaste pays pauvre, a tendu la main ces derniers jours à ses adversaires, en ouvrant la voie à un gouvernement « d’union nationale ». Il a aussi fait des concessions aux enseignants en grève, en promettant les augmentations de salaire qu’ils réclament depuis des mois.

L’imam Dicko, après avoir rencontré le chef de l’État, a maintenu son appel à manifester « en masse », se gardant toutefois de réclamer lui-même sa démission. « Il n’a pas tiré la leçon, il n’écoute pas les gens. Mais cette fois-ci, il va comprendre », avait-il averti mercredi devant la presse.

Après l’ONU puis l’Union africaine, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a elle aussi tenté une médiation cette semaine. « Ça n’a pas donné grand-chose », a reconnu vendredi un membre de sa délégation interrogé par l’AFP.

« Nous avons accepté d’échanger avec la Cedeao parce que ce sont des bons voisins, nous leur avons donné des assurances que nous n’allons pas mettre le feu au pays. Mais nous allons nous battre jusqu’à la satisfaction de notre demande », a dit vendredi l’imam Dicko aux manifestants.

Quels sont les risques d’une implosion de la situation ?

Jeudi, le président de l’Assemblée nationale, Moussa Timbiné, a mis en garde ceux qui seraient tentés de céder aux pressions de la rue. « La logique » de ces manifestations, c’est « d’ébranler toutes les institutions. De fil en aiguille, c’est le Mali qui sera complètement occupé par les djihadistes. Beaucoup (de ceux) qui marchent sont avec les djihadistes », a-t-il déclaré en séance plénière.

Ces tensions politiques surviennent alors que le Mali est toujours en guerre contre les groupes djihadistes liés à Al-Qaïda et à l’État Islamique. Dimanche, une attaque qui leur a été attribuée a fait au moins 27 morts dans les rangs de l’armée malienne.

Il est « encore trop tôt pour crier victoire » au Sahel, où la situation sécuritaire « reste profondément fragile » malgré les « progrès indéniables » accomplis contre les djihadistes par les 5 100 militaires français de l’opération Barkhane aux côtés des armées nationales, a souligné jeudi la ministre française des Armées, Florence Parly.

Fin juin, la France et les pays sahéliens doivent faire le point sur les six mois écoulés depuis le sommet de Pau, alors que l’ONU cherche à convaincre ses membres du bien-fondé du renouvellement de sa mission au Mali, la Minusma.

Source : le Point.fr

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *