Cri-2002 : Think tank associatif ou butin de guerre de Sall ?

Premier article de l’an 2021, la question qui taraude les esprits des observateurs de Cri-2002 est de savoir si c’est une vraie association ou plutôt un butin de guerre de Sall, tant l’omniprésence et le mensonge ont prévalu sur l’engagement et la conviction.

C’est ainsi que Sall fut l’instigateur de l’agression d’huissier en Assemblée générale ordinaire Vouloir rester vaille que vaille Président est la seule explication qui semble valable à cet extrémisme, présidence basée sur la cupidité , l’accaparement et l’égocentrisme.

A ce stade de déliquescence de l’association, même les partenaires financiers de Cri-2002 se demandent comment investir dans une organisation moribonde qui dévie, s’éloigne de ses nobles objectifs premiers avec une tête qui pourrit ? Difficile.

Ils sont dans l’expectative espérant un changement de direction et d’orientation (Cri-2002 étant plus machin politique qu’association à l’heure actuelle) plus crédible et mieux apte à faire face aux défis du moment et à venir.

A cause de Sall, Cri-2002 est devenu la risée publique dans le milieu des Organisations de la Société civile. Pire, Sall apparait comme un paria qui a façonné Cri-2002, un bien collectif, au gré de ses intérêts personnels à travers ses stratégies d’exclusion couplées à ses inutiles apparitions dans les médias dont il raffole. Là, il oublie que nos chers serviteurs des journaux de la place ayant suivi les premiers pas de Cri-2002, sous Me Sow, savent qui est qui à Cri-2002, nonobstant quelques bribes qu’il peut offrir pour tenter de falsifier l’histoire.

Sall n’a aucune notion des règles préétablies, des conventions et règles de bonne collaboration dans un groupe. Il fait et défait selon son humeur, pardon selon ses intérêts.

Lui seul vaut, lui seul décide de tout, lui seul travaille ; et pour quel résultat !

Les efforts des autres sont minimisés et accaparés par lui. L’égocentrisme n’a point de limite chez lui, accentué par sa récurrente tendance à l’usage abusif du pronom personnel sujet  je je je ou tonique moi moi moi ; même pour le travail collectif réalisé. Tout cela me permet d’affirmer sans ambages que Sall est assurément un cas d’école dans le mauvais sens.

Mais, comme je l’ai dit, son sinistre train est arrivé à destination telle la puissante et sinistre Wehrmacht stoppée par les Alliés, mieux organisés en  1945.

  1. Cri-2002 à ses débuts sous Me SOW

Cri-2002 a la Baraka, depuis sa création le 24 avril 2000 à travers le Manifeste lancé ce jour et sous la clairvoyance du DEVOUE et DEMOCRATE  feu Me A.S. SOW.

Que de chemins parcourus depuis ce jour béni jusqu’à la prise en main de notre patrimoine commun par Sall et sa clique au dessein inavoué certes, mais obscur et personnel au détriment de la transparence et de l’intérêt général.

En effet, Sall, au lieu d’accepter les critiques, se remettre en cause et avancer, non, se donne le droit de piétiner ses bienfaiteurs qui lui ont permis d’accéder à la présidence de Cri-2002 en janvier 2004, bien des années après le sacrifice consenti par le 1er Président feu Maître SOW, entouré de jeunes volontaires et déterminés. L’argent est apparu au bout de ce sacrifice collectif d’un cercle restreint disponible et engagé. Sall n’était pas de ce cercle-là tant l’homme amer est doublé d’une personnalité sèche, déplaisante, accentuée par son verbe choquant, démesuré et hautain ; tous traits que les multiples critiques devaient contribuer à ramollir ; mais non, Sall est réfractaire aux critiques, à zéro capacité d’écoute ; ce qui fait qu’il persiste permanemment dans ses errements.

  1. Cri-2002 maintient Sall hors du besoin

Sans le Cercle de réflexion, Sall et les siens moisiraient sous le soleil de la pauvreté et de la déconsidération sociale ; assertion si évidente que nul ne saurait objectivement contester.

A Cri-2002, Sall s’abreuve à suffisance. Mais son étroitesse d’esprit nous a conduits à cette crise interne découlant de l’opacité de gestion et du déficit de redevabilité.

Sall est cet homme au comportement en contradiction flagrante avec la culture démocratique de Cri-2002 fondée par le DEVOUE et DEMOCRATE feu Me SOW le 24 avril 2000.

Vraiment, Sall est tombé assez bas pour se prévaloir de quoi que se soit en devenant le premier fossoyeur de Cri-2002 dans le seul dessein de sauvegarder ses intérêts personnels. Il est l’unique auteur de la dégringolade qui profile à l’horizon, alors que sans Cri-2002 (vache à lait), il mendierait pour survivre ; pas seulement lui, ses proches et famille.

Etre septuagénaire équivaut à avoir le sens aigu de discernement.  Mais Sall déroge à cette règle universelle. Car plus il avance en âge, plus il se corrompt et corrompt son proche entourage.

Et ce n’est pas pour rien que Sall garde par devers lui seul les conventions de financement de Cri-2002, court seul passer les contrats avec les imprimeurs, passe personnellement toutes les commandes du simple carton de rames de papiers aux importantes livraisons. La raison : il se sert de Cri-2002 au lieu de servir, il vit aux crochets de Cri-2002, lui et les siens. C’est pourquoi, il répugne tant à voir les anciens membres dans l’association qui sont devenus des casse-pieds à ses yeux.

  1. Sall suscite des adhésions ubuesques et prend Cri-2002 en otage

Tous ceux et celles qui se bousculent aux portes de Cri-2002 PROFITENT DES EFFORTS des dévoués et démocrates fondateurs tels notre 1er Président maître feu Abdoulaye Sékou-SOW, feu Sagaïdou Fily MAIGA, feu Soumana TRAORE, feu Mamadou DISSA, maître Moussa GOITA, maître Ahmadou TOURE, maitre Abdoul W. BERTHE, Badra A. SACKO, Yéro DIALLO, Mohamed COULIBALY, l’initiateur du logo Cri-2002, Mohamed TOURE,  Ibrahim S. CISSE…..et moi-même.

Que fait Sall pour rassembler tout ce beau monde ? Rien, absolument rien. Il œuvre plutôt à la division, à la manipulation et surtout à l’exclusion pour se faire valoir comme la matière grise qui fait avancer Cri-2002, alors que c’est connu : il s’en sert HONTEUSEMENT.

Actuellement, l’opportunisme et la recherche du profit  prévalent sur la conviction. C’est le cas des “tagnininaw” avec à leur tête Sall, son bras droit Modibo Koly Kéïta de l’ANPE, sa complice dans la gestion des finances, la lugubre Assétou Coulibaly (ex employée de Sall PDG de l’OPAM), et le plus récent opportuniste, en sa qualité d’enseignant retraité Moussa Traoré. Ils doivent avoir honte de nourrir leurs familles avec le fruit de l’effort collectif.

Assurément, le malien n’est plus le malien. Il a dévié du droit chemin pour devenir un être perverti trop porté sur le profit et le gain, le plus souvent facile et assimilable même à de l’extorsion.

Sall ne peut s’amender tant l’habitude est une seconde nature.

A Cri-2002, tout se résume à lui. La gestion est calamiteuse du fait qu’elle est personnalisée. Son règne équivaut à 16 ans de mensonge, de manipulation, d’exclusion et surtout de promotion personnelle à travers la recherche effrénée de poste au sommet de l’Etat. Seulement, les politiciens maliens bien que qualifiés d’innombrables noms d’oiseaux ont cet atout de connaitre suffisamment Sall et cette clairvoyance de le rejeter. Cela justifie sa posture actuelle de s’accrocher à Cri-2002 par peur de tomber dans l’oubli et tout perdre, y compris les finances.

  1. Considérant Cri-2002 comme un butin de guerre, quelle plu value Sall peut-il apporter ?

Franchement, quelle plus-value véritable cet homme peut apporter au renforcement des principes et valeurs démocratiques, si ce n’est le vacarme et le tintamarre, et cela selon son humeur ou la direction de sa recherche de poste public. ?

S’accrocher à Cri-2002 pour éviter de tomber dans l’oubliette reste la seule issue pour Sall; l’homme n’ayant jamais eu bonne presse  dans sa carrière professionnelle, Cri-2002 l’a sorti de l’ornière. Mais, cela, il semble l’oublier avec le succès qui lui est monté à la tête tout comme il a oublié comment et par qui il est devenu Président ? Son trio laudateur, suiviste et “tagnininaw” (Modibo Koly, Mme Bouaré Assétou et Moussa Traoré) n’étaient pas encore à Cri-2002 pour lui faire quelque éloge que ce soit.

Et dire que c’est réellement de la pure prétention pour Sall de se prendre comme le Président fondateur alors :

  • qu’il figure tout juste à la dixième place dans le Top 10 du baromètre Cri-2002 ;
  • qu’il ne figure point dans le trio initiateur de Cri-2002 en janvier 2000.

Voilà la face cachée certes, mais vraie de l’histoire Cri-2002 que Sall répugne à faire connaitre au public. L’honnêteté a pris la tangente !

Enfin, avec le désaveu judiciaire, Abdoulaye Sall a péché par narcissisme

De ce fait, il n’a plus rien à démontrer à Cri-2002 que la démission quoi qu’elle lui en coûte. Le faisant, il rend service à l’association et mieux, il sauvegarde son honneur. Mais, connaissant l’homme, Sall préfère l’argent à l’honneur et à la dignité ; c’est pourquoi il s’efforce de rester vaille que vaille.

Cependant, c’est peine perdue car le bon sens et la raison ne sont pas de son côté, simplement parce que Sall s’est égaré d’un égarement évident. Il est incapable de se réssaisir.

Conclusion:

Le « fameux capitaine Sall n’est plus en mesure de sauver le bateau Cri-2002  qui tangue périlleusement » du fait qu’il  en a fait un joujou familial contraire à l’éthique et aux principes Cri-2002. Il faut forcément changer de commandement pour sauver ledit bateau.

Le drame avec Abdoulaye Sall est qu’il prend ses collaborateurs comme des idiots pendant qu’il se considère comme le « petit malin d’entre tous ». Seulement, à force de vouloir faire avaler aux collaborateurs l’inacceptable, la crise est née et a sérieusement amoché le « petit malin d’entre tous » qui rase les murs par honte en circulant dans la ville.

En effet, aucune somme d’argent (indûment empochée d’ailleurs) ne peut compenser la perte de crédibilité et le déshonneur subi par celui qui a toujours visé les postes au sommet de l’Etat par folie et ambition démesurées.

 

 

 

 

 

 

En appui à cet article, la photo de passation entre notre cher 1er Président Maître Abdoulaye Sékou Sow et Sall sous l’œil vigilant de Monsieur Mamadou F. KEITA en fin 2003 au Centre Djoliba.

Bamako, le 13 janvier  2021

Mamadou F. KEITA

Secrétaire  à l’Organisation depuis août 2000

Secrétaire Permanent depuis février 2010.

Source: Le 22 Septembre

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.